Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Samedi, 23 Novembre 2013 03:57

La faune marine de la Nouvelle-Zélande menacée – 2ème partie: le "shark finning"

Par Tracy Brown (coordinatrice de Sea Shepherd Auckland)

Requin bleu – photo: Mike BhanaltRequin bleu – photo: Mike BhanaltLorsqu’un pays a besoin de changer sa législation sur l’environnement, mais qu’on lui présente une proposition qui ne suffit pas à protéger idéalement les super-prédateurs qui maintiennent l’équilibre de ce même environnement, c’est une incohérence incompréhensible. Mais si cette proposition représente une avancée par rapport à ce qui a été présenté un an auparavant, et une grande amélioration de la législation en vigueur datant de 2008, alors la proposition pour s’assurer de l’élimination du shark finning (pêche aux ailerons de requins) dans les eaux néo-zélandaises est une bonne idée. Le gouvernement néo-zélandais vient d’ouvrir un processus de consultation publique qui vise à éliminer le shark finning sur plusieurs années – et dès maintenant toutes nos soumissions sont les bienvenues pour légiférer sur la protection des requins (tout au moins contre la pêche aux ailerons). Les soumissions se terminent le 8 décembre, et nous voulons que les requins soient protégés le plus tôt possible.

  http://www.nzsharkalliance.org.nz

Les statistiques de la Nouvelle Zélande sont loin d’être séduisantes: c’est le premier pays exportateur d’ailerons séchés vers les Etats-Unis, l’un des vingt pays qui tuent le plus de requins et qui en exportent les ailerons dans le monde entier, et un exportateur majeur d’ailerons de requin vers Hong-Kong. La Nouvelle Zélande pourrait, et devrait, prendre exemple sur ses voisins du Pacifique qui ont déjà légiféré en faveur de la protection des requins (les îles Cook, la Nouvelle Calédonie, Palau, Tokelau, les îles Marshall et la Polynésie française), et rejoindre le nombre croissant de pays qui ont pris conscience du rôle critique joué par les requins dans la gestion d’océans sains.

Simon Ager était le responsable du Brigitte Bardot pendant l’opération Requiem en 2012, et il pense à juste titre   que tous les pays ont une obligation morale de protéger l’environnement marin, et en particulier les requins. Les bénéfices à court terme tirés du shark finning se font aux dépens des projets à long terme pour maintenir la richesse des écosystèmes marins. Et aucun pays ne peut se permettre d’avoir un océan mort. Le bien-fondé des inquiétudes sur de nombreux super-prédateurs des écosystèmes océaniques a été démontré depuis longtemps, et une protection efficace qui ne compromette pas la survie des requins est d’une importance cruciale.

La Nouvelle Zélande est maintenant sur le point de rejoindre les 98 pays du monde qui protègent les populations de requins en éliminant le shark finning. Le gouvernement a soumis une proposition qui, si elle est mise en place et appliquée efficacement, pourrait empêcher que 160 tonnes d’ailerons soient à nouveau prélevées des eaux néo-zélandaises comme l’an dernier. Cette proposition pourrait, et devrait, protéger les requins bleus, les requins-taupes et les requins makos qui sont actuellement les trois espèces les plus pêchées pour leurs ailerons en Nouvelle Zélande et qui, d’ailleurs, sont aussi sur la Liste Rouge des Nations-Unies, répertoriées comme « espèces vulnérables » ou « en danger ». Cette proposition garantirait que les espèces de requins fassent l’objet de recherches pour connaître la biomasse et l’habitat de leur population, car il n’y a pas assez de données sur la situation actuelle de la plupart des populations de requins en Nouvelle Zélande.

Mais pour le moment, ce document n’est qu’un projet. Un projet qui a besoin d’une voix forte pour prendre corps et pour être inscrit dans la loi – vos soumissions enverront au gouvernement un message clair pour conserver, protéger et défendre les requins qui traversent les eaux néo-zélandaises.

Comment pouvez-vous agir avant le 8 décembre 2013 – date de la clôture des soumissions ?

1 – Faites une soumission

2 – Diffusez-la largement.

  http://www.nzsharkalliance.org.nz

Soyez fier de pouvoir faire la différence au niveau politique pour changer la législation en Nouvelle Zélande, afin d’assurer, si nous réussissons, un avenir meilleur aux requins de Nouvelle Zélande. Merci.

Voir la première partie : La faune marine de la Nouvelle-Zélande menacée - 1re partie: le dauphin de Maui 

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact