Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Dimanche, 12 Janvier 2014 16:43

Sea Shepherd fait une proposition à Southwest Airlines

Nous avons décidé d’effectuer un "vol d’essai" dans nos relations au cas où la compagnie accepterait notre offre. Qu’en pensez-vous?Nous avons décidé d’effectuer un "vol d’essai" dans nos relations au cas où la compagnie accepterait notre offre. Qu’en pensez-vous?Alors que le documentaire “Blackfish” n’en finit plus d’ébrécher l’image lisse d’un SeaWorld où dauphins et baleines vivraient heureux dans leur "milieu naturel", l’opinion publique évolue rapidement quant à la captivité de mammifères marins dans des bassins minuscules. SeaWorld ne sait plus sur quel pied danser, entre sa communication erratique (en ayant notamment biaisé un sondage en ligne en sa faveur) et le soutien du public et des célébrités qui ne cesse de s’effriter.

Pourtant, Southwest Airlines a choisi de poursuivre son partenariat de longue date avec SeaWorld. La compagnie, qui possède des avions bariolés en "Shamu" (le "nom de scène" que donne SeaWorld à ses orques), a publié un communiqué cette semaine en réponse à ceux qui demandent à Southwest de se séparer de SeaWorld pour les traitements que l’entreprise inflige à ses animaux et à ses employés.

Examinons de plus près ce communiqué censé rassurer le consommateur inquiet et justifier la décision de la compagnie aérienne. La responsable Culture et Communication Marilee McInnis écrit: "Au cours des dernière semaines, nous avons constaté qu’un certain nombre de clients et de membres ont interpelé Southwest Airlines au regard de son partenariat avec SeaWorld."  "Un certain nombre", c’est en fait plus de 27 000 personnes signataires d’une seule pétition sur Change.org. Donc sans compter les innombrables appels, emails et messages sur les réseaux sociaux.

La suite du communiqué indique que le partenariat de Southwest avec SeaWorld consiste à "transporter et réunir des familles d’animaux." Cela est tout à fait exact… si "transporter" signifie que des mammifères marins sont contraints de parcourir des milliers de kilomètres de l’océan à leur nouvelle prison, ou d’un parc à l’autre. C’est le cas des 18 belugas sauvages capturés en Russie que l’aquarium de Géorgie essaie d’importer pour les répartir dans d’autres parcs des États-Unis, dont SeaWorld Orlando, San Antonio et San Diego. On peut encore citer Kirara, le dauphin de Gill né en captivité que SeaWorld souhaite importer depuis SeaWorld Kamogawa au Japon.

Il n’en demeure pas moins que SeaWorld "réunit des familles", n’est-ce-pas? Effectivement, les touristes vont à SeaWorld en famille. Cependant, à moins de vouloir enseigner à ses enfants qu’il est normal d’enlever des baleines et des dauphins à leur "vraie" famille et à leur milieu naturel, de les priver de leur vraie nourriture et de les forcer à exécuter des numéros stupides pour les humains, il vaut mieux trouver d’autres idées de sortie. A SeaWorld, les animaux sont placés dans des groupes qui ne sont pas leur famille, contrairement à ce qu’ils font dans la nature. SeaWorld a séparé des familles à de nombreuses reprises, subtilisé les petits à leur mère pour les envoyer de parc en parc. Dans la nature, les orques vivent en groupes matriarcaux très soudés et, souvent, les petits passent leur vie avec leur mère.

A propos de familles éclatées, SeaWorld ne se limite pas aux mammifères déjà présents dans ses prisons – euh, bassins – et arrache carrément des animaux à l’océan. Southwest Airlines poursuit en indiquant que SeaWorld est une des nombreuses organisations et évènements qu’elle soutient parce que ceux-ci aident à "préserver le monde naturel." SeaWorld préserve le monde naturel en capturant des animaux dans leur milieu naturel: l’océan. Curieuse méthode. Les mammifères marins comme les orques, sont au sommet de la chaîne alimentaire, participent au maintien d’un écosystème sain dans nos océans. SeaWorld a bien vite fait entendre qu’ils ne capturaient plus d’animaux sauvages mais cela ne les empêche pas de sous-traiter la basse besogne. L’entreprise est aussi sur la liste d’attente pour l’importation des belugas capturés en Russie vers l’aquarium de Géorgie. Elle joue donc un rôle actif dans l’esclavage de ces cétacés qui jadis nageaient en liberté.

Mais il est encore temps pour Southwest Airlines de changer d’avis et d’envoyer paître SeaWorld. Si la compagnie souhaite soutenir une organisation qui défend véritablement la nature, nous l’accueillerons avec plaisir à Sea Shepherd Conservation Society USA. Nous nous ferons un réel plaisir de lui montrer le travail de protection que nous effectuons pour nos clients: les baleines, les dauphins, les phoques, les requins et d’autres. Nos Gardiens de la Baie pourront expliquer en quoi l’industrie des mammifères marins – dont SeaWorld est un représentant majeur – est inextricablement liée aux massacres récurrents de ces animaux à Taiji, au Japon, ainsi qu’à leur capture brutale dans les eaux russes et ailleurs pour alimenter le commerce mondial de la captivité.

Oui, nous sommes certains que Sea Shepherd et Southwest Airlines feraient une bonne équipe. A tel point que nous avons décidé d’effectuer un "vol d’essai" dans nos relations au cas où la compagnie accepterait notre offre. Qu’en pensez-vous?

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact