Petite opération de communication du Ministère de la transition écologique sur les captures de dauphins...

Lundi 01 avril 2019

Réelle prise de conscience du Gouvernement ? Roulement de tambour...

Sans surprise, on en est loin. Les répulsifs acoustiques sont encore avancés comme une solution alors que même dans le cas où ils seraient utilisés et fonctionneraient (ce qui est loin d'être avéré), ils chasseraient les dauphins de leur zone de vie vers des zones sans nourriture (virons les dauphins pour pêcher ce qui reste à pêcher, ils mangeront des cailloux... ), aucune obligation d'observateurs embarqués annoncée (pourtant d'autres pays l'ont déjà fait ou mieux ont posé des caméras sur les ponts des navires), encore moins la remise en question des méthodes de pêches DEJA connues depuis des années pour être destructrices sur la zone habitat des dauphins...

Encore une fois, un ton donneur de leçons envers les autres pays pour un gouvernement en queue de peloton, qui prétend vouloir être une locomotive. Avant de se poser en "rassembleur" sur le sujet, la France ferait bien de déjà appliquer le minimum légal demandé par l'UE (à savoir au moins 10% d'observateurs, on en est loin !)

Pour ce qui est des ONGs annoncées comme "expertes" sur le fameux plan National lancé par le Ministre pour réduire les captures de dauphins, on peut voir la LPO et FNE mais bizarrement, Sea Shepherd, pourtant la seule dont c'est précisément le domaine d'expertise depuis 40 ans et la seule présente en mer sur les zones des captures n'est pas invitée à faire part de son expertise... Par contre, nos images de dauphins dans les filets sont utilisées dans cette vidéo du Ministère sans que nous soyons crédités.

Pas grave, le gouvernement peut faire comme si nous n'existions pas, grâce à l'Opération Dolphin Bycatch, les captures de dauphins en France sont dénoncées en France et à l'international comme jamais auparavant et nous ne comptons pas nous arrêter là. On prépare déjà l'Opération Dolphin ByCatch 3. Elle sera nécessaire, on n'en doute pas en regardant cette vidéo et en écoutant les récentes déclarations officielles du Ministère qui fait semblant d'avoir saisi l'ampleur du problème mais qui ne fait que grossièrement noyer le poisson.

Commentaire de Lamya Essemlali
Présidente Sea Shepherd France