Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Dimanche, 08 Février 2015 03:32

Le Sam Simon se lance à la poursuite du Yongding et du Kunlun

Commentaire par le Capitaine Paul Watson, Fondateur de Sea Shepherd

Le Thunder est un navire black-listé par la CCAMLR et pour lequel Interpol a émis une notice mauve Photo: Sea Shepherd / Simon AgerLe Thunder est un navire black-listé par la CCAMLR et pour lequel Interpol a émis une "notice mauve"
Photo: Sea Shepherd / Simon Ager
Les deux navires braconniers sous pavillon de Guinée Equatoriale, le Yongding et le Kunlun, que la marine néo-zélandaise a laissé s’échapper le mois dernier, ont été retrouvés par le Sam Simon, navire de Sea Shepherd.

Les braconniers ont été retrouvés en train de pêcher impunément à seulement 50 miles de la station de recherche Australienne Mawson, dans les eaux Australiennes.

Lorsque Sid Chakravarty, le capitaine du Sam Simon, a lancé un appel radio pour demander la cessation de toute activité illégale, le Yongding a changé de course et s’est dirigé droit vers le Sam Simon. Le Capitaine Chakravarty ne s’est pas laissé intimider, et a refusé de détourner sa trajectoire, forçant le Yongding à dévier à seulement 10 mètres du Sam Simon, et à s’enfuir en direction du nord.

Le Sam Simon s’est lancé à la poursuite du Yongding. Malheureusement, le Kunlun a pu s’échapper. Le Sam Simon n’est pas en mesure de poursuivre deux navires en même temps. Le Kunlun a été vu pour la dernière fois en direction du nord, s’éloignant des côtes Antarctiques.

Il semble évident que ces braconniers ont un comportement agressif et qu’ils sont dangereux, au point d’avoir même pu empêcher la marine néo-zélandaise de les aborder le mois dernier.

Le capitaine et l’équipage du Sam Simon ne laisseront pas le Yongding reprendre la pêche. Le capitaine Chakravarty a demandé assistance à l’Australie, mais Sea Shepherd s’attend à ne recevoir aucune aide du gouvernement Australien.

Les braconniers ont été surpris en train de pêcher illégalement dans les eaux Australiennes. Sea Shepherd possède des preuves. Ces vaisseaux sont fichés et recherchés par Interpol. Le Sam Simon est prêt à rester derrière le Yongding jusqu’à ce que l’Australie puisse intercepter et arrêter ce vaisseau pirate. Sea Shepherd ne possède pas les autorisations pour arrêter le Yongding, mais tout l’équipage du Sam Simon est déterminé à mettre fin à toute activité illégale. S’ils mettent un seul filet à l’eau, il sera saisi.

Alors que les braconniers pillent les eaux du Territoire Antarctique Australien, le navire de patrouille de l’Océan Austral du Gouvernement Australien, le Ocean Shield, reste dans l’Océan Indien, apparemment en mission de protection des frontières, afin de protéger l’Australie des immigrants, au sujet desquels le Premier Ministre Tony Abbott a déclaré : "ils ne comprennent pas que Jésus a dit qu’il y a de la place pour tout le monde, et tout le monde à sa place ; mais que tout le monde ne peut pas venir en Australie."

Nous supposons donc qu’Abbott pense que les braconniers sont à leur place quand ils pillent les eaux Australiennes. Les arrêter n’est certainement pas sa priorité.

“Malgré les recommandations de l’Enquête tri-partisane du Sénat et la promesse des Douanes sur l’Océan Austral, d'envoyer deux missions de patrouille de 40 jours cet été, aucun bateau à l’horizon", a déclaré le Sénateur des verts Peter Whish-Wilson. "Le Gouvernement Libéral a donné le feu vert aux pirate pour saccager l’Antarctique."

Au lieu de renvoyer en mer la Marine Néo-Zélandaise, le Ministre Néo-Zélandais de Affaires Etrangères, Murray McCully, a déclaré que le Gouvernement allait travailler avec les autorités Espagnoles afin d’enquêter sur les liens entre ces navires et la société criminelle Vidal Armadores SA basée en Espagne.

Ces liens sont certains, et malgré cela, cette société reçoit des millions d’euros de subventions Européennes. Demander à l’Espagne d’intervenir équivaudrait à demander à Al Capone d’enquêter sur les activités criminelles de la mafia.

Pour des raisons inexplicables, les Gouvernements Australiens et Néo-Zélandais n'interviennent pas ; ils sont trop effrayés ou ils ne se sentent tout simplement pas assez concernés Si Sea Shepherd peut stopper trois navires braconniers dans l’Océan Austral, alors il est fort probable que la Nouvelle-Zélande et l’Australie aient les moyens de résoudre ce problème, si elles le souhaitent véritablement.

Le navire de Sea Shepherd Bob Barker continue de poursuivre le braconnier Thunder, qui navigue sous pavillon nigérian Il en est à son 48ème jour de poursuite, soit historiquement la plus longue traque d’un navire braconnier à ce jour, et cela n’est pas prêt de s’arrêter. La traque qui avait commencé au large des côtes Antarctiques continue maintenant à 750 miles au sud-est de l’Afrique du Sud. Le mois dernier, le Sam Simon a confisqué 72 kilomètres de filets appartenant au Thunder, et a rejeté en mer des prises de Légine pour une valeur estimée à plus de 3 millions de dollars.

L’ Opération Icefish, qui avait commencé en Décembre dernier, continue au large des côtes Antarctiques avec le Sam Simon, et au milieu de l’Océan Indien avec le Bob Barker.

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact