Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Samedi, 10 Mai 2014 07:52

Farley Mowat - l’homme le plus extraordinaire que j’ai jamais connu

Par le capitaine Paul Watson

Aujourd’hui est un jour vraiment triste pour moi.

Farley Mowat sur le pont. Photo: Sea ShepherdFarley Mowat sur le pont. Photo: Sea ShepherdLe plus grand canadien que j’ai jamais connu, l’un de mes plus proches et plus chers amis est mort. Je lui ai parlé il y a à peine quelques semaines et il était rempli de vie, comme il l’a toujours été. Sa passion pour la nature était plus forte et plus profonde que jamais, de même que sa franchise - pour la défense des parcs nationaux canadiens, pour prendre la parole en faveur des phoques et pour utiliser sa plume et son esprit contre le tristement célèbre et impitoyable gouvernement du Premier Ministre Canadien et sa politique destructrice de la nature.

J’ai connu Farley Mowat toute ma vie, depuis mon enfance en lisant ses livres jusqu’à en devenir un ami proche au cours de ces 30 dernières années.

Je ne crois pas avoir connu une personne plus engagée et plus passionnée par la nature et les animaux que Farley.

Il était aussi selon moi le plus grand et le plus courageux écrivain de toute l’histoire du Canada; dont les nombreux livres ont inspiré des générations entières de Canadiens.Mes amis les loups (Never Cry Wolf), A Whale for the Killing, Sibir, People of the Deer, Sea of Slaughter sont quelques-uns des titres parmi tous ses livres traduits dans des dizaines de langues.

Il a honoré à la fois Sea Shepherd et moi-même en écrivant la préface de mon livre Ocean Warrior et en étant présent à la "Chaire internationale" de Sea Shepherd depuis plus de vingt ans. Et j’ai eu l’honneur de siéger au conseil d’administration de la Fondation Farley Mowat.

Je chérirai pour toujours les moments que j’ai passés avec lui et sa femme lors de mes visites à Port Hope, en Ontario l’hiver, ou l’été à leur maison de Riviere Bourgeois sur l’île du Cap-Breton, en Nouvelle-Ecosse.

Il était mon ami intime et mon proche conseiller, une source d’inspiration incroyable et l’un des êtres humains les plus perspicaces, intelligents et merveilleux que j’ai eu le privilège de connaître.

Je me suis assis à son bureau et me suis émerveillé de voir qu’il avait écrit ses nombreux ouvrages sur une très ancienne machine à écrire américaine (Underwood). Farley n’avait même pas d’adresse e-mail. Son moyen d’expression était la plume et une machine à écrire, et c’était un virtuose avec les deux.

Sea Shepherd a baptisé un de ses navires de son nom et l’a porté de l’océan Austral pour défendre les baleines jusqu’à la côte Est du Canada pour défendre les phoques qu’il aimait tant.

Le Capitaine Paul Watson et Farley Mowat. Photo: Sea ShepherdLe Capitaine Paul Watson et Farley Mowat. Photo: Sea ShepherdBien qu’il voyait l’avenir sombre, et qu’il comparait l’humanité à un train fou sans freins dévalant à fond la pente d’une montagne, il était resté optimiste sur le fait que quelques-uns réussiraient à sauver le monde de nous-mêmes.

C’était un vétéran de la Seconde Guerre mondiale et il avait rassemblé les objets qui constituent aujourd’hui la fondation du musée de la guerre Canadien. Il a été décoré de l’Ordre du Canada (le plus haut degré du mérite au Canada pour un talent et un service exceptionnel rendu au Canada et à l’humanité), mais il m’a toujours confié que ce n’était pas véritablement une décoration si honorable venant d’un gouvernement qui possède un tel mépris de la nature et des animaux.

Je dois admettre que je me sens un peu abattu par sa perte. Il a toujours été une source de force par ses conseils et je chérirai toujours sa franchise si courageuse sur tous les problèmes qui le préoccupaient.

Durant ces vingt dernières années, il n’a cessé de me dire qu’il écrivait son dernier livre et une fois celui-ci terminé, le suivant était vraiment le dernier et ainsi de suite. Je lui disais qu’il ne cesserait d’écrire qu’au jour de sa mort.

Il m’a toujours semblé immortel. Je me voyais comme lui, toujours actif à l’âge de 92 ans.

Le Canada a perdu son plus grand trésor littéraire, le monde un de ses défenseurs de l’environnement les plus influent et Sea Shepherd et moi-même un ami merveilleux.

Le Canada nommera un jour un parc national en son honneur parce qu’il a mérité sa place de véritable héros canadien à travers son talent, son imagination, sa vision, son courage et sa passion. Le Canada a l’habitude de mépriser des gens de leur vivant pour ensuite les canoniser longtemps après leur mort comme des héros - des personnalités comme Grey Owl, Louis Riel, Dr. Norman Bethune, Tommy Douglas, etc...

Et malgré son impopularité auprès du gouvernement conservateur de Stephen Harper, Farley a toujours eu le respect et l’amour du peuple canadien et il ne sera pas oublié.

Farley sera toujours une source d’inspiration pour nous. Sea Shepherd et moi-même avons eu l’immense honneur de compter Farley comme ami et conseiller.

Nous avons l’intention de poursuivre la lutte qu’il jugeait la plus importante: la défense et la protection de la nature, des espèces menacées et des océans.

En ce qui me concerne, je n’ai pas l’intention de le laisser tomber et grâce à lui je n’abandonnerai jamais et, comme lui, je continuerai à oeuvrer pour les océans, pour la planète et le futur jusqu’à mon dernier jour.

Farlet Mowat manquera à Sea Shepherd, nous ne l’oublierons jamais.

Farley, nous t’aimerons toujours.

Paul Watson

Le Capitaine Paul Watson et Farley Mowat. Photo: Sea ShepherdLe Capitaine Paul Watson et Farley Mowat. Photo: Sea Shepherd

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact