Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Lundi, 03 Février 2014 15:09

Opération Infinite Patience: La compassion à toute épreuve des Gardiens de la Baie met en lumière l’horreur de Taiji

Commentaires par le capitaine Paul Watson

Les tueurs de dauphins naviguent sur un ban de grands dauphins avant de les sélectionner pour la captivité ou le massacre - Photo: Sea ShepherdLes tueurs de dauphins naviguent sur un ban de grands dauphins avant de les sélectionner pour la captivité ou le massacre - Photo: Sea ShepherdLa responsable des Gardiens de la Baie, Melissa Sehgal, et son incroyable équipe ont été sur le terrain la semaine dernière pendant la plus grande chasse aux dauphins de la saison. Ces volontaires courageux doivent non seulement souffrir du choc d’avoir assisté à l’effroyable massacre de ces douces et belles créatures, mais ils doivent encore subir la surveillance permanente de la police, le harcèlement du gouvernement japonais et la menace physique d’ultra-nationalistes ainsi que les critiques des gens, principalement des occidentaux, qui pensent que les occidentaux n’ont pas leur mot à dire sur le massacre des dauphins au Japon.

Les Gardiens de la Baie sont sur le terrain tous les jours du 1er septembre au 1er mars. Ils y sont à leurs frais et viennent de partout dans le monde. S’ils n’étaient pas présents en permanence, la chasse aux dauphins ainsi que la brutalité de leur capture et de leur mort seraient ignorées.

Les Gardiens de la Baie sont les yeux, les oreilles et la conscience du monde. Ils ne sont pas là pour critiquer les japonais ou leur illustre culture, ils sont là pour rappeler au monde qu’une petite bande de voyous fait honte à toute la nation japonaise, avec son comportement barbare et monstrueux.

Il y a ceux qui croient que seuls les japonais peuvent mettre fin à ce massacre sanglant.

Sea Shepherd n’adhère pas du tout à cette position. Nous pensons au contraire qu’une pression extérieure est essentielle pour réussir.

Ce à quoi le gouvernement japonais est sensible est le “gaiatsu.” Ce terme signifie pression étrangère et toute la législation japonaise relative à la préservation des milieux marins n’a pu être adoptée que grâce au gaiatsu.

Pour les gens au Japon, qui ont l’impression qu’un sentiment anti-japonais émerge à cause du massacre des dauphins, la solution, c’est: l’arrêt du massacre. Ce n’est pas nous qui sommes à l’origine de ce sentiment. C’est le massacre qui crée cette animosité. Nous ne faisons que montrer l’horreur qui est une réalité à Taiji. Veulent-ils nous punir d’être les médias de la vérité?

Si le Japon est perçu par certains avec colère voire avec horreur, c’est à cause du massacre, pas à cause de nous.

Les dauphins ne sont pas la propriété du Japon. Ils sont une nation et une culture en eux-mêmes. Les japonais n’ont pas tout à fait tort quand ils disent que nous ne respectons pas leur "culture alimentaire". Nous ne respectons pas cet aspect de leur "culture alimentaire" qui contrevient à la culture des dauphins. S’agissant d’un choix entre une culture qui vénère la vie et une culture qui y met fin, nous adhérons à la première et condamnons la seconde.

Les dauphins se prennent souvent dans des filets et se noient - Photo: Sea ShepherdLes dauphins se prennent souvent dans des filets et se noient - Photo: Sea ShepherdAux japonais qui prétendent qu’il n’y a pas de différence entre le cochon et le dauphin, nous répondons que l’équipage des navires de Sea Shepherd et les Gardiens de la Baie ne mangent ni de porc, ni de bœuf, ni de poulet, ni de poisson.

En outre, ces deux animaux présentent de grandes différences: 1. Les dauphins sont des animaux sauvages alors que les cochons sont domestiqués. 2. Les cochons sont élevés en esclavage alors que les dauphins sont capturés pour être violemment réduits en esclavage. 3. Aucun abattoir au monde ne tolèrerait légalement la cruauté pratiquée régulièrement par de cruels voyous qui assassinent traitreusement les dauphins. 4. La viande de porc ne saurait être autorisée à la mise en vente sur aucun marché, si elle contenait ne serait-ce que le quart du niveau de mercure et autres métaux lourds que contient la viande de dauphins. Cette comparaison entre dauphins et porcs est bidon mais elle est répétée simplement et sans réfléchir d’après l’argumentaire du gouvernement.

Lorsque nos détracteurs disent qu’il s’agit d’une tradition, c’est mensonger. La chasse a commencé en 1969. C’est à peu près à cette période qu’est née l’industrie des aquariums marins et aujourd’hui, le principal motif économique est la capture et non pas le massacre des dauphins. Il n’y a rien de traditionnel dans la capture des dauphins pour leur exhibition dans des aquariums marins.

Nous accuser de racisme parce que nous nous préoccupons des dauphins de Taiji, c’est oublier que nous nous opposons également au massacre des baleines par les Féringiens, les Islandais et les Norvégiens, à la chasse aux phoques par les Canadiens et les Namibiens, au meurtre des requins par les Australiens, les Costaricains et les Equatoriens, ainsi qu’à l’anéantissement des thons par les maltais, les Espagnols et les Tunisiens. Ceux qui ont besoin de recourir aux accusations de racisme, cherchent seulement à défendre l’indéfendable en détournant l’attention avec des arguments qui, pensent-ils, tromperont l’opposition.

La défense des dauphins est un droit légitime qui appartient à tous ceux qui abhorrent ce massacre barbare et cette cruauté abjecte.

Pour tous ceux qui disent que nous molestons de pauvres pêcheurs, je n’ai qu’une réponse: comment peut-on molester un meurtrier qui jouit des souffrances qu’il inflige à un être doux, intelligent, sensible et complexe? Peut-on vraiment molester un meurtrier armé d’un couteau avec pour seule arme une camera?

En Inde, un dauphin est une personne non-humaine.

Tuer un dauphin est un meurtre aux yeux de la plupart des gens et ce point de vue n’est pas renié par une autre culture qui soutient et vante le massacre en tant que "tradition culturelle".

Les dauphins sont souvent blessés pendant le processus de sélection pour la captivité lorsqu’ils sont violemment saisis - Photo: Sea ShepherdLes dauphins sont souvent blessés pendant le processus de sélection pour la captivité lorsqu’ils sont violemment saisis - Photo: Sea Shepherd

La corrida en Espagne est un phénomène culturel qui est méprisable. Elle a été interdite en Catalogne pour cette raison. La chasse au renard, désormais bannie en Angleterre, était culturelle et a été interdite en raison de sa cruauté.

Certains japonais disent “aimeriez vous que nous venions au Canada ou en Australie pour vous dire d’arrêter de tuer des phoques ou des kangourous?”

Ma réponse est que j’en serais ravi. Tout citoyen japonais qui serait heurté par le massacre de kangourous, de phoques ou de tout autre animal, devrait s’opposer à la culture qui veut cela, quelle qu’elle soit, dès lors qu’elle se fonde sur la cruauté et le meurtre.

Cette semaine, pour la première fois, la contestation du massacre des dauphins à Taiji est devenue officielle, d’abord avec l’ambassadrice américaine au Japon, Caroline Kennedy, qui s’y est opposée avant d’être suivie par d’autres: le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie et la Roumanie.

Cette évolution est spectaculaire. Elle est le signe que le vent tourne à Taiji.

Le gouvernement japonais doit mettre en balance d’un côté l’intérêt qu’il a à défendre les actions d’un petit groupe de voyous à Taiji et de l’autre la colère et le ressentiment de millions de personnes dans le monde à l’encontre du Japon.

Les meurtriers font honte à tout le Japon. Dans une nation ou plus de 95% des gens ne mangent pas de viande de dauphin, ils devraient concevoir que cela n’en vaut pas la peine.

Oui, le vent tourne et le monde est de plus en plus furieux du fait d’une prise de conscience grandissante, rendue possible par un petit groupe de volontaires dévoués, passionnés, qui se sont rendus à Taiji à leurs frais pour être les témoins d’un crime contre les générations futures et donc d’un crime contre l’humanité.

Je suis extrêmement fier de ces Gardiens de la Baie, déterminés et qui font preuve d’une patience courageuse pendant la moitié de l’année, tous les ans.

Cove Guardians  
Visitez le site des
Gardiens de la Baie
pour plus d'informations
 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact