Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Tous les derniers éditoriaux des membres de Sea Shepherd Conservation Society ou de personnes pertinentes dans la sauvegarde des écosystèmes marins.



Imprimer
Jeudi, 20 Avril 2017

Opération Milagro III : Sea shepherd reçoit des messages grossiers des braconniers

Nous en sommes flattés.

Par le Capitaine Paul Watson

Hier, un des navires de Sea Shepherd, le Farley Mowat, était en train de chercher et de confisquer des filets maillants placés illégalement lorsqu’il en découvrit deux.

Il y avait peu de vie dans le premier filet : une mourine échancrée, deux sciénidés et des crabes. Tous étaient morts. Il restait aussi l’arête centrale d’un totoaba.

Un banc de mourines échancrées avait récemment été pris au piège dans le second filet. Au total, 21 de celles-ci purent être relâchées mais une était morte. D’autres animaux furent retrouvés morts dans le filet : un requin-marteau festonné, une thazard sierra et deux totoabas.

Deux bouées étaient attachées aux filets. Le message suivant était inscrit sur celles-ci "Fuck you Sea Shepherd" ("Allez vous faire foutre Sea Shepherd").

Cela fait toujours plaisir de constater que son travail est apprécié et que les braconniers connaissent notre nom.

Cela boost toujours le moral des membres d’équipage lorsque durant la récupération de cadavres, ils parviennent à libérer des animaux vivants des filets. Hier, 21 raies furent libérées et cela leur a mis du baume au cœur.

Lire la suite...
 
Imprimer
Lundi, 03 Avril 2017

Réaction au quota atteint de 333 baleines par les baleiniers japonais

par le Capitaine Peter Hammarstedt, vétéran de nos missions antarctique

Le capitaine Hammarstedt sur la passerelle de commandement du Bob Barker - Photo :  Credit: Sea Shepherd Global / Simon AgerLe capitaine Hammarstedt sur la passerelle de commandement du Bob Barker
Photo : Sea Shepherd Global / Simon Ager
Aujourd’hui nous avons appris une triste nouvelle : la flotte baleinière japonaise a réussi à atteindre son quota factice et auto−attribué, malgré tous les efforts de Sea Shepherd pour y faire entrave.

Bien que cette nouvelle soit profondément décevante, nous devons nous rappeler que le programme japonais de chasse à la baleine en Antarctique est radicalement différent de ce qu’il était il y a 15 ans quand nos campagnes de défense des baleines ont commencé.

À ma première campagne en Antarctique, la flotte japonaise prévoyaient de tuer 1 035 baleines. Son quota annuel est désormais de 333, un chiffre revu à la baisse grâce aux succès des campagnes de Sea Shepherd. Ainsi, chaque année, 702 baleines sont épargnées.

Le quota de 333 baleines est plus facilement atteignable pour les baleiniers japonais, d’autant plus qu’ils ont doublé la superficie de leur zone de chasse, ce qui les rend deux fois plus difficiles à trouver.

J’ai lu des commentaires reprochant à Sea Shepherd de ne pas avoir envoyé plus de bateaux dans l’océan Austral. Le calendrier de maintenance, les finances et d’autres engagements ne l’ont pas permis.

De plus, Sea Shepherd n’est pas qu’une organisation anti−chasse à la baleine. Sea Shepherd est un mouvement de préservation des milieux marins.

Lire la suite...
 
Imprimer
Dimanche, 02 Avril 2017

Encore une bataille terminée de la guerre pour la sauvegarde des baleines

Par le Capitaine Paul Watson

La flotte baleinière japonaise hors-la-loi a publié le nombre de ses tueries ce jour.

Leur quota prévoyait l'abattage de 333 petits rorquals et ils annoncent l'avoir atteint en criant victoire contre Sea Shepherd comme si vaincre Sea Shepherd était leur justification pour tuer les baleines.

Ils peuvent croire en leur propre propagande si ça leur fait plaisir bien que l'on puisse difficilement considérer cela comme une victoire des baleiniers.

Cette campagne n'était pas une question de nombre. C'était une question de résistance à une opération d'abattage de baleines manifestement illégale. C'était une question de continuité de la défense de l'intégrité du Sanctuaire baleinier de l'océan Austral établi au niveau international. C'était une question de persévérance face à des obstacles pratiquement insurmontables, de détermination face à une logistique quasiment impossible et une question de faire tout ce qui pouvait l'être dans les limites de ressources restreintes et de non-violence contre un ennemi agressivement violent doté de ressources illimitées.

Lorsque je constate ce qui a été accompli au cours de l'Opération Nemesis, je suis plein d'admiration et de respect pour les équipages intrépides des navires Ocean Warrior et Steve Irwin, qui ont monté une poursuite de trois mois dans des conditions climatiques abominables, contre une opposition enragée, armée de la technologie la plus sophistiquée et soutenue par l'une des plus grandes puissances économiques de la planète.

Ces hommes et ces femmes d'exception, sous le commandement du capitaine Adam Meyerson sur l'Ocean Warrior et de la capitaine Wyanda Lublink à bord du Steve Irwin, ont été capables de localiser et de harceler la flotte baleinière japonaise, au cours d'une poursuite couvrant des milliers de miles nautiques, en essuyant de façon pratiquement ininterrompue des orages glacés et des glaces périlleuses.

Rendez-vous de l’Ocean Warrior et du Steve Irwin dans l’océan Austral au cours de l’Opération Némésis - Photographie : Sea Shepherd Global/Simon AgerRendez-vous de l’Ocean Warrior et du Steve Irwin dans l’océan Austral au cours de l’Opération Némésis - Photographie : Sea Shepherd Global/Simon Ager

Lire la suite...
 
Imprimer
Vendredi, 31 Mars 2017

TRISTE NOUVELLE

Premier petit rorqual mort à être photographié depuis le jugement rendu par la CIJ contre les braconniers japonaisPremier petit rorqual mort à être photographié depuis le jugement rendu par la CIJ contre les braconniers japonaisMalgré nos efforts, toute la passion et le courage de nos volontaires et le soutien de nos donateurs, la flotte baleinière illégale envoyée par le Japon dans le sanctuaire antarctique a réussi à atteindre son quota auto attribué de 333 baleines. Toute l'équipe de Sea Shepherd est profondément attristée de la mort de ces baleines que nous n'avons pas réussi à sauver.

Si nous avons exposé au monde entier les atrocités commises en Antarctique par le Japon et leur avons coûté énormément d'argent et de temps, nous n'avons pas réussi à sauver ces 333 baleines avec les moyens dont nous disposions. Les difficultés de cette mission sont colossales dans le sens où le Japon a divisé par trois son quota de baleines tout en doublant sa surface de chasse - déjà très étendue.

D'une époque où l'antarctique était notre principale mission, nous sommes aujourd'hui déployés dans de nombreux endroits du monde où nos bateaux sauvent des vies et les limites financières et matérielles de notre organisation sont atteintes.

Un seul bateau de la Marine française, australienne ou néo zélandaise, présents sur zone, suffirait à mettre un terme à ce massacre. Le renfort d'autres ONG qui ont vocation elles aussi à défendre les baleines et qui disposent de navires aurait pu - et peut encore - changer la donne. Mais avec ou sans ces aides extérieures, nous continuerons à lutter, avec le soutien de ceux qui croient en nous et sans qui nos bateaux resteraient à quai.

Lire la suite...
 
Plus d'articles...

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact