Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Jeudi, 13 Novembre 2014 14:32

Ils tuent les dauphins, n’est-ce pas ?

"Abondant" et "commun" sont les mots favoris des tueurs de baleines, après "durable". Dans leur vocabulaire, "abondant" signifie: "nous n’avons aucune idée du nombre d’animaux qu’il y a, mais nous allons prétendre, sans preuve scientifique, qu’il y en a assez pour que nous puissions continuer à les tuer." Erwin Vermeulen

Un groupe de dauphins peu après le massacre – photo: Sea ShepherdUn groupe de dauphins peu après le massacre – photo: Sea ShepherdUn sujet embarrassant dans les îles est que, outre leur fière tradition de tuer des familles entières de globicéphales noirs (Globicephala melas, Grindahvalur aux Féroé), les hommes-aux-couteaux des Féroé abattent aussi de grandes familles de petites espèces de dauphins. Les deux principaux ouvrages en anglais sur le sujet de la pêche au rabattage – "Pilot whales and the whale drive" de Dorete Bloch, 2007, et "Pilot whaling in the Faroe Islands" de Joan Pauli Joensens, 2009 – omettent complètement les autres espèces de dauphins qui sont rabattues dans les baies et massacrées sur les plages de ces îles féroces.

Certains locaux sont dans le déni complet et affirment qu’on ne tue absolument aucun dauphin. D’autres maintiennent que c’est rare, et que cela n’arrive qu’aux dauphins qui s’échouent tout seuls, qu’on les tue pour mettre fin à leurs souffrances, et qu’ils sont utilisés intégralement pour l’alimentation.

D’autres encore suivent la ligne de l’ouvrage "Marine Mammals in Faroese Waters", qui attribue globalement la responsabilité de la mort de ces petits dauphins à leur habitude de se mélanger aux globicéphales:

"Le tursiops est la troisième espèce à se mêler fréquemment aux baleines pilotes et c’est la raison pour laquelle cette espèce aussi est occasionnellement capturée."

Bien entendu toutes ces affirmations sont des mensonges. Aux îles Féroé comme dans la ville japonaise de Taiji, ce sont des dauphins spécifiques qui sont ciblés, rabattus et tués.

Le 13 août 2013, un nombre effarant de 430 dauphins à flancs blancs de l’Atlantique s’est fait massacrer à Hvalba – Photo: Sea ShepherdLe 13 août 2013, un nombre effarant de 430 dauphins à flancs blancs de l’Atlantique s’est fait massacrer à Hvalba – Photo: Sea ShepherdDans un récent article de presse issu du cabinet du premier ministre féringien, intitulé "Des activistes Sea Shepherd arrêtés pour avoir dérangé un groupe de dauphins près de Torshavn", le gouvernement féringien admet de façon hésitante, au sujet des dauphins à flancs blancs de l’Atlantique que le Spitfire de Sea Shepherd a escortés loin des plages mortelles:

"Des individus de cette espèce se mêlent occasionnellement à des groupes de globicéphales, mais il arrive quelquefois que des groupes séparés soient rabattus et échoués…"

"Quelquefois", ce n’est pas vraiment le mot qu’il faut pour évoquer le massacre des dauphins à flancs blancs de l’Atlantique (Lagenorhynchus acutus, Hvítskjórutir springari en féringien) aux Féroé:

Le 13 août 2013, un nombre effarant de 430 dauphins à flancs blancs de l’Atlantique s’est fait massacrer à Hvalba, sur l’île de Suduroy au sud de l’archipel. Les photos accompagnant le présent article ont été prises ce jour-là. Le même village en a tué quatorze autres le 30 août 2010. En 2009, le 22 août, une famille de 100 animaux a été tuée à Øravik sur la même île.

Et la liste continue:

Date

Lieu

Dauphins abattus

26/08/2006

Hvalba

223

24/08/2006

Hvalba

3

14/08/2006

Hvalba

27

08/08/2006

Klaksvik

327

22/07/2006

Trongisvagur

6

22/02/2006

Hvalvik

1

16/08/2005

Hvalba

22 avec 49 globicéphales

12/08/2005

Sandavagur

12

12/08/2005

Fuglafjordur

271

07/08/2005

Trongisvagur

22

06/05/2005

Aeduvik

1

16/04/2005

Hvannasund

7

18/09/2004

Hvannasund

5

09/09/2004

Runavik

7

08/09/2004

Klaksvik

291

28/08/2004

Sydrugota

24

21/08/2004

Bordoyarvik

6

12/09/2003

Klaksvik

20

06/09/2003

Tvøroyri

6

06/09/2003

Hvannasund

50

05/09/2003

Torshavn

6

26/08/2003

Hvalvik

104

27/09/2002

Vestmanna

16

26/09/2002

Vestmanna

26

23/09/2002

Hvalba

99

17/09/2002

Hvannasund

148

17/09/2002

Sydrugota

110

16/09/2002

Torshavn

11

14/09/2002

Vagur

280

03/09/2002

Hvalba

42

03/09/2002

Hvalvik

36

19/08/2002

Hvannasund

6

22/09/2001

Klaksvik

55

21/09/2001

Hvalba

325

18/09/2001

Torshavn

46

17/09/2001

Sydrugota

48

06/09/2001

Klaksvik

26

05/09/2001

Hvannasund

18

30/06/2001

Klaksvik

8

04/09/2000

Hvalba

13

30/08/2000

Vagur

186

22/08/2000

Klaksvik

66

22/09/1998

Hovsfjordur

36

22/09/1998

Trongisvagur

219

13/09/1998

Fuglafjordur

16

27/07/1998

Famjin

167

23/10/1997

Klaksvik

6

14/10/1997

Torshavn

21

14/10/1997

Hvalvik

24

14/10/1997

Hvalvik

19

30/09/1997

Hvannasund

7

26/09/1997

Sydrugota

16

05/09/1997

Nolsoy

12

29/08/1997

Funningsfjordur

65

28/08/1997

Sydrugota

22

21/08/1997

Klaksvik

158

19/10/1996

Hvalvik

26

07/10/1996

Porkeri

6

06/10/1996

Porkeri

9

05/10/1996

Vagur

30

09/09/1996

Funningsfjordur

13

25/08/1996

Torshavn

19

12/08/1996

Klaksvik

49

04/09/1995

Hvalvik

3

26/08/1995

Hvannasund

41

20/08/1995

Fuglafjordur

110

01/08/1995

Hvalvik

3

04/10/1994

Hvalvik

5

18/09/1994

Hvalba

10

17/09/1994

Torshavn

10

14/09/1994

Vagur

20

04/09/1994

Kollafjordur

15

04/09/1994

Hvalvik

58

25/09/1993

Vagur

100

24/09/1993

Vestmanna

15

20/09/1993

Fuglafjordur

199

30/08/1993

Sydrugota

12

05/08/1993

Hvalvik

12

17/07/1993

Hvannasund

19

13/07/1993

Husavik

35

04/07/1992

Klaksvik

2 avec 150 globicéphales

Ce n’est pas "quelquefois". Ce ne sont pas quelques rares occasions, et il ne s’agit pas seulement de dauphins malchanceux accompagnant des globicéphales.

Ces dauphins ont été tués et marqués de la même façon que les globicéphales chassés pendant un grind – Photo: Sea ShepherdCes dauphins ont été tués et marqués de la même façon que les globicéphales chassés pendant un grind – Photo: Sea ShepherdC’est en 1992 que débute la tenue de registres (Grindayvirlit) pour la chasse des petites espèces de dauphins. La liste des abattages de globicéphales remonte à 1709 et, même, de manière fragmentée, jusqu’en 1584. C’est peut-être de là que vient l’embarras qui entoure ce sujet. La défense et la poursuite du grindadrap reposent largement sur l’argument fallacieux de "l’appel à la tradition" - la supposition que quelque chose est bien et devrait continuer pour la seule raison qu’on agit ainsi depuis longtemps.

La vraie chasse organisée aux petits dauphins n’a-t-elle pas commencé avant les années 90? Avant 1990, ces petits dauphins ne se faisaient-ils prendre que pendant les chasses aux globicéphales, ce qui ne valait pas la peine d’être mentionné dans les registres? Ou bien ces fameux registres du grind ne sont-ils pas aussi exacts qu’on le prétend?

Il n’y a pas grand-chose qui prouve que le massacre des petits dauphins pourrait être considéré comme une "tradition ancienne". De toute façon, avant les bateaux à moteur, il aurait été difficile de chasser ces espèces plus rapides.

L’étude mentionnée ci-dessus "Marine Mammals in Faroese Waters" rapporte que 6476 dauphins à flancs blancs de l’Atlantique ont été "récoltés" (c’est l’expression qu’ils utilisent) entre 1872 et 2000, sans nommer leur source. En ce qui concerne les tursiops, des "statistiques de chasse rapportent une récolte de 943 individus entre 1803 et 2000" - toujours sans source.

La liste accessible au public concernant les tursiops (Tursiops truncates, Hvessingur en féringien) est plus courte:

Date

Lieu

Dauphins abattus

07/08/2006

Sydrugota

9

22/02/2006

Sydrugota

8 parmi 29 globicéphales

17/09/2002

Klaksvik

11

17/09/2002

Klaksvik

7

17/08/2001

Klaksvik

6

18/09/1996

Hvalvik

2

27/08/1996

Hvalba

19

02/09/1994

Hvalvik

8

16/09/1993

Midvagur

12 parmi 178 globicéphales

24/08/1993

Hvannasund

4

14/10/1991

Midvagur

62 parmi 127 globicéphales

Voici ce que dit l’UICN, l’organisation qui classe la faune sauvage sur la liste rouge des espèces menacées, sur l’abattage des dauphins aux Féroé:

"Il n’y a pas de chiffres sur la chasse des dauphins à flancs blancs de l’Atlantique aux Féroé, mais rien non plus ne démontre que cet aspect de la pêche au rabattage a une longue histoire, comme celle des globicéphales (Reeves et al. 2003)."

L’article de presse du cabinet du premier ministre féringien ne fait que répéter ce que dit le site web de propagande whaling.fo en prétendant:

"Les dauphins à flancs blancs sont une espèce commune et abondante autour des îles Féroé, et par conséquent ils ne sont pas protégés."

ET :

"En plus des dauphins à flancs blancs, les tursiops et les marsouins sont également communs dans les eaux féringiennes, et peuvent être capturés pour la nourriture.. "

"Abondant" et "commun" sont les mots favoris des tueurs de baleines, après "durable". Dans leur vocabulaire, "abondant" signifie: "nous n’avons aucune idée du nombre d’animaux qu’il y a, mais nous allons prétendre, sans preuve scientifique, qu’il y en a assez pour nous permettre de continuer à les tuer."

Au lieu de développer sur cette "abondance", l’article de presse se limite à dire:

"Le comité scientifique de la NAMMCO (la Commission pour les mammifères marins de l'Atlantique nord, qui rassemble des pays qui tuent les mammifères marins) a été priée de présenter des estimations exhaustives de cette espèce dans l’Atlantique Nord."

Les dernières études datent du milieu des années 90 et tout ce qu’elles nous apprennent – comme souvent – c’est que nous en savons très peu:

Des dauphins sont hissés par une grue peu après leur abattage – Photo: Sea ShepherdDes dauphins sont hissés par une grue peu après leur abattage – Photo: Sea Shepherd"Les études NASS dans l’Atlantique Nord montrent que les cétacés n’occupent pas le même secteur chaque année. Des données NASS sont disponibles pour 1987, 1989 et 1995. Elles rapportent que les différentes espèces se répartissent à peu près dans les mêmes secteurs en 1987 et en 1989, mais l’étude de 1995 montre que l’abondance de certaines espèces était très différente dans certains secteurs. Cette variation indique que les observations et les études dans l’océan Atlantique nord-est ne reflètent pas en permanence la répartition et l’abondance des espèces de baleines, mais que ce sont plutôt des instantanés montrant des schémas de répartition dans un environnement changeant en fonction des oscillations climatiques à long terme combinées à d’éventuels impacts d’origine humaine."

Cette citation aussi est tirée de "Marine Mammals in Faroese Waters" qui n’a pas été rédigé pour prouver l’abondance, mais parce que "avec l’émergence des activités pétrolières dans la région des îles Féroé et la mise en place du programme d’étude d’impact environnemental, il est nécessaire de réviser nos connaissances actuelles de l’environnement marin et les lacunes existant dans cette masse de connaissances."

Ils ont même un chapitre intitulé "Principales lacunes dans les connaissances" qui explique que "la seconde lacune significative dans nos connaissances est la piètre compréhension des schémas de répartition et d’abondance des petites espèces de dauphins dans le secteur des Féroé."

On y dit au sujet des tursiops :

"… Aucun calcul d’abondance n’a été fait jusqu’ici. Une estimation très prudente du nombre de tursiops dans le secteur des Féroé est d’environ 1000 individus."

Est-ce que c’est une "abondance" suffisante pour continuer à en prendre autant que possible? Rappelons-nous que, contrairement au Japon, les Féroé ne fixent pas de quotas.

Un peu plus loin dans le texte, voici la conclusion générale:

"L’absence de données vérifiées a donc rendu difficile la détermination du nombre exact de petites espèces de dauphins, comme le dauphin à flancs blancs, le dauphin à nez blanc, le tursiops et le marsouin commun, ou d’autres espèces rares. C’est pourquoi il y a une lacune majeure dans nos connaissances des schémas de répartition et d’abondance de toutes les petites espèces de cétacés."

En d’autres termes: le gouvernement féringien ment quand il parle d’abondance et de chasse durable pour la chasse au rabattage.

De plus, ils ne semblent vraiment pas savoir quelles espèces de dauphins peuvent être tuées. L’article de presse et le site web du gouvernement mentionnent les tursiops, les dauphins à flancs blancs de l’Atlantique et les marsouins communs, en plus des globicéphales noirs.

Le manuel publié en février 2014 par la NAMMCO sur la chasse aux globicéphales aux îles Féroé, produit en collaboration avec le vétérinaire en chef des Féroé, Justines Olsen, et le Grindamannafelagið (association des chasseurs de globicéphales) inclut les espèces suivantes: globicéphale noir, tursiops, dauphin à nez blanc et dauphin à flancs blancs.

Le marsouin commun (Phocoena phocoena, Nisa en féringien) n’y figure pas, peut-être parce que les chasseurs préfèrent les tuer au fusil plutôt que de les rabattre.

L’information publique sur le nombre des prises est très limitée. Dans la liste Grindayvirlit 1584 - 2014, "le 1/11/2006, Klaksvik, un individu", semble être la seule entrée concernant un animal non échoué. Deux marsouins communs sont mentionnés dans un récapitulatif de grind de 2003, mais sans date ni lieu.

Le dauphin à nez blanc (Lagenorhyncus albirostris, Kjafthvitir springari en féringien) y a été ajouté, bien que les registres publics ne mentionnent qu’un seul cas de rabattage et d’abattage de dauphins à nez blanc: une famille de 44 animaux qui a été massacrée à Hvalvik le 5/10/92.

La connaissance extrêmement limitée des tueurs sur les espèces de dauphins et le non-respect de la loi et des réglementations ont été mis en évidence pendant les massacres de dauphins de Risso (Grampus griseus, Rissospringari en féringien) à Klaksvik le 16 septembre 2009 et à Hvalba le 13 avril 2010. La chasse aux dauphins de Risso est interdite, et il est facile de les distinguer des globicéphales ou de toute autre petite espèce de dauphins – n’importe quel Gardien de la Baie vous le dira.

A Klaksvik, après la mort de trois animaux, les autorités locales ont stoppé la battue et ont ordonné que le reste du groupe soit reconduit en haute mer.

La réaction du gouvernement féringien:

"Après les deux prises accidentelles de 2009 et 2010, les autorités compétentes du district ont été informées par le ministère des Pêches que des précautions particulières devaient être prises pour s’assurer qu’il n’y ait plus de rabattage de ces espèces."

Les lois féringiennes protégeaient les orques (Orcinus orca, Bóghvituhvalur en féringien) en 1986. 21 ont été abattues à Klaksvik le 18 juin 1978. On peut regarder la longue et douloureuse agonie de ces animaux sur YouTube: "Faroe Islands" whale slaughter "The Grind" Orca.

L’UICN dément promptement que ces petites espèces de dauphins soient plus propres à la consommation que les globicéphales:

"Comme les autres mammifères marins de l’Atlantique nord, les dauphins à nez blanc et les dauphins à flancs blancs de l’Atlantique sont contaminés par des pesticides organochlorés, d’autres composés anthropogènes et des métaux lourds (Reeves et al.1999)…"

Comme démontré ci-dessus, la chasse aux dauphins n’est pas une tradition, les petits dauphins ne sont pas une prise accessoire de la chasse aux globicéphales, les affirmations de durabilité sont infondées, et la viande ne convient pas pour l’alimentation.

Il n’existe ni besoin ni justification pour tuer ces animaux.

Penser que les autres facteurs qui menacent les cétacés (pollution, pêche, industrie pétrolière, changement climatique, etc.) constituent un argument pour continuer le massacre, ce n’est qu’une idée fausse de plus.

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact