Nous soutenir

Imprimer

Histoire des tueries de cétacés à Taiji

Taiji Japan

Une ville sans pitié

La ville de Taiji, au Japon, est située sur la rive orientale de la préfecture de Wakayama. La zone côtière est magnifique, mais elle est malheureusement entachée par le sang et la souffrance de milliers de dauphins et autres petits cétacés. Il est prouvé que l’on chasse des baleines et des dauphins dans la région depuis des siècles. Ce qui est nouveau cependant, c'est la "chasse au rabattage".

Une Tradition culturelle ?

Les autorités de Taiji et de Wakayama aimeraient faire croire que cette forme de chasse est, elle aussi, ancienne, mais ce n'est tout simplement pas vrai. La chasse au rabattage a été développée dans les années 1970, et n'est même pas aussi vieille que la plupart des hommes qui la pratiquent. Les humains tiennent toujours en haute estime la "culture" et les coutumes anciennes, et le Japon est particulièrement attaché à cet idéal. Cependant, le fait qu'une pratique ait cours depuis longtemps n’en fait pas une bonne pratique, ni ne lui confère un statut spécial pour qu’elle perdure alors qu’elle est jugée mauvaise. L'esclavage est un bon exemple de quelque chose qui a eu cours pendant une très longue période dans l'histoire de l’humanité, et a depuis été jugé mauvaise. Dans le cas de la chasse au rabattage des cétacés, l’argument historique n’est donc pas recevable, et dire que cette chasse fait partie du patrimoine culturel est un mensonge.

Seuls quelques pays permettent encore aujourd'hui l'assassinat commercial et / ou généralisé des cétacés. Les pays qui étaient autrefois des nations baleinières majeures ont mis fin à cette pratique. Seuls l'Islande, la Norvège, les îles Féroé danoises et le Japon continuent à pratiquer la chasse à grande échelle, le Japon étant le pays qui le fait de la manière la plus éhontée. Chaque année, le Japon envoie des flottes de chasse commerciale dans le Pacifique Nord et l'océan Austral. Le Japon autorise et soutient également la chasse des baleines et des petits cétacés dans ses eaux côtières. Sea Shepherd n'est pas antijaponais, l’assassinat des cétacés nous dégoûte peu importe quelle nation s’y livre.

dolphin killing

Nation meurtrière, ville meurtrière

Taiji prend part pour environ 2000 à ce nombre. Ces dernières années, le nombre d’animaux tués et capturés a été en moyenne d’environ 1600, selon les pêcheurs. La saison de la tuerie commence le 1er septembre. Habituellement, la chasse au rabattage prend fin en mars, et les pêcheurs ciblent alors d’autres espèces. L'Union des Pêcheurs (FU) doit soumettre une demande auprès du gouverneur de la préfecture de Wakayama qui délivre les permis de chasse. Il n'existe aucune preuve que la science ou la durabilité soient prises en compte de manière sérieuse dans le processus d’attribution du permis, mais il semble plutôt que l’Union des Pêcheurs indique simplement au gouverneur le nombre de prises qu’elle souhaite faire, et le gouverneur délivre le permis en fonction. Cette année (septembre 2011 - août 2012), l’Union des Pêcheurs de Taiji a autorisé un quota de 2165 dauphins et autres baleines de petite taille [2].

La plupart des dauphins et petites baleines capturés à Taiji dans les chasses au rabattage menées par l’Union des Pêcheurs sont tués, et leur viande vendue pour consommation par l’homme. Des scientifiques respectés du monde entier s’alarment des niveaux élevés de mercure et d'autres contaminants dans la viande de ces animaux, mais beaucoup d’habitants de Taiji ignorent ces avertissements. Ils disent souvent qu'il y a beaucoup de personnes âgées dans leur entourage qui ont mangé du dauphin toute leur vie, et malheureusement ils croient la propagande que leur sert le gouvernement japonais, selon lequel le taux de mercure dans la chair et la menace qu’il représente ne sont pas significatifs.

Taiji est une très petite ville, même par rapport à ce que l'on appelle une petite ville. Les habitants des petites villes voisines se moquent souvent des habitants de Taiji, les traitant d’ "arriérés" et de "simplets". Ce point de vue sur les habitants de Taiji n'existe pas seulement à cause de la chasse aux dauphins, mais pour beaucoup de ceux qui savent qu’à Taiji on chasse, on tue et on mange les dauphins, la chasse est juste une preuve supplémentaire de la réputation méritée de "rétrogrades" de ses habitants. Dans la petite ville de Taiji, 28 hommes environ prennent part à la chasse aux dauphins. La chasse a de nombreux partisans à Taiji, mais elle a aussi ses détracteurs, car tout le monde n’apprécie pas l'attention négative que ces hommes attirent sur leur ville et leur pays.

Sea Shepherd s'est engagé à continuer à braquer les projecteurs sur la ville de Taiji et sa funeste baie, afin que le monde entier soit au courant des atrocités qu’on y commet, et que la pression internationale en vienne à bout.



[1] Les chiffres réels varient chaque année, 20000 étant la fourchette haute. Les chiffres rapportés ces dernières années sont en baisse.

[2] Dauphins - 652, dauphins rayés - 450, dauphin tachetés - 400, dauphins de Risso - 275, globicéphales - 184, dauphins à flancs blancs du Pacifique - 134, faux orques - 70.

 
Cove Guardian Reports
Ce que vous pouvez faire
Photos
La boutique
Nous soutenir