Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Mercredi, 10 Juin 2015 13:59

Un massacre des plus ignobles aux îles Féroé

Capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd

Cadavres de globicéphales lors du grind particulièrement meurtrier de 2010, année où plus de 200 cétacés ont été massacrés - Photo : Sea Shepherd / Peter HammarstedtCadavres de globicéphales lors du grind particulièrement meurtrier de 2010, année où plus de 200 cétacés ont été massacrés
Photo : Sea Shepherd / Peter Hammarstedt
Une fois de plus, un été de cruauté s’ouvre sur cet horrible et monstrueux spectacle que les Féringiens nomment "grindadráp", littéralement le "meurtre des baleines".

Cette année, non seulement les garde-côtes féringiens et la marine danoise défendent les baleiniers, mais ces assassins brutaux et sans pitié bénéficient également de l’aide des garde-côtes pour localiser les groupes de cétacés afin qu’ils soient tués.

Telle est la folie de notre époque. Des moyens militaires sont mis en œuvre pour aider le massacre de dauphins innocents et récupérer leur chair pourtant non comestible en raison des taux élevés de mercure qu’elle contient. Les baleiniers tuent pour nourrir leurs enfants de poison. Ces barbares ont sans aucun doute l’air de souffrir d’une grave dégénérescence cérébrale, du genre de celles que cause le mercure lorsqu’il attaque les tissus du cerveau.

Il est incompréhensible qu’en 2015, alors que la biodiversité s’amenuise et que les espèces s’éteignent les unes après les autres, il y ait encore des gens assez déconnectés de la réalité pour contribuer à ce qui cause la mort des océans.

Nous, les humains, tuons littéralement les océans en raréfiant la vie qu’ils contiennent. De nombreux Féringiens pratiquent la surpêche, tuent des macareux et d’autres oiseaux marins, massacrent baleines et dauphins. Voilà le genre de personnes que les générations futures, vivant dans un monde amputé de tant d’espèces, considèreront avec le plus profond dégoût.

Les Féringiens jouissent d’un des niveaux de vie les plus élevés au monde et du revenu par habitant le plus élevé de toute l’Europe. Leurs supermarchés débordent de tout ce qu’on peut acheter à Copenhague, Londres ou Paris. Tous conduisent une voiture, possèdent un ordinateur et profitent des avantages qu’offre une société moderne et industrialisée. Pourtant, ils sont nombreux à déclarer devoir tuer des baleines pilotes et des dauphins pour subsister.

Le fait est que certains d’entre eux aiment tout simplement tuer. Ils y prennent plaisir. Ils ont besoin de voir le sang gicler. D’en respirer l’odeur et de se vautrer dans les excréments d’animaux agonisants. D'entendre leurs cris émouvants. Car c’est ce dont ont besoin les sadiques psychopathes. Tous les Féringiens ne sont pas cruels et tous ne participent pas à cette infâme obscénité. Mais ceux qui y prennent part, ainsi que les politiciens qui soutiennent cet abject massacre sont la preuve qu’une odeur morbide et pestilentielle plane sur ces îles, ce dont on se souviendra avec rancœur lorsque les baleines pilotes et les dauphins ne seront plus.

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact