Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Lundi, 08 Septembre 2014 12:47

Le lendemain du massacre

Commentaire du Capitaine Paul Watson

3 activistes de Sea Shepherd au moment de leur arrestation, devant un hélicoptère de la marine nationale danoise. Photo: Sea Shepherd3 activistes de Sea Shepherd au moment de leur arrestation, devant un hélicoptère de la marine nationale danoise. Photo: Sea ShepherdLes volontaires de Sea Shepherd ont été réveillés ce matin par le bruit d’un sac rempli de cadavres d’oiseaux jeté à leur porte d’entrée. Aujourd’hui, nous savons tous quel parti le gouvernement danois a choisi: celui de la cruauté et de la mort.

Durant ces 85 derniers jours, les sentinelles à terre et la flotte Sea Shepherd ont réussi à guider vers le large trois grands groupes de globicéphales égarés, 85 jours sans aucun massacre de dauphins ou baleines.

Toutefois, nous savions tous que pour des raisons logistiques et géographiques, des opportunités se présenteraient pour les baleiniers.

Samedi, une équipe de six personnes postée à Sandur sur l’île Sandoy a remarqué six bateaux quittant le port. Elle informa immédiatement le bateau Sea Shepherd le plus proche, à savoir l’équipage français de Bastien Boudoire à bord du Mike Galesi.

Un petit groupe de 33 globicéphales avait été repéré par les habitants de l’île de Skuvoy, proche de celle de Sandoy.

Malheureusement, les baleines passèrent à proximité et n’ont pu être redirigées vers le large. Tandis que le Mike Galesi se dépêchait sur place, le Loki et le B.S. Sheen, alors en train de patrouiller au large de l’île de Suduroy, furent appelés en renfort.

Le Brigitte Bardot était à ce moment là à 52 kilomètres au Nord, bien trop loin pour pouvoir intervenir.

L’équipe à terre de Sandoy arriva sur la plage avant les baleiniers. Pendant ce temps, les policiers de Torshaven se dépêchèrent de monter à bord des hélicoptères de la marine danoise pour se rendre à Sandoy. La marine danoise envoya des bateaux rapides semi-rigides en direction de Sandoy, pour l’un des plus grands moments de fierté de l’histoire de la Marine Nationale. Je veux dire par là, qu’est-ce qu’à bien pu être la bataille de Copenhague lorsque la Marine fut vaincue par Nelson, comparée à cette noble et hautement stratégique course pour porter assistance aux tueurs de baleines de Sandoy?

Pendant que les hommes, femmes et enfants affluèrent sur la plage, aussi joyeux et bruyants que pour une fête d’anniversaire, les baleines furent rabattues à moins de 200 mètres de la plage.

Lorsque le Mike Galesi arriva, la Marine danoise ordonna à l’équipage de faire marche arrière. Le même ordre fut donné à l’arrivée du Loki et du B.S. Sheen. L’australienne Krystal Keynes, aux commandes du B.S. Sheen, n’ayant pas entendu l’ordre se rapprocha pour filmer ce qui se passait avec les équipes à terre.

Entre le moment où les baleines ont été repérées et celui où elles ont été rabattues vers la plage, 25 minutes se sont écoulées.

Alors que les volontaires à terre se jetèrent à l’eau pour protéger les baleines, ils furent plaqués au sol et arrêtés par la police. Les équipages des bateaux furent poursuivis par "l’illustre et courageuse" Marine danoise. En tout, 14 activistes de Sea Shepherd ont été arrêtés et transportés par hélicoptères de la Marine royale danoise à Torshaven et détenus. Aucun rapport sur les charges n’a été communiqué. Toutes les caméras Sea Shepherd ont été confisquées.

Qu’un groupe de défenseurs de l’environnement motivé par la compassion et non-armé ait été déjoué et arrêté par un état membre de l’OTAN, n’a pas de honte à avoir.
Eux sont armés, équipés, ont de l’argent et les personnes pour faire le boulot bien sûr. Il s’agit en réalité d’un acte profondément courageux d’avoir rejoint la mêlée face à ce déchaînement de haine et de violence.

La photo prise par le photographe de Sea Shepherd, Nils Greskewitz, des trois volontaires Sea Shepherd forcés à s’agenouiller devant un hélicoptère militaire danois deviendra emblématique.

Sea Shepherd est très fier de tous les volontaires présents aux îles Féroé.

Une toute nouvelle loi interdit à toutes personnes non-autorisées de s’approcher des zones de massacre.

Section 11, paragraphe 1: qu’une zone de terre puisse être considérée comme une zone de Grind. Le magistrat a décrété qu’il est interdit pour toutes personnes sans autorisation de s’approcher à moins d’un mile (1,5 km) d’une zone de Grind. Les personnes sans autorisation doivent rester éloignées des zones de Grind. Sur terre, la police limitera l’accès aux zones, afin que seules les personnes participant aux captures puissent y entrer. Les participants doivent pouvoir travailler sans être dérangés par des personnes non-autorisées.

De nombreux enfants étaient présents sur la plage où s’est déroulé le massacre. Lorsque la responsable Sea Shepherd de l’opération à terre voulu savoir pourquoi ils étaient là et a demandé si le maître du Grind avait autorisé la présence d’enfants sur la plage, les policiers lui ont répondu que seules les membres de Sea Shepherd n’étaient pas tolérés sur les lieux. Il s’avère que la police n’a jamais limité l’accès au Grind avant les arrestations.

Apparemment, aux îles Féroé, ce sont les baleiniers qui dictent les lois que la police exécute. Les 14 activistes arrêtés (8 hommes et 6 femmes) sont:

- Six nationalités: 8 français, 2 sud-africains, 1 espagnol, 1 italien, 1 australien et 1 mexicain

Équipage Sea Shepherd (équipe mer):
1. Bastien Boudoire (Français) (Offshore Leader)
2. Jérôme Veegaert (Français)
3. Guido Capezzoli (Français)
4. Tiphaine Blot (Français)
5. Baptiste Brebel (Français)
6. Antoine Le Dref (Français)
7. Céline Le Dourion (Français)
8. Krystal Keynes (Australie)

Équipe Terre:
9. Maggie Gschnitzer (Italie) (Sandoy Island Leader)
10. Rorigio Gilkuri (Mexique)
11. Nikki Botha (Afrique du Sud)
12. Monnique Rossouw (Afrique du Sud)
13. Sergio Teribio (Espagne)
14. Alexandre Sellet (France)

Les équipes à terre et en mer ont entendu les baleines hurler de douleur, ce qui contredit les affirmations des féringiens qui prétendent que le massacre est indolore malgré le stress engendré par le rabattage des baleines vers les plages.

Une famille entière de globicéphales a été massacrée sur cette plage de Sandur et le Danemark a mis en évidence le fait que son gouvernement collabore avec les baleiniers. Les régulations de l’Union Européenne interdisent au Danemark de soutenir la chasse à la baleine. Avec cet incident, Sea Shepherd dispose de nombreuses preuves pour inciter le parlement européen à prendre des mesures. Les îles Féroé reçoivent d’importantes subventions de l’UE par le biais du Danemark, le seul endroit en Europe subventionné par l’UE qui n’a pas à se conformer au droit européen. Malgré le fait que le Danemark fasse partie de l’UE, les îles Féroé revendiquent leur indépendance du Danemark et, de facto, de l’Union Européenne.

Selon les services postaux européens, les Iles Féroé font effectivement partie du Danemark, car ils n’autorisent aucune livraison postale aux Féroé sans mentionner explicitement "Danemark" sur le courrier.

Les Iles Féroé sont au Danemark ce que la soi-disant recherche scientifique est au Japon: une faille qui permet de contourner les lois de conservation.

De nombreux danois continuent d’affirmer que le Danemark n’est pas une nation baleinière. Les actions de la police et de la marine danoise sont la preuve irréfutable que le Danemark est une vraie nation baleinière.

La nuit dernière, un sac rempli d’oiseaux morts a été jeté devant la porte de l’une des maisons louées par Sea Shepherd aux îles Féroé.

L’irrespect de ces îles envers les dauphins, baleines, macareux, fulmars et envers la faune sauvage en général est abject. Quand on dit que cela fait partie de la "culture", nous devrions revenir à l’origine même du mot. Une culture est un environnement duquel les choses se développent et, comme les cultures de bactéries, ce n’est pas forcément une bonne chose. En fait, les événements aux îles Féroé peuvent être perçus comme un culte de la tuerie et de la cruauté.

Sea Shepherd se consacre à l’éradication de ce genre de cultes obscènes et méprisables. Malheureusement, dans le monde d’aujourd’hui, l’opposition à la cruauté et au massacre est considérée comme un acte criminel par les cultures qui cautionnent des monstruosités comme la corrida, les combats de chiens, la chasse aux phoques, les massacres de dauphins et cette activité sordide et odieuse propre aux Iles Féroé, le Grindadrap qui se traduit littéralement par "Massacre de baleines".

Les volontaires de Sea Shepherd aux Iles Féroé sont des personnes dévouées et compatissants qui ont voyagé à leurs frais vers ces îles isolées pour lutter contre un mal qui ne devrait plus exister sur cette planète.

Dès demain, d’autres volontaires voyageront vers le seul autre endroit sur Terre où de tels massacres ont lieu: Taiji, au Japon.

Ce sont les deux endroits au monde les plus barbares pour les dauphins et les baleines. Et quand on sait que, sur sept milliards d’êtres humains, il y a moins de 60 000 personnes vivant dans ces deux endroits où une telle cruauté est infligée à l’encontre d’espèces aimées par le reste du monde, on ne peut que penser que ce culte de la souffrance et de la mort, fondement de ces deux cultures perverties, est une aberration et une honte pour la race humaine.

Cliquer pour afficher le site de l'Opération GrindStop 2014 pour plus d'informations Visitez le site de l'opération
GrindStop 2014
pour plus d'informations
 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact