Un site de nidification de tortues marines débarrassé de plus de 4 tonnes de déchets plastiques

Jeudi 14 mars 2019

 

Une opération de nettoyage de plage de trois jours, organisée par Sea Shepherd et l'organisation cap-verdienne Biosfera, a permis de récolter plus de quatre tonnes de déchets plastiques sur une île isolée située dans l'archipel du Cap-Vert, en Afrique de l'Ouest. Cet archipel constitue l'un des plus importants sites de nidification de la tortue caouanne, espèce considérée comme vulnérable.

Tortue caouanne à Santa Luzia l'an dernier. Photo de Simon Ager/Sea ShepherdDéchets marins sur Santa Luzia. Photo de Tony Fenn James/Sea ShepherdL'équipage de Sea Shepherd et les volontaires de Biosfera ramassant du matériel de pêche abandonné. Photo de Tony Fenn James/Sea ShepherdL'équipage de Sea Shepherd et les volontaires de Biosfera ramassant des engins de pêche abandonnés. Photo de Tony Fenn James/Sea ShepherdLe capitaine Adam Meyerson en compagnie de Tommy Melo. Photo de Tony Fenn James/Sea ShepherdL'équipage de Sea Shepherd et les volontaires de Biosfera ramassant des déchets marins sur Santa Luzia. Photo de Tony Fenn James/Sea ShepherdDéchets marins à bord du Bob Barker destinés à être éliminés. Photo de Tony Fenn James/Sea ShepherdEnlèvement de déchets plastiques de Santa Luzia. Photo de Tony Fenn James/Sea ShepherdDes filets de pêche abandonnés empêchent les tortues marines d'accéder aux sites de ponte. Photo de Tony Fenn James/Sea ShepherdLe Jairo Mora Sandoval au large de Santa Luzia. Photo de Tony Fenn James/Sea Shepherd

Œuvrant à bord du navire Bob Barker de Sea Shepherd et du navire Jairo Mora Sandoval, cédé à Biosfera par Sea Shepherd en 2016, plus de 40 bénévoles internationaux et locaux ont ramassé des débris marins sur les plages de l'île de Santa Luzia. Sans cette opération de nettoyage, les tortues marines auraient été empêchées de nidifier au mois de juin, début de la période de ponte.

Entre septembre et décembre 2018, Biosfera a répertorié 5 500 nids de tortues marines à Santa Luzia, ce qui fait de cette île protégée l'un des principaux sites de nidification de la tortue caouanne dans le monde. Le Cap-Vert constitue en effet le troisième plus grand site de ponte dans le monde pour cette espèce.

Classée comme vulnérable par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), la tortue caouanne est presque en voie de disparition. Sa population diminue en raison du braconnage et de l'enchevêtrement dans les engins de pêche dont elle est victime. Six des sept espèces de tortues marines sont classées comme menacées ou en voie de disparition par l'UICN.

Environ 80 % des déchets plastiques récupérés sur l'île de Santa Luzia étaient des engins de pêche abandonnés.

Pour alerter sur l'urgence de protéger la faune exceptionnelle du Cap-Vert, les déchets plastiques vont être exposés dans le port de Mindelo au cours d'un événement qui réunira des hommes politiques et des médias locaux.

L'île de Santa Luzia fait partie de la Réserve marine de Santa Luzia à Cabo Verde. Cette biorégion, dont la richesse écologique est essentielle, a été explorée par Charles Darwin au cours de la célèbre expédition HMS Beagle qui le conduisit aux îles Galápagos et jeta les fondements de L'Origine des espèces.

Le navire Jairo Mora Sandoval a été baptisé ainsi en hommage à l'écologiste du même nom sauvagement assassiné par des braconniers tandis qu'il assurait la protection de nids de tortues luth dans la province de Limón, au Costa Rica.

L'équipe de nettoyage sur la plage de Santa Luzia. Photo de Tony Fenn James/Sea ShepherdL'équipe de nettoyage sur la plage de Santa Luzia. Photo de Tony Fenn James/Sea Shepherd