Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Jeudi, 21 Mai 2015 14:52

Sea Shepherd – Lorsqu’on a besoin d’un "bon" pirate

Capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd

Jolly Roger Sea Shepherd Lorsqu’on a besoin des services de "bons" pirates, à qui faire appel ?

Enfin, un article qui reconnaît le rôle joué par Sea Shepherd dans un monde où la plus grande partie de la surface de la terre vit dans l’anarchie et l’illégalité : The conundrum of the Patagonian toothfish. (Le casse-tête de la légine australe, en anglais).

Depuis 1977, Sea Shepherd protège la vie marine de l’exploitation brutale et illégale.

Oui, les ennemis de Sea Shepherd nous considèrent comme des pirates, tout comme Sir Francis Drake et Sir Walter Raleigh étaient considérés comme des pirates par les Espagnols, tout en étant adulés par les Britanniques.

Bien sûr il y a des obstacles et des problèmes à surmonter. Même le grand amiral Nelson s’est heurté aux juges, aux marchands et aux bureaucrates lorsqu’il a voulu combattre les pirates assoiffés de richesses des Caraïbes.

J’ai toujours vu en Sea Shepherd Conservation Society la "belle-de-nuit" du mouvement conservationniste. Beaucoup de gens approuvent et même admirent Sea Shepherd dans l’ombre et en secret, mais ils préfèrent qu’on ne les voie pas avec Sea Shepherd en plein jour.

C’est particulièrement le cas pour les hommes politiques. Un jour Jean-Michel Cousteau a dit à l’un de mes amis : "Je suis d’accord avec Sea Shepherd, mais comment pourrais-je être reçu par des présidents et des chefs de gouvernement s’ils pensaient que je soutiens Sea Shepherd ?"

Il y a bien des années, lorsque nos ennemis ont commencé à nous traiter de pirates, j’ai répondu en créant notre propre version du Jolly Roger. Nous n’avons pas honte d’être traités de pirates. Les pirates agissent, sans s’occuper de paperasses ni de tracasseries administratives.

Au cours des 17ème et 18ème siècles, des pirates ont attaqué et abordé des navires esclavagistes et ils ont libéré des Africains de leurs chaînes. Les esclaves libérés ont pu se joindre aux équipages des pirates, et ils ont pu monter en grade en fonction de leurs capacités. Aucune autre entreprise au monde de l’époque n’offrait une telle égalité. Les bateaux pirates étaient gérés comme des démocraties, et leurs capitaines étaient élus à une époque où les capitaines des navires marchands et militaires étaient des dictateurs brutaux.

Etaient-ils des voleurs ? Est-ce du vol de prendre l’or des voleurs ? Nous oublions parfois que les galions espagnols attaqués par les pirates n’étaient pas innocents, l’or qu’ils transportaient dans leurs cales avait été volé aux Indiens mésoaméricains qu’ils avaient assassinés.

De nos jours, en Somalie, qui sont les vrais pirates ? Les pêcheurs réduits à la misère, qui s’attaquent aux bateaux par désespoir, parce que les flottes de pêche pirates d’Europe et d’Asie ont pillé tout le poisson qui se trouvait dans les eaux somaliennes ?

Beaucoup de pirates de l’ancien temps ont été récompensés pour leurs actions. Outre Drake et Raleigh, Henry Morgan a été fait chevalier et est devenu gouverneur de la Jamaïque. Le pirate français Jean Lafitte est devenu un héros pour les Américains, tout comme John Paul Jones, le fondateur de la marine américaine, que les Britanniques ont condamné pour piraterie. Le pirate français Robert Surcouf a été fait chevalier de la Légion d’Honneur par Napoléon.

Tout ceci démontre que les pirates peuvent être bons ou mauvais, selon le point de vue et les intérêts de chacun.

Légalement, on ne peut pas définir les équipages de Sea Shepherd comme des pirates. Pour la simple et bonne raison que s’ils étaient des pirates, les navires Sea Shepherd n’auraient pas le droit d’accoster dans les ports du monde ou d’arborer le pavillon des pays où ses bateaux sont immatriculés. Le "Jolly Roger" de Sea Shepherd est le pavillon d’un mouvement, pas un pavillon d’immatriculation, ni le symbole d’une absence d’immatriculation.

Le Thunder était un vrai navire pirate au sens juridique du terme parce que le Nigéria lui avait retiré son pavillon. Aujourd’hui un navire pirate est, par définition, un navire sans pavillon. Les navires Sea Shepherd ont toujours eu des pavillons valides, et ils ont toujours respecté la réglementation de leurs états de pavillon. Actuellement, les navires Sea Shepherd sont enregistrés officiellement sous pavillon néerlandais, australien, américain et britannique. Les navires Sea Shepherd arborent également leur propre Jolly Roger et le pavillon des Cinq Nations (pavillon iroquois) ainsi que les pavillons des Aborigènes et des Maoris qui leur ont été décernés en reconnaissance de l’action de Sea Shepherd pour protéger la nature et l’environnement.

C’est cette action qui fait la différence. Sea Shepherd empêche les braconniers d’agir là où personne ne fait respecter la loi, protège la faune sauvage marine de l’exploitation illégale, se charge d’investiguer et de collecter des preuves sur les activités illégales. Sea Shepherd agit en partenariat avec la police et les gardes nationaux où et quand c’est possible. Et Sea Shepherd forme des volontaires et leur donne les moyens d’agir parce que nous savons que chaque individu peut faire la différence.

Nous savons que nous serons impopulaires et critiqués pour la simple raison que Sea Shepherd dit des choses que personne ne souhaite entendre, fait des choses que certaines personnes préféreraient ne pas voir, tend à mettre dans l’embarras certains gouvernements, et fait perdre beaucoup d’argent à de puissants groupes d’intérêts.

Les confrontations de Sea Shepherd ne se limitent pas aux océans, mais elles ont lieu partout où Sea Shepherd doit se battre pour ses clients (la biodiversité et les espèces marines en danger), y compris devant les tribunaux et les forums de l’opinion mondiale dans les média.

Notre action en vue de sauver le thon rouge au large des côtes libyennes en 2010 a conduit Sea Shepherd UK, Sea Shepherd Conservation Society (SSCS) et moi-même devant un tribunal britannique où les braconniers nous ont accusés de leur avoir fait perdre de l’argent à cause des 800 thons que nous avons libérés de leurs filets. Nous avons gagné le procès, et les braconniers ont dû payer nos frais de justice de leur poche.

En ce moment, Sea Shepherd se bat contre les baleiniers japonais devant les tribunaux, avec des arguments qui pourraient faire jurisprudence et avoir des conséquences juridiques importantes.

Encore plus important, des équipages pirates de volontaires passionnés de Sea Shepherd sont en ce moment sur les plages du Costa Rica, du Guatemala, du Cap Vert et de la Floride pour sauver des tortues. Le capitaine Oona Layolle, une Française, se trouve en ce moment sur un voilier dans la mer de Cortez pour défendre les vaquitas, en danger d’extinction. Les capitaines Peter Hammarstedt, un Suédois, Sid Chakravarty, un Indien, ainsi qu’Adam Meyerson, un Américain, sont en train de combattre la pêche illégale en Afrique, dans le Pacifique sud et l’Atlantique nord. Le capitaine Alex Cornelissen travaille à un plan pour sauver les globicéphales de l’Atlantique nord. Des volontaires Sea Shepherd sont venus au secours des phoques en Ecosse et en Finlande et combattent les braconniers dans les îles Galapagos.

Les pirates Sea Shepherd sont les premiers pirates de la compassion que le monde ait jamais connu – des pirates sans volonté d’enrichissement, poussés à l’action par le sentiment d’urgence que, si ce n’est pas eux qui prennent la défense de la vie dans les océans, qui d’autre va le faire ?

La plupart des gens que je rencontre dans la rue, des étudiants aux hommes de loi, des artistes aux policiers, affirment qu’ils soutiennent l’action de Sea Shepherd.

En de rares occasions, lorsque quelqu’un m’accuse d’être un "pirate", je me borne à répondre avec un sourire : "Vous avez tout à fait raison, je suis un pirate, et j’en suis fier". Et s’il arrive qu’on me traite d’ "éco-terroriste", là encore je réponds avec un sourire : "Ah non, moi, je ne suis pas un éco-terroriste. Je n’ai jamais travaillé pour Monsanto ni pour Shell."

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact