Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Dimanche, 11 Mai 2014 16:05

La défense des phoques en Ecosse : le bras de fer de Sea Shepherd

Une femelle et son petitUne femelle et son petitMi-avril, les événements se sont précipités dans le petit village de pêche de Gardenstown en Écosse lorsque des employés de la Usan Salmon Fisheries ont commencé à tirer sur des phoques qui s'approchaient de leurs filets. Les membres de Sea Shepherd ont alors très vite réagi pour venir s'interposer et protéger les phoques de passage sur la côte. La situation a ensuite dégénéré lorsque les employés ont tenté de s'en prendre directement à l'un des membres de l'organisation. Sur place, en Écosse, nous avons eu l'occasion de nous entretenir avec Rob Read, directeur de cette campagne pour la défense des phoques, pour faire le point sur la situation.

Ces tueries contre les phoques ne sont malheureusement pas un phénomène nouveau en Écosse. Il ne s'agit pas là d'une quelconque tradition liée à la culture écossaise mais bel et bien d'un problème purement financier. Les massacres étaient plus ou moins cachés et déjà illicites par le passé, à tel point que le gouvernement écossais prit la décision en 2010, via le "Marine Scotland Act" [1] , d'essayer de réglementer ces abattages en octroyant un certain nombre de permis avec des quotas à respecter pour chaque compagnie de pêche. Les compagnies dont nous parlons, et plus particulièrement la Usan Salmon Fisheries, tuent des phoques par centaines pour protéger leurs investissements, c'est à dire leurs filets tendus en mer pour capturer des saumons sauvages. La pêche du saumon rapporte très gros puisqu'on parle ici de l’une des plus grosses régions de pêche d’Europe [2]. Un saumon sauvage rapporte à lui seul environ 60€ [3], on comprend alors très vite que les compagnies qui agissent uniquement pour amasser des fortunes n'aiment pas voir leur argent s'écouler à travers les mailles d'un filet qu'un phoque serait venu arracher pour se nourrir, devant la promesse du festin qui s'offre à ses yeux...

Publicité de la USAN indiquant leur souci de l’environnement…Publicité de la USAN indiquant leur souci de l’environnement…La Usan Salmon Fisheries, qui possède la marque Scottish Wild Salmon (un nom bien plus vendeur), est la plus grosse de toutes les compagnies de pêche et évidemment celle qui tue le plus de phoques. Le premier problème, c'est que les quotas ne sont pas respectés et d'après les estimations de Sea Shepherd, pour un phoque tué légalement avec un permis, deux autres sont tués illégalement. Le deuxième problème vient d'une mention que les compagnies de pêche ont tendance à oublier: l'abattage d'un phoque qui menacerait les filets ne doit se faire, selon la loi, qu'en dernier recours, une fois que toutes les autres méthodes non-létales ont été utilisées.

L'année dernière, l'USF a tué des phoques dans la baie de Garmie (juste à côté de Gardenstown) depuis la plage, sous les yeux des habitants et des touristes de passage... L'affaire avait déjà fait beaucoup de bruit dans la presse locale [4] mais cela n'a pas empêché la compagnie de revenir poser ses filets et de reprendre ses activités cette année, le fusil à l'épaule.

Sachant que 20% des phoques écossais sont tués par la USAN, Sea Shepherd est très vite intervenu lorsque l'organisation a été prévenue que des coups de feu avaient encore été tirés sur les côtes de Gardenstown. Quatre jours plus tard, le bateau de Sea Shepherd arrivait sur place (amarré auparavant au sud de l'Angleterre) avec les équipes de volontaires et avec le soutien et les informations des Hunt Saboteurs pour s'interposer entre les phoques et les employés de la compagnie. Malgré les menaces et les agressions (voir l'article du 21 avril), Sea Shepherd n'a cessé de surveiller sur terre comme en mer les activités de la USAN dans la région. Grâce à son bateau bien plus rapide, Sea Shepherd n'a eu aucun mal à suivre les bateaux de la USAN, pour les filmer et s'assurer que rien d'illégal n'était commis lors de la pêche. Le message a d'ailleurs été très clair dès le début avec l'USAN: si la compagnie tentait de tuer un phoque, les équipes s'interposeraient, comme Sea Shepherd le fait toujours dans ces cas-là. Avec l'attention médiatique soulevée depuis l'année dernière et l'arrivée d'une organisation qui ne fait aucun compromis comme Sea Shepherd, la pression était forte sur la compagnie qui n'avait plus le droit de faire un faux pas... Au plus fort de la tension presque 70 bénévoles étaient présents, prêts à défendre les mammifères.

Un phoque gris abattu par la USAN à Gardenstown en 2012Un phoque gris abattu par la USAN à Gardenstown en 2012Mais Usan Salmon Fisheries a également joué de ses relations pour mettre des bâtons dans les roues de Sea Shepherd. Deux jours après l'agression filmée d'un des membres de Sea Shepherd, le propriétaire du port envoya une facture de 2600£ réclamant des "droits de tournage" parce que l'organisation avait filmé dans le port. Aucune autre personne, ni aucun journaliste présent sur les lieux n'avait jamais reçu ce type de réclamation; détail qui n'était d'ailleurs absolument pas précisé dans le contrat du port où Sea Shepherd a loué un emplacement pour son bateau à l'année. Sous la pression de Paul Watson qui mit la lumière sur ces événements, une vague de protestation internationale fit retirer cette facture totalement injustifiée.

Pour mettre les choses dans leur contexte, il faut également préciser que la société emploie ses propres ouvriers qui sont envoyés avec les filets dans différentes zones et que les pêcheurs traditionnels de Gardenstown, et plus généralement en Écosse, apprécient bien plus la compagnie des phoques, au point paraît-il que certains les nourrissent directement à la main. Si, pour la population, il était délicat de clairement prendre parti par peur de représailles (tout se sait dans les petites communautés), le soutien était silencieux et l'organisation a reçu des témoignages de sympathie pour son action. Plusieurs volontaires ont d'ailleurs été recrutés sur place et surveilleront maintenant en permanence la baie et les phoques de passage.

Illustration d’une campagne de pétitions adressée au Gouvernement écossaisIllustration d’une campagne de pétitions adressée au Gouvernement écossaisL’Écosse abrite la deuxième plus grande population de phoques de l'Atlantique Nord après le Canada. Les phoques gris et les phoques communs sont les deux espèces les plus représentées et font partie du patrimoine naturel écossais et européen. Malgré un déclin depuis ces vingt dernières années, la population semble se stabiliser maintenant, mais à quel prix? Les compagnies, à force d'éliminer les phoques qui s'approchaient de leurs filets, ont abattu la plupart des phoques sédentaires des différentes zones de pêche. Les phoques pris pour cible sont le plus souvent les phoques gris, plus gros (qui mangent donc plus) et capables de se déplacer sur de grandes distances pour se nourrir. Ce mammifère peut mesurer jusqu'à plus de 2 mètres et peser dans les 300 kilos pour les mâles adultes. Le phoque n'est absolument pas un mammifère agressif (on l'appelle d’ailleurs aussi ‘le veau marin’) il est sociable, généralement méfiant mais il peut parfois se révéler particulièrement curieux et joueur comme le montre cette récente et magnifique vidéo. Son alimentation se compose principalement de morues, d’aiglefin, de sole, de lingue, de limande et occasionnellement, surtout lorsqu’ils sont regroupés en masse dans un filet, de saumons. Comme un enfant devant un paquet de bonbons, ces filets de saumons sont évidemment très attractifs. Et on ne peut pas tuer un animal sous prétexte qu’il cherche à se nourrir. Surtout qu'une méthode non-létale de répulsion des phoques mise au point par l'Université de St Andrews a donné d'excellents résultats. En investissant dans ces appareils de répulsion acoustique, les sociétés de pêche pourraient protéger leurs filets avec efficacité et sans conséquence sur l'écosystème et la vie des phoques.

Le Spitfire en actionLe Spitfire en action

Pour Sea Shepherd, tous ces éléments font de la Usan Salmon Fisheries une compagnie à surveiller et à combattre dans ses actions illégales contre les phoques. Pour ce faire, l'organisation dispose de plusieurs moyens d'action. L'intervention directe, en s'interposant entre les fusils et les phoques. Concrètement, cela représentait fin avril plusieurs sorties en mer par jour pour surveiller la compagnie. Et les résultats de cette surveillance sans relâche ont vite porté leurs fruits puisque au bout de quelques jours, les employés de la USAN ont abandonné l'idée de sortir en mer avec leurs fusils. Il y a quelques jours, pour permettre une meilleure couverture des côtes écossaises, Sea Shepherd UK a acquis un tout nouveau bateau, le SPITFIRE, bien plus puissant et avec un rayon d'action capable de couvrir une vaste zone d'opération, et même de rejoindre les îles Féroé en cas de nécessité...

Le port de Gardenstown où est amarré le bateau de Sea Shepherd UKLe port de Gardenstown où est amarré le bateau de Sea Shepherd UKLe deuxième champ d'intervention est médiatique, en portant les agissements de la compagnie à la connaissance de tous, Sea Shepherd espère définitivement avoir l'attention du gouvernement, sourd aux revendications jusque-là. Il n'y paraît peut-être pas au premier abord mais beaucoup de choses sont en jeu dans ce combat pour la défense des phoques et contre les compagnies de pêche car c'est aussi l'année pour le vote de l'indépendance de l'Ecosse, et le premier ministre écossais, Alex Salmond (d'ailleurs ancien député de la région de Gardenstown qui avait accordé 100 000£ de subventions européennes aux compagnies de pêche pour la défense des filets) ne souhaite certainement pas que tout ceci apparaisse dans les médias locaux et internationaux. Enfin, en mettant à jour les pratiques de la USAN, Sea Shepherd veut aussi dénoncer les mensonges commerciaux de la compagnie qui prétend dans ses tracts publicitaires (mettre la photo) pratiquer une pêche qui respecte l'environnement...

Le but a clairement été énoncé à la USAN lors d'une rencontre devant la police; Sea Shepherd UK va continuer à intervenir, va recevoir l'appui de l'antenne française, allemande et de Sea Shepherd Global, et va jouer de ses relations avec les personnalités américaines dévouées à la défense des océans pour faire entendre sa voix tant que la USAN ne rendra pas ses permis pour tuer des phoques, un acte de dernier recours selon la loi et alors que des solutions non-létales et efficaces existent. La campagne se poursuivra tout au long de l'année s'il le faut, avec également l'espoir que les permis ne soient plus renouvelés en 2015 pour mettre définitivement fin au massacre des phoques en Écosse.

La Scottish Wild Samon le 29 avrilLa Scottish Wild Samon le 29 avril

Aujourd'hui, la Scottish Wild Salmon Company a fermé ses portes à Gardenstown et embarqué ses filets sur des camions pour une destination inconnue. Pour autant, la campagne de défense des phoques en Écosse est lancée et rien ne pourra l'arrêter. Comme pour toutes les espèces et les écosystèmes de nos océans, partout dans le monde, Sea Shepherd interviendra pour faire respecter les lois censées protéger le futur de cette "Planète Bleue", notre futur à tous.

Rob Read remercie chaleureusement le soutien des volontaires français et espère les voir nombreux en Écosse et aux îles Féroé.

par David Ducoffre, volontaire Sea Shepherd France

 Un phoque gris sortant la tête devant l'équipage de Sea ShepherdUn phoque gris sortant la tête devant l'équipage de Sea Shepherd

MISE A JOUR- 12/05/2013: La Scottish Wild Salmon vient de ré-ouvrir ses portes dimanche dernier. Des volontaires surveillent déjà les activités de la compagnie qui a réinstallé un filet dans la baie. Aucun fusil n'est à bord de leur embarcation à cette heure.


 

[1]  http://www.legislation.gov.uk/asp/2010/5/pdfs/asp_20100005_en.pdf

[2]  http://www.scotland.gov.uk/Topics/marine/Sea-Fisheries

[3] Estimation Sea Shepherd

[4]  http://www.banffshire-journal.co.uk/News/Betrayed-over-seal-shootings-09042013.htm



 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact