Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Dimanche, 26 Avril 2015 03:30

Qui sont les monstres qui terrorisent la Réunion ?

(Une fois de plus c’est la rue qui décide. Il est étonnant de voir tout ce qu’on peut obtenir avec un cocktail Molotov et de bruyantes manifestations appelant à la pêche aux requins. Le gouvernement français a cédé et va autoriser le massacre des requins dans la réserve marine de l’île de la Réunion dans l’océan Indien).

Capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd

Qui sont les monstres qui terrorisent la Réunion ?Les attaques de requins sont des choses qui arrivent.

C’est un fait indiscutable.

Il est indéniable que l’océan puisse présenter des dangers. Des gens meurent dans l’océan chaque jour, et les attaques de requins en sont une des causes les moins fréquentes.

Malheureusement il y a de plus en plus d’attaques de requins, et il y a plusieurs raisons à cela.

Une population humaine en croissance, et de plus en plus de monde dans l’océan. Si l’on tient compte du fait que, chaque jour, des millions de gens vont dans, sur et sous la mer, il est étonnant qu’il n’y ait pas plus d’attaques de requins.

Comme les gens sont plus nombreux à aller dans l’eau, les risques d’une attaque de requin augmentent parce que les occasions augmentent.

Les êtres humains contribuent également à d’autres facteurs d’augmentation des attaques de requins.

La surpêche : Les humains ont tellement abusé de la pêche que beaucoup de super prédateurs tels que les requins et les dauphins sont soumis à un stress grave causé par la faim. Lorsque les proies habituelles viennent à manquer, ils cherchent des proies alternatives. Des stocks de poissons en baisse et une population humaine en hausse offrent naturellement aux requins l’opportunité de prendre pour proie une espèce plus facilement disponible en remplacement de celles qui se sont raréfiées à cause de la surpêche.

Les polluants organiques : Les requins bouledogues ont tendance à se regrouper à l’embouchure des rivières, attendant les matières organiques qui se déversent dans la mer. Ces matières peuvent être des cadavres de bétail, des déchets de poissonneries, ou même des eaux usées humaines. A certains endroits, comme en Australie, où l’on exporte de grandes quantités de bétail par mer, ces transports laissent derrière eux un sillage ininterrompu de sang, d’urine et d’excréments, dont l’odeur attire les requins. Lorsque les bêtes meurent pendant le transport, les cadavres sont jetés par-dessus bord, offrant une source alternative de nourriture très attirante. C’est pour cela qu’on voit des requins suivre les bateaux de transport de bétail jusque dans les ports.

Les polluants inorganiques : Des produits toxiques, en particulier les métaux lourds comme le mercure, affectent la santé des requins. Les requins ont un taux de mercure exceptionnellement élevé parce qu’ils sont au sommet de la pyramide alimentaire. Il a été prouvé que le mercure peut avoir des effets nocifs sur le cerveau, ce qui peut également favoriser une augmentation de leur agressivité.

La destruction des habitats : La destruction des récifs coralliens et la dégradation des réserves marines désorganisent l’environnement et ont pour conséquence une perte de l’harmonie et de l’interdépendance entre les espèces.

La première loi de l’écologie, c’est la diversité. La seconde, c’est l’interdépendance, et la troisième, c’est que les ressources naturelles sont limitées, et donc que leur capacité d’absorption est limitée.

Qui sont les monstres qui terrorisent la Réunion ?Dans les eaux qui entourent la Réunion, on a constaté une diminution de la diversité des espèces et donc une diminution de l’interdépendance, entraînant une diminution des ressources nécessaires pour maintenir à la fois la diversité et l’interdépendance.

Une autre cause de l’agressivité des requins, c’est l’hostilité forcée et les conflits de territoire. Les requins sont des animaux territoriaux, et les tuer de façon indiscriminée peut accroître les comportements agressifs en créant des espaces de lutte de pouvoir entre requins pour les territoires vacants. L’abattage indiscriminé des requins tigres peut avoir pour conséquence une augmentation de la présence des requins bouledogues, plus agressifs. Ironiquement, les programmes d’élimination des requins à travers des abattages vengeurs et indiscriminés peuvent être un facteur d’augmentation des attaques de requins. Les tuer crée un espace provisoirement vacant pour les requins qui normalement étaient exclus d’un territoire par ceux qui le dominaient. Ces requins opportunistes doivent alors assurer leur contrôle sur le territoire qu’ils viennent occuper, et ils sont par conséquent plus agressifs que les requins qu’ils remplacent.

Détruire des requins pour protéger des vies humaines peut être réellement une cause de la perte d’autres vies humaines. Retirer un nombre x de requins d’un secteur attire x requins qui étaient en-dehors de ce secteur. Cette méthode ne peut fonctionner qu’avec l’extermination complète de requins, et les conséquences d’une extermination totale sont extrêmement nuisibles, et peuvent aller jusqu’à l’effondrement de la biodiversité.

La solution au problème de la Réunion est plus compliquée que la simple extermination des requins.

Premièrement, les îles ont besoin de réserves marines protégées pour qu’elles retrouvent leur équilibre et leur intégrité écologique. Deuxièmement, il faut arrêter de rejeter dans les rivières des déchets de poissonneries, des carcasses et des eaux usées. Troisièmement, les secteurs où peuvent se produire des attaques de requins doivent être clairement signalisés, et il faut faire respecter les interdictions. Quatrièmement, il faut utiliser des répulsifs anti-requins non létaux, comme les barrières anti-requins non létales, les appareils répulsifs pour les surfeurs et les nageurs, des explications sur la façon de partager les mers avec les requins, et un programme éducatif adapté. Cinquièmement, plus de contrôles et de surveillance. Et enfin, très important, mettre fin à l’abattage indiscriminé.

Qui tire profit de ces programmes d’abattage des requins ? Certainement pas la population, si cela finit par augmenter le nombre d’attaques. Ce sont des requins qui en tirent profit, ceux qui peuvent désormais saisir l’occasion de la disparition de ceux qui les tenaient à distance – des requins plus dominants. Tuez-en un, il en viendra deux, tuez-en deux, il en viendra quatre, et des espèces bien plus imprévisibles, agressives et dangereuses que les premiers gardiens des lieux.

En résumé, plus de gens, plus de facteurs qui attirent les requins, et plus de requins qui tirent avantage de l’interférence des humains dans l’écosystème.

La nature n’est pas une simple machine que les humains peuvent contrôler en bricolant ça et là.

La solution n’est pas dans une tuerie vengeresse guidée par une réaction impulsive et émotionnelle. Il faut une approche rationnelle et disciplinée.

Laissez les requins tranquilles, améliorez les réserves marines, supprimez ce qui attire les requins, et acceptez que, lorsque vous pénétrez dans l’océan, vous entrez dans un environnement que vous ne pouvez pas contrôler entièrement. En d’autres termes, prenez vos risques, mais protégez-vous avec prudence, bon sens et connaissance.

Je connais bien des gens, moi y compris, qui ont passé des centaines d’heures dans l’eau avec des requins de toutes sortes. Nous avons nagé avec eux, nous les avons touchés, filmés, et certaines personnes (pas moi) les ont nourris. Pourquoi n’ont-ils pas été attaqués ? La raison en est la connaissance, la compréhension et le respect de ce prédateur essentiel et remarquable.

Voici une constatation qui porte à réfléchir : seize personnes ont été attaquées par un requin depuis 2011, et parmi elles, sept sont mortes. Mais chaque année, nous, les humains, ce sont entre 75 et 90 millions de requins que nous abattons cruellement et avidement.

Le requin n’est pas un monstre. C’est une victime. Et les gens qui se font attaquer sont victimes non seulement des requins mais aussi de toutes les conditions environnementales imposées à l’écosystème par les humains.

Si un programme d’abattage de requins à grande échelle est mis en œuvre, si la réserve marine n’est plus protégée, je prédis que nous assisterons à une augmentation de l’agressivité des requins et à plus de morts humaines.

Certains, à la Réunion, m’ont accusé d’être responsable de la mort récente d’un surfeur, comme si j’étais une sorte d’Aquaman qui aurait ordonné l’attaque.

L’ironie, c’est que ce n’est pas moi qui serai responsable des morts futures si ce programme d’abattage des requins va de l’avant. Ce sera la faute de ceux qui veulent qu’on tue les requins et qui ouvrent ainsi la porte à d’autres requins qui viendront se battre pour le territoire laissé libre par les victimes de la vengeance humaine.

Qui sont les monstres qui terrorisent la Réunion ? Qui sont les monstres qui terrorisent la Réunion ?
 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact