Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Dimanche, 17 Novembre 2013 16:07

Manotas, le premier chien renifleur d’espèces sauvages de Sea Shepherd Galápagos prend sa retraite

Manotas, l’officier canin, pose avec Erwin Vermeulen, membre de Sea Shepherd et Gardien de la Baie volontaire, qui s’est rendu aux Îles Galápagos pour la cérémonie de départ en retraite.  L’officier Manotas était membre de l’Unité de protection environnementale de la Police nationale des Îles Galápagos.  Photo : Sea ShepherdManotas, l’officier canin, pose avec Erwin Vermeulen, membre de Sea Shepherd et Gardien de la Baie volontaire, qui s’est rendu aux Îles Galápagos pour la cérémonie de départ en retraite. L’officier Manotas était membre de l’Unité de protection environnementale de la Police nationale des Îles Galápagos. Photo: Sea ShepherdA la mi-octobre, à bout de souffle, je me suis retrouvé à arpenter les rues raides et pavées du quartier colonial de Quito. Les 10 heures de vol et les 2 850m d'altitude de la capitale de l’Équateur n'étaient cependant pas les seules choses à me couper le souffle. La magnifique vieille ville représente l’un des centres historiques les plus vastes, mieux conservés et plus authentiques d’Amérique latine et fut, en 1978, la première ville déclarée patrimoine culturel mondial de l'Unesco.

Mais je n'étais pas là en tant que touriste. Je m'étais rendu à Quito pour récupérer Manotas.Un nom, m'a-t-on dit, qui signifie « grandes mains » ; mais vous ne trouverez cette définition dans aucun dictionnaire.

"Grosses pattes" serait plus approprié puisque Manotas est un labrador sable âgé de 7 ans. Il est né en Colombie le 25 juin 2006. En 2008, Sea Shepherd fit l'acquisition de six chiens policiers en Colombie, et Manotas figurait parmi eux. WildAid, en collaboration avec Conservation International, sélectionnèrent quatre autres chiens. Après un entraînement poussé dispensé par le Grupo de Intervención y Rescate (GIR), l'unité d'élite de la police équatorienne, Manotas et les neuf autres chiens furent transférés dans les Îles Galápagos en janvier 2009 où, après un entraînement supplémentaire par la police environnementale (UPMA), ils devinrent membres de l'unité canine qui combat la contrebande d'ailerons de requins et des concombres de mer ainsi que le trafic des espèces sauvages dans les Galápagos.

Les Îles Galápagos, officiellement connues sous le nom de Archipiélago de Colón, sont un groupe d'îles volcaniques rattachées à l'équateur, à plus de 900 km de la côte ouest du pays du même nom. Son écosystème unique inspira à Charles Darwin ses théories sur l'évolution, la sélection naturelle et l'adaptation. Cet archipel a été qualifié d’écosystème le plus sacré de la planète.

Depuis l’année 2000, Sea Shepherd maintient dans ces îles une présence forte et bénéfique car les Galápagos sont notre limite, notre ligne blanche. Si l'humanité ne peut pas protéger un écosystème aussi unique et diversifié, alors nous ne serons capables d'en protéger aucun autre. Les Galápagos sont à la fois un défi et un champ de bataille dans la lutte contre l'avidité des hommes et leur folie destructrice. Ces Îles Enchantées sont inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco, ce qui signifie que chacun d'entre nous a le devoir de les protéger contre toute forme d'exploitation illégale. Au fil des ans, Sea Shepherd a, entre autres, fourni des équipements radio, un Système d'Identification Automatique des navires (AIS), et mis en place des actions de sensibilisation aux requins dans les établissements scolaires.

Et surtout, nous avons été à l'origine de l'unité K9.

Ces chiens et leurs guides constituent la toute première unité policière K9 en Amérique du sud qui se concentre sur la détection de la contrebande de la vie sauvage. La réussite de ce projet est très importante. En effet, d'autres pays sud-américains pourraient tirer un enseignement de ce programme et en instaurer un similaire. Ceci sera essentiel pour obtenir une protection plus forte de la vie sauvage dans une partie du monde si riche en biodiversité. A titre d’exemple, en septembre dernier la Police nationale colombienne a mis en place une escouade canine de quatre chiens afin de lutter contre le commerce illégal d'animaux, de végétaux et de bois.

Cérémonie de départ en retraite de l’officier Manotas avec l'Unité de protection environnementale de la police nationale des Galapagos. L'officier Manotas est l'un des rares chiens renifleurs d’ailerons au monde -  partie d'un programme que  Sea Shepherd  a mis en place aux Galapagos pour lutter contre le braconnage de la faune indigène, comme celui  des espèces de requins menacées. Photo : Sea ShepherdCérémonie de départ en retraite de l’officier Manotas avec l'Unité de protection environnementale de la police nationale des Galapagos. L'officier Manotas est l'un des rares chiens renifleurs d’ailerons au monde - partie d'un programme que Sea Shepherd a mis en place aux Galapagos pour lutter contre le braconnage de la faune indigène, comme celui des espèces de requins menacées. Photo: Sea Shepherd

Une fois dans les Galapagos, les chiens furent répartis entre les différentes îles habitées : Santa Cruz, San Cristobal et Isabella. Ils y ont contrôlé tous les mouvements de personnes et de cargaisons entre ces îles, entrant dans ces îles et au départ de celles-ci. Soit les chenils déjà la propriété des Parcs Nationaux furent utilisés, soit Sea Shepherd en construisit spécialement pour ces chiens, là où de telles installations n’existaient pas. Prenant en considération le bien être des chiens, ces chenils sont plus spacieux que ceux qui existent déjà. De plus, ils sont construits sur des terres appartenant aux autorités locales pour éviter de potentielles représailles de la part des braconniers et des contrebandiers.

Manotas a travaillé à l'aéroport de Baltra, la porte d'entrée principale de ces îles, contrôlant les bagages des passagers et les cargaisons. Il a également servi à Puerto Ayora, le plus important port de l'île de Santa Cruz, où les navires touristiques échangent leurs passagers, les cargos déchargent leur cargaison et les bateaux de pêche débarquent leurs prises. Depuis leur introduction, il est monnaie courante d’apercevoir ces chiens et leurs guides contrôler le frêt et les bagages dans tous les ports et aéroports des Galápagos. Même si nous nous intéressons principalement aux ailerons de requin, les chiens sont capables de détecter un large éventail d'odeurs animales, ce qui rend la contrebande d'animaux sauvages très difficile à ces points de contrôle. L'unité est également utilisée pour contrôler des endroits plus isolés et pour inspecter des propriétés dans lesquelles la présence illégale d'animaux sauvages est soupçonnée.

Le major Jesus Franco, le Gardien de la Baie Erwin Vermeulen et la capitaine Geovanna Pérez Valencia lors de la cérémonie de départ en retraite de l'officier Manotas, en présence de l'Unité de protection environnementale de la police nationale des Galapagos. Photo: Sea Shepherd Le major Jesus Franco, le Gardien de la Baie Erwin Vermeulen et la capitaine Geovanna Pérez Valencia lors de la cérémonie de départ en retraite de l'officier Manotas, en présence de l'Unité de protection environnementale de la police nationale des Galapagos. Photo: Sea Shepherd Non seulement nous avons assisté à de nombreux cas où des contrebandiers furent appréhendés et où les animaux sauvages détenus illégalement furent confisqués, mais l'unité a aussi une fonction de prévention. Il n’y a plus une seule personne qui serait assez folle pour faire passer en douce de la marchandise de contrebande devant ces chiens sachant qu’elle se ferait prendre à coup sûr.

A l’origine, trois organisations avaient signé le premier accord de 2008, mais depuis 2010, Sea Shepherd Galápagos a été la seule à fournir des vivres et des soins vétérinaires aux chiens. Depuis, Sea Shepherd a toujours couvert les dépenses de nourriture, soins médicaux ainsi que le matériel d'entraînement de ces chiens et continuera de le faire.

Pour ce projet, Sea Shepherd a signé un accord institutionnel de coopération avec la Police nationale équatorienne et le Ministère des affaires intérieures. Cet accord inclut une clause très importante concernant le bien-être animal : les chiens doivent partir en retraite après 5 années de service et être placés dans des foyers comme animaux de compagnie. Ce moment est presque arrivé.

En avril 2012, Manotas et deux autres chiens, Kiper et Willy, ont contracté une maladie parasitaire, probablement l'ehrlichiose, une maladie infectieuse transmise par une morsure de tique. Seul Manotas a survécu. Après son rétablissement, il a été retiré du service actif, et Sea Shepherd Galápagos a officiellement demandé sa mise à la retraite. Grâce aux efforts et à la ténacité des personnes qui soutiennent Sea Shepherd Galápagos, Manotas fut officiellement rendu à Sea Shepherd et une cérémonie rendant hommage à ses services fut tenue le 17 octobre 2013. Au cours de celle-ci, les représentants officiels exprimèrent leur gratitude envers Sea Shepherd et rappelèrent l'importance du projet K9 pour les Galápagos. Dans un des discours, un commandant de police faisait état des exploits accomplis par Manotas durant ses années de service : plus de 800 concombres de mer, 1 000 ailerons de requin et 20 iguanes furent interceptés au cours de diverses opérations.

Le lendemain, je voyageais avec Manotas et Carlos Ortega, un volontaire de Sea Shepherd Quito qui m'avait guidé, véhiculé et aidé tout au long de mon séjour vers le nouvel aéroport de Quito pour mettre en ordre les aspects administratifs du retour de Manotas. Les préparatifs avant le vol se passèrent sans heurt, et un peu avant minuit nous embarquâmes pour Atlanta. Là-bas, j'ai pu le récupérer et le promener une heure durant avant notre dernier vol pour Seattle. A Seattle, nous étions attendus par Yvonne Devereaux, qui dirige Lady’s Hope Dog Rescue, un service de secours local de Seattle qui assistera Sea Shepherd dans sa recherche de foyers pour les chiens restés aux Galápagos jusqu'à leur départ en retraite. Yvonne nous conduisit au terminal ferry d'Anacortes, où Manotas et moi embarquâmes pour la dernière étape de notre voyage vers son futur foyer à Friday Harbour auprès de Susan Hartland, directrice administrative de Sea Shepherd USA, et de sa nouvelle famille aimante composée de sa nouvelle sœur sourde et aveugle Sally, et deux amis félins.

L’unité K9 des Galápagos demeure unique en son genre dans ce pays et l'une des rares dans le monde.

Même dans cette partie reculée du monde, la présence humaine met à mal notre fragile écosystème. Sea Shepherd prête beaucoup d’attention à la campagne en cours aux Galápagos, probablement la campagne la plus importante de notre Histoire et de celle de l’espèce Humaine. Après tout, si nous ne pouvons pas protéger quelque chose d’aussi unique que les Îles Galápagos, notre espèce est simplement condamnée.

Plus d'infos :  http://www.seashepherd.org/galapagos

L'agent de police à la retraite Manotas profite d'une balade sur la plage de son nouveau foyer à Friday Harbour, dans l'Etat de Washington aux Etats-Unis. Photo : Sea ShepherdL'agent de police à la retraite Manotas profite d'une balade sur la plage de son nouveau foyer à Friday Harbour, dans l'Etat de Washington aux Etats-Unis. Photo : Sea Shepherd

L'agent de police à la retraite Manotas se balade sur la plage de son nouveau foyer à Friday Harbour, dans l'Etat de Washington, accompagné de sa nouvelle sœur Sally. Photo: Sea ShepherdL'agent de police à la retraite Manotas se balade sur la plage de son nouveau foyer à Friday Harbour, dans l'Etat de Washington, accompagné de sa nouvelle sœur Sally. Photo: Sea Shepherd

 

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact