Lancement de l’Opération Milagro V : Sea Shepherd engage des patrouilles plus tôt cette année pour assurer la survie du marsouin du Pacifique, en danger critique d’extinction

Jeudi 20 septembre 2018

Pour la 5e saison, Sea Shepherd revient patrouiller en Mer de Cortez pour protéger la vaquita, le marsouin du Pacifique, en danger critique d’extinction.

San Felipe, Mexique – 20 septembre 2018 – Le navire Farley Mowat de Sea Shepherd est arrivé dans le Golfe de Californie pour lancer l’Opération Milagro tôt cette année. Les années précédentes, la campagne avait débuté avec le retour du totoaba de sa migration vers le refuge de la vaquita, aux environs de début novembre. A cause de l’état critique de la population de la vaquita, le mammifère marin le plus menacé au monde, Sea Shepherd revient plus tôt cette saison, déterminée à mettre en œuvre ses techniques éprouvées pour protéger le plus petit marsouin du monde.

"Il y a du travail pour assurer la survie de la vaquita. Sea Shepherd va commencer par retirer les engins de pêche inactifs destinés au totoaba, également connus sous le nom de filets fantômes, et aussi quelques filets actifs déposés très tôt dans la saison", explique le capitaine Locky Maclean, directeur de campagne de Sea Shepherd. "Nous veillerons également à ce qu’aucune pêche ne soit pratiquée à l’intérieur de la zone protégée et empêcherons les activités de braconnage en patrouillant dans la zone avec, à bord, des officiers et membres d’équipage de la marine mexicaine."

La dernière étude en date montre qu’il reste moins de 30 vaquitas encore en vie. Les scientifiques n’ont pas publié de nouvelle estimation depuis deux ans.

Sea Shepherd lance l’Opération Milagro V. Pour la cinquième saison, le groupe de conservation marine va recourir à des moyens d’action directe pour protéger la vaquita. Milagro signifie miracle en espagnol, un nom approprié étant donné que lorsque la campagne a commencé, il n’y avait pas eu d’observations de vaquita enregistrées depuis deux ans. Beaucoup pensaient que ce mammifère marin était déjà éteint. L’équipe de Sea Shepherd a observé et enregistré une vaquita début 2015. Cela s’est produit alors que le gouvernement mexicain renouvelait son engagement dans la protection de cette espèce endémique. Un partenariat était né.

Depuis, Sea Shepherd a mis au point la seule méthode éprouvée à ce jour pour protéger le petit marsouin : retirer de son habitat les filets de pêche illégaux.

Le déclin rapide de la vaquita est dû au braconnage du totoaba. Après la quasi-extinction du totoaba au milieu des années soixante-dix, sa pêche a été interdite.

Mais il a été découvert récemment que le totoaba ressemble à une "courbine chinoise endémique", qui était en danger critique à cause de la demande pour sa vessie natatoire. Cela a provoqué une pêche illégale très intensive du totoaba pour sa vessie natatoire, à laquelle on attribue des vertus médicinales. Une malédiction, non seulement pour le poisson mais aussi, plus tragiquement encore, pour le marsouin. Les deux espèces sont de taille similaire et, pendant la saison de frai du totoaba, elles cohabitent exactement au même endroit. En conséquence, la vaquita meurt dans les filets, appelés filets maillants, déposés pour capturer le totoaba.

Par le passé, la vaquita périssait souvent capturée comme prise accessoire de la pêche à la crevette et aux ailerons. Aujourd’hui, elle est victime de filets maillants fabriqués précisément pour capturer un poisson du même gabarit.

Ces filets, combinés à la demande insatiable de vessies natatoires en Chine et des sommes indécentes que les braconniers en retirent (il semble qu’un braconnier peut gagner 2 500$ par vessie de totoaba, revendue 20 000$ sur les marchés noirs asiatiques) créent une pression inédite sur la vaquita et le totoaba.

Il est donc essentiel que Sea Shepherd soit là pour retirer ces filets illégaux et libérer la faune marine.

Le gouvernement mexicain a déployé des efforts sans précédent pour sauver ces espèces indigènes, mobilisant une grande partie de la marine, de l’armée et de plusieurs autres institutions gouvernementales afin de résoudre le problème. Il s’agit d’une tâche ardue et Sea Shepherd a été témoin des efforts de centaines de personnes travaillant ensemble pour protéger la vaquita. Sea Shepherd travaille en collaboration avec le Mexique pour retirer les engins de pêche illégaux du refuge du marsouin, pour fournir des informations et son expertise aux autorités. Les défenseurs de l’environnement fournissent également des données importantes aux scientifiques et collaborent avec la communauté pour promouvoir la conservation.

Sea Shepherd a retiré 808 engins de pêche illégaux depuis le début des opérations. Le coût estimé pour les braconniers est de 857 779$, juste en matériel de pêche perdu… Sea Shepherd a sauvé 3069 animaux, dont une Baleine à bosse, 88 totoaba, en danger critique d’extinction, une Tortue luth du Pacifique, en danger critique d’extinction, et 21 requins. Ces chiffres n’incluent pas les centaines d’animaux sauvés par le retrait des filets et d’autres engins de pêche avant qu’ils ne s’y emmêlent.

La protection de la vaquita des activités illégales n’est toutefois pas sans risque. Un des drones de Sea Shepherd a été abattu en vol et des coups de feu ont été tirés sur l’un de ses bateaux.

"Si Sea Shepherd n’avait pas été présente dans la mer de Cortez, la vaquita aurait probablement déjà disparue", estime le capitaine Paul Watson, fondateur de l’organisation. "Nous devenons chaque année plus performants dans sa protection."

"Pour la seule année dernière, nous avons retiré plus de matériel de pêche qu’au cours des quatre années précédentes réunies. Pour Milagro V, nous sommes en train d’apprêter un nouveau bateau doté de meilleures capacités pour le retrait des filets", poursuit le capitaine Paul Watson. "Nous ne sommes pas d’accord avec tous ceux qui disent qu’il n’y a plus d’espoir pour le marsouin. Nous continuerons de nous battre pour lui et nous nous battrons plus fort que jamais. Je vous encourage tous à nous rejoindre."

La campagne n’a pas de date de fin, car la nécessité de surveiller attentivement la vaquita ne fait qu’augmenter. Sea Shepherd a décidé d’apporter une réponse à la hauteur de l’enjeu pour sauver le marsouin de l’extinction : une présence dans le Golfe de Californie, des patrouilles dans son refuge et le retrait de tout élément dangereux pour la vaquita.

Photo Manuel Leyva/Sea ShepherdPhoto Sea ShepherdPhoto Sea ShepherdPhoto Sea ShepherdPhoto Sea ShepherdPhoto Sea Shepherd