Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Vendredi, 03 Avril 2015 10:21

La Thaïlande doit confisquer le Kunlun et son chargement

Commentaire du capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd

Le navire braconnier Kunlun croise la proue du Sam Simon - Photo: Sea Shepherd / Jeff WirthLe navire braconnier Kunlun croise la proue du Sam Simon - Photo: Sea Shepherd / Jeff WirthLe Kunlun (Taishan) est l’un des "6 bandits", ces navires qui pratiquent le braconnage de légines et pillent l’Océan Austral depuis 10 ans en toute impunité.

La Thaïlande a aujourd’hui l’occasion de dire fermement aux braconniers de haute mer que ses ports ne sont pas des zones où les pirates peuvent protéger leur marchandise illicite.

L’année dernière, le Thunder a été retenu en Malaisie puis relâché avec son chargement illégal, après paiement d’une amende relativement faible comparée à la valeur de ce qu’il transportait.

Si la Thaïlande adopte le même comportement avec le Kunlun, elle ne fera qu’encourager les braconniers.

Le capitaine du Kunlun s’est apparemment échappé et est retourné au Pérou. Des membres de la compagnie espagnole Vidal Armadores étaient à Phuket pour essayer, en coulisse, d’obtenir les autorisations douanières pour le bateau et son chargement.

La bonne nouvelle, c’est que l’enquête de Phuket a été confiée au lieutenant-colonel Panya Chaichana de la police maritime qui a dirigé des enquêtes sur le trafic d’humains à bord des bateaux de pêches. Il a acquis une bonne réputation.

L’entreprise de transport maritime semble être complice de cette opération illégale, bien qu’elle le réfute.

Extrait d’un article du Phuket News :

Cependant, South Services a nié tout délit. Un représentant de la compagnie a confié, sous couvert d’anonymat : "Le capitaine péruvien a repris l’avion pour son pays et un nouveau capitaine et équipage indonésiens sont déjà à Phuket. Le bateau n’a rien fait de condamnable.

Avant d’accepter de représenter ce navire, j’ai vérifié les certificats et l’équipage et je me suis assuré qu’aucun ne figurait sur une liste noire.

J’ai également vérifié le nom du navire et découvert qu’il s’appelait auparavant le Funkau, et non le Kunlun.

Le seul problème, ce sont les produits dans les conteneurs. Il n’y avait rien de suspect sur le registre en ligne des douanes de Phuket. Si tel avait été le cas, je n’aurais pas accepté ce contrat."

Comment croire qu’un bateau figurant sur la liste mauve d’Interpol puisse être considéré comme légal par une agence maritime officielle ? Le passé du Taishan (Kunlun et maintenant Funkau) est pourtant bien documenté.

Cette entreprise devrait être inspectée scrupuleusement par les autorités thaïlandaises afin de déterminer si Vidal Armadores a collaboré avec South Services pour obtenir les autorisations des douanes thaïlandaises pour ce navire braconnier, avec de faux papiers et de fausses déclarations de chargement.

J’ai envoyé un message à South Services aujourd’hui pour demander comment ils avaient pu accepter des papiers provenant d’un bateau inscrit sur la liste mauve d’Interpol comme braconniers de légine.

South Services (Thailand) Co. Ltd.
54 Montri Road, Muang, Phuket 83000
Tel: (66)0-7621-1447 , 0-7621-4117 , 0-7622-0816
Fax: (66)0-7621-3604 , 0-7623-0045
E-mail: mdirector@southservicesphuket.com

J’ai également envoyé un message au lieutenant-colonel Panya Chaichana pour lui apporter mon soutien et lui dire ma satisfaction de le savoir en charge de l’enquête.

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact