Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Dimanche, 26 Juillet 2015 11:51

Une autre diatribe féringienne déconstruite point par point

Capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd

Un Féringien du nom de Hergeir a écrit l’article suivant, article auquel je suis ravi de répondre point par point. Beaucoup de Féringiens ont partagé cet article comme une parole d’évangile pour des raisons qui m’échappent.

Une lettre d’un Féringien au reste du monde, publiée dans Local.FO (Les Nouvelles Féringiennes en Anglais).

Publié le 25 Juillet 2015

Hergeir fait part de son opinion sur la chasse à la baleine et sur le malentendu qui se répand sans distinction sur les réseaux sociaux.

Le sang se répand dans le fjordHergeir : Avant de condamner une nation entière, les îles Féroé, lisez ceci, s’il vous plait. En tant que citoyen des îles Féroé, je ressens le besoin d’apporter un éclairage sur la chasse à la baleine, car les réseaux sociaux sont massivement inondés de fausses informations et de malentendus qui se répandent sans distinction en ce moment même. Chaque jour je suis confronté à des gens qui m’insultent, moi et les gens de mon pays : imbéciles, barbares, sauvages primitifs, démons, idiots, psychopathes, lie de la terre et autres comparaisons avec Anders Breivik, les nazis et DAECH qui sont mentionnées quotidiennement…Tout ça doit sembler être une super idée, si votre but est de lancer un débat sain et de rallier les gens à votre cause. Et la cause de toute cette haine ? Eh bien, les Féringiens s’avèrent seulement être étrangers aux cultures qui diffèrent de la leur.

Le débat débute généralement ainsi :

"Vous ne pouvez pas vous cacher derrière vos traditions, espèces de monstres débiles !!! Ce que vous faites est malsain !!!"

Capitaine Paul Watson : Je n’ai, en fait, pas vu un seul débat commençant par cette phrase. Bref, personne ne condamne une nation entière. Ce que nous condamnons est le massacre sanglant et cruel de centaines de baleines-pilotes et le soutien qu’a apporté le Gouvernement danois à cette tuerie. J’entends constamment dire que nous sommes inondés de fausses informations, et pourtant il n’y a jamais de détails précisant de quelles fausses informations il s’agirait. Il est clair que nos opinions divergent. Les baleines sont soumises à un immense stress et massacrées sans scrupules. Cela, nous en avons été témoins, et nous en avons apporté la preuve. Est-ce de la fausse information ? La viande est contaminée au mercure. Cela a été démontré par des docteurs aux îles Féroé. Est-ce de la fausse information ? Le statut sur les populations de dauphins globicéphales est que, faute de données suffisantes, il n’est pas possible d’en déterminer le nombre. Selon l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, le statut de cette population est inconnu. Est-ce de la désinformation ? Nous avons filmé des hommes jeter des carcasses de dauphins globicéphales à la mer, nous avons les films de ces décharges sous-marines. Est-ce de la désinformation ? La Marine Danoise est en effet intervenue pour défendre les baleiniers. Est-ce de la désinformation ? Oui, ce massacre, nous le considérons barbare, primitif, mauvais, l’acte de psychopathes. Vous pouvez ne pas être d’accord, mais la plupart des gens qui commettent des actes si ouvertement violents ont tendance à justifier leur comportement. Aux Îles Féroé, on le justifie par l’excuse de la tradition et de la culture. Nous rejetons la culture et la tradition en tant que justification à la cruauté et au massacre. Les gens sont en colère quand ils voient une violence aussi insensée et les insultes qu’ils reçoivent ne sont rien comparées à l’action sanglante à laquelle ils s’opposent. Pensez-vous vraiment que se faire traiter de barbare est pire que le fait de se livrer à une telle brutalité et à un tel massacre ? Si c’est le cas, vous êtes effectivement un barbare.

Hergeir : Ce à quoi je réponds : la chasse à la baleine dans les îles Féroé est tout aussi traditionnelle que la chasse aux moutons, aux poissons ou aux oiseaux. Si vous voulez utiliser "la tradition" en argument, dans ce cas, voilà où on en arrive : les Féringiens ont par tradition toujours été en contact avec la nature, et subvenu à leurs besoins par leurs propres moyens. Ça, c’est notre tradition.

Le sang se répand dans le fjord Capitaine Paul Watson: Etre en contact avec la nature n’a rien à avoir avec cela. C’est un viol de la nature, une désacralisation de la vie. Il fut un temps où les Féringiens tuaient les baleines par nécessité. Ils le faisaient sans bateaux motorisés, sans sonars, téléphones portables, ferrys pour informer sur les groupes, sans treuils hydrauliques, ni radios. Ce qu’ils faisaient était difficile. Ce que vous faites est nettement plus facile. Par le passé, les baleines s’échappaient. Aujourd’hui, grâce aux avantages de votre technologie moderne, il n’y plus d’échappatoire. Les Féringiens ont des fermes d’élevage de saumons, une industrie piscicole hautement efficace et mécanisée, et plus de moutons que de citoyens. Les féringiens font du commerce pour des produits et des biens et il n’y a rien en Europe qui ne peut être acheté dans un supermarché féringien. Vous avez même un Burger King. Cela fait longtemps que les Féringiens ont perdu toute cette proximité avec la nature que pouvaient avoir leurs ancêtres.

Hergeir : Une autre partie de notre "tradition" consiste à ne pas nous livrer au spécisme, puisque nous ne pensons pas que la vie d’une baleine-pilote soit supérieure à celle d’un mouton ou d’un cochon. Ils sont tous égaux.

Ensuite, ça continue ainsi :

"Je me fous de vos traditions de toutes façons. Vous être en train de tuer les océans et de chasser et menacer d’extinction ces animaux...n’avez-vous pas d’âme?"

Capitaine Paul Watson : Les baleines n’appartiennent pas aux Féringiens. Elles s’appartiennent à elles-mêmes. Vous ne les avez pas nourries, et vous ne les avez pas élevées. Vous avez volé leurs vies à la mer. Vous éradiquez des groupes entiers sans laisser aucun survivant et, en agissant ainsi, vous appauvrissez l’Océan. Je ne mange pas de viande, mais je ne considère pas non plus toutes les espèces comme étant égales. Les baleines apportent leur contribution à la mer, pas les moutons ou les cochons. Les baleines jouent un rôle écologique complexe dans la biodiversité marine. Les moutons et les cochons sont des animaux domestiqués, et les animaux domestiqués, dans le monde entier, consomment 40% de la pêche mondiale, sous forme de nourriture à base de poissons. Les animaux domestiques contribuent à réduire le nombre d’individus des autres espèces et à l’effondrement de la biodiversité. Pas les baleines-pilotes et les dauphins. Prétendre qu’une baleine est égale à un mouton n’est que pure ignorance. Les Féringiens clament qu’il y a 200000 baleines-pilotes alors même qu’ils ne peuvent pas dire d’où ils tirent ce chiffre. Pourtant, on estime la population mondiale de moutons à 1,7 milliard. Il y a 70000 moutons rien qu’aux îles Féroé. La population mondiale de cochons est à deux doigts d’atteindre le milliard. Dire qu’une espèce ne comptant (selon votre estimation) que 200000 membres est égale à deux espèces dont chacune en compte un milliard est simplement ridicule. Les baleines-pilotes sont menacées, comme tous les autres cétacés de l’Océan. Regardez seulement les taux de méthylmercure dans leur chair. Rien que cela représente une menace claire à leur survie. Rien qu’au niveau de la santé, ils ne sont pas égaux. Est-ce que vos moutons ont dans leur corps de dangereux niveaux de métaux lourds ? Le nombre de 200000 baleines porte seulement à 4 le nombre de baleines par Féringien. Je pense qu’il est plutôt arrogant pour une espèce comptant 7,5 milliard d’individus de considérer une espèce de 200000 individus en état de surpopulation. Je ne pense pas non plus qu’il reste 200000 baleines-pilotes.

Le sang se répand dans le fjord Hergeir : Non, les baleines-pilotes ne sont pas menacées, et nous avons des statistiques qui remontent à un millénaire, ce qui fait que ces chasses sont parmi les mieux documentées au monde. Et, comme l’ont montré plusieurs études scientifiques à plusieurs occasions, la chasse est durable, et les baleines-pilotes ne sont pas menacées.

Capitaine Paul Watson : Notre position est qu’elles sont menacées, et parce que la position de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature considère que leur nombre est inconnu, nous adoptons le principe de précaution, qui invite à la prudence. Dans les années 50 et au début des années 60, le gouvernement canadien disait que la population des baleines-pilotes était stable, en dépit du massacre de milliers d’entre elles pour fournir de la nourriture à l’industrie du vison. Le gouvernement répétait que la population était durable, jusqu’au jour où la population s’est effondrée, et on ne pouvait plus trouver aucun groupe à tuer. J’avais 15 ans et je vivais dans un village de pêcheur dans l’est du Canada, et j’ai assisté à cet effondrement. Les Féringiens n’ont apporté aucune preuve pour dire que les effectifs de cette population sont stables, et rien que les taux de toxicité présents dans leur chair sont un indicateur sur le danger que leur population encoure. Il semble en revanche que les insultes dont vous êtes la cible vous énervent, car c’est ce dont vous vous plaigniez en premier. Je ne considère pas les Féringiens comme des consanguins débiles, attardés ou sans éducation. Je considère ce massacre comme barbare et cruel car il est barbare et cruel.

Hergeir : Bien, comme je l’ai expliqué plus haut, la chasse à la baleine n’est rien d’autre qu’une source de nourriture pour nous, et n’est en rien une tuerie pour le plaisir ou un rite de passage, et il s’avère qu’elle n’a aucune dimension commerciale.

Capitaine Paul Watson : On ne peut nier la soif de sang, l’empressement à tuer et à se plonger dans cette mêlée sanglante. J’ai vu le même regard chez ceux qui courraient avec les taureaux en Espagne, à la différence qu’eux étaient plutôt plus courageux vu que les baleines-pilotes ne sont pas violentes.

Hergeir : Quand un groupe de baleines-pilotes s’est échoué et a été tué, on distribue les prises. La distribution de viande et graisse est encadrée par la loi, qui stipule que l’administrateur du district, les contremaîtres de la chasse et ceux qui ont certaines responsabilités officielles, reçoivent une part prédéfinie.

La distribution repose sur la solidarité, et remonte aux origines de la chasse à la baleine aux Îles Féroé. Le but est de distribuer les prises aussi équitablement que possible, et gratuitement.

Sur deux îles, Sandoy et Suouroy, les prises sont distribuées seulement entre les résidents et pas entre ceux qui ont participé à la chasse. Cela signifie que tous ceux qui vivent là reçoivent un partage égal des prises.

"Bla bla bla...espèce monstre barbare. Tu ne causes que des souffrances sans fin avec tes massacres !!!"

Et bien, aux Îles Féroé, nous continuons d’améliorer la mise à mort des baleines-pilotes, en travaillant en collaboration avec des vétérinaires qui s’assurent d’une mise à mort aussi rapide et humaine que possible.

Si on utilise le monustingarin, alors la mort arrive en quelques secondes à peine. Ce qui n’est rien, si on compare avec d’autres chasses à la baleine, et n’oubliez-pas que les Féringiens ne tuent que des baleines-pilotes :

  • Il faut en moyenne 16 minutes, au maximum 60 minutes, pour tuer une baleine, et le risque qu’elle s’échappe pendant cette période est de 21%
  • Enutilisant des harpons, on tue une baleine de Minke en 5 minutes en moyenne, et en 25 minutes en utilisant des fusils.
  • En moyenne, la baleine à bosse meurt en 17 minutes.
  • Au Danemark, 3000 à 10000 baleines appartenant à des espèces menacées meurent en se noyant dans des filets de pêche chaque année, ce qui correspond à une mort longue et douloureuse

...et gardez bien à l’esprit que les baleines mènent une vie libre, comparée aux animaux produits en masse et entassés dans des cages qui vivent dans d’horribles conditions.

Le sang se répand dans le fjord Capitaine Paul Watson : Nous avons vu, observé, et documenté ce massacre. Il est INHUMAIN. Les animaux sont soumis à un stress intense pendant la poursuite, ils hurlent de douleur et ils se débattent violemment. Tuez-vous vos moutons ainsi ? J’espère sincèrement que non, et donc, vous ne les mettez pas sur un pied d’égalité dans la mise à mort. Les statistiques que vous mentionnez contredisent celles des Japonais déclarant que toutes les baleines qu’ils chassent meurent instantanément, alors que nous avons rapporté qu’une baleine de Minke avait mis 25 minutes à mourir dans l’Océan du Sud. Chaque nation prenant part à la chasse à la baleine à laquelle nous nous opposons, répète que les baleines meurent en quelques secondes, et c’est la même chose avec les Féringiens. Combien de baleines meurent dans des filets de la flotte de pêche industrielle féringienne ? Pourquoi citez-vous des statistiques danoises et non les vôtres ? Nous n’avons jamais vu une baleine mourir en quelques secondes.

Hergeir : "Vous ne comprenez rien, hein ? Vous ne respectez pas les lois internationales ! Vous êtes à la fois des meurtriers de masse et des criminels !"

Capitaine Paul Watson : Ce que nous disons est que les baleines-pilotes sont protégées par les lois de l’Union européenne et que le Danemark est membre de l’Union européenne. Les Féringiens sont exemptés, mais ils reçoivent des aides de la part de l’Union européenne. Notre raisonnement est que si les Féringiens touchent des subventions de l’Union européenne, ils devraient alors se plier aux règles européennes, car sinon les citoyens européens financent une activité illégale d’après les lois de l’Europe. De plus, le Danemark ne devrait pas se rendre complice d’une activité qui est en infraction avec les lois de l’Union européenne et du Danemark.

Hergeir : Voyons, pour avoir de la viande sur la table, un animal doit mourir... et oui, le sang en fait partie, et c’est pour cela que les images sont si dramatiques, mais imaginez qu’on apporte les abattoirs à bœufs ou cochons dans l’océan... ouais, la mer deviendrait toute rouge, non ? et comme vous le savez, la viande n’apparaît pas comme par magie au supermarché. Et non, nous ne faisons rien d’illégal. Et non, nous ne faisons pas partie de l’Union européenne. Et pour ce qui est des actes criminels, voici une liste des actes criminels commis par l’organisation Sea Shepherd :

Le personnage principal, Paul Watson, est recherché par Interpol pour actes criminels.

Capitaine Paul Watson : Vraiment ? Actes criminels ? Ai-je blessé quelqu’un ? Non. Ai-je volé quoi que ce soit ? Non. Ai-je endommagé la propriété d’autrui ? Non. Le Japon m’accuse d’avoir conspiré pour embarquer sans autorisation sur un baleinier qui chassait illégalement, et cette accusation repose sur une accusation de Pete Bethune, à qui j’aurais ordonné d’embarquer sur un baleinier japonais, alors qu’on me voit dans le film lui conseiller explicitement de ne pas le faire. En retour pour cette accusation, Bethune a obtenu une condamnation avec sursis pour avoir pénétré illégalement dans un bateau japonais, alors que son propre bateau venait d’être détruit, et ce, sans aucune condamnation envers le capitaine japonais, bien que ce dernier ait été déclaré négligent lors d’une enquête néozélandaise. Bethune a également signé un affidavit auprès du Département d’Etat américain, dans lequel il déclare avoir menti dans son accusation. C’est tout ce qu’a le Japon, et la chasse à la baleine que nous combattons a été déclarée illégale par la Cour internationale de Justice. La plainte est purement politique. Interpol est basé en France. Je suis en France, alors pourquoi, si je suis recherché par Interpol, suis-je libre en France ? Parce que, en dépit de l’influence du Japon sur Interpol, peu de personnes prennent cette plainte au sérieux. Savez-vous que si vous aviez aidé un Juif à échapper aux Nazis, vous auriez été accusé d’acte criminel ? Savez–vous que si vous aviez caché un esclave en fuite en Caroline du Sud en 1850, vous auriez été accusé d’acte criminel ? Savez-vous que si vous aviez refusé d’acheter du sel aux Britanniques en Inde ou utilisé des toilettes "réservées aux Blancs" sous l’Apartheid en Afrique du Sud, vous auriez été accusé d’acte criminel ? Parfois, être accusé d’un acte criminel est un signe d’honneur.

Hergeir : En 1986, Sea Shepherd a mené une action contre la station de chasse à la baleine d’Islande à Hvalfjoerdur et a coulé deux baleiniers islandais au port de Reykjavik en ouvrant leurs vannes.

Capitaine Paul Watson : Oui, nous l’avons fait, et je me suis mis à la disposition des Islandais pour répondre à toute mise en accusation. Il n’y a eu aucune mise en accusation, car en Novembre 1987, la chasse à la baleine islandaise était illégale. Nos actions ont mis fin à la chasse à la baleine islandaise illégale pendant deux décennies.

Hergeir : En Décembre 1992, Sea Shepherd a coulé le navire Ny broena au port.

Capitaine Paul Watson : Oui, nous l’avons fait, il s’agissait d’une opération de chasse à la baleine illégale.

Hergeir : Sea Shepherd prétend avoir coulé deux bateaux de pêche taïwanais utilisant des filets dérivants au port de Taïwan, et d’avoir percuté et mis hors-service 4 autres bateaux asiatiques utilisant des filets dérivants.

Les navires de Sea Shepherd restent à une distance de sécurité du navire braconnier en perdition - Photo: Simon AgerUn braconnier de légines australes s'est sabordé durant l'Opération Icefish - Photo: Simon AgerCapitaine Paul Watson : Oui, nous l’avons fait, il s’agissait à chaque fois d’opérations hautement illégales. Aucune charge n’a été retenue contre nous. Nous avons également rendu inopérants 6 braconniers de légines australes l’année dernière, l’un d’entre eux a été coulé à Sao Tome.

Hergeir : Une cour canadienne a condamné Watson et son ancien navire, le Cleveland Armory, à payer un total de 35000 dollars pour avoir percuté un bateau de pêche cubain près des côtes de New Foundland en juin 1993.

Capitaine Paul Watson : Faux, il n’y a eu aucune amende, et il n’y a eu aucun bateau percuté. J’ai été déclaré non coupable.

Hergeir : En Janvier 1994, le groupe a sévèrement endommagé le baleinier Senet dans le port norvégien de Gressvik.

Capitaine Paul Watson : Oui, nous l’avons fait. Ils étaient en violation du moratoire IWC sur le commerce de la baleine. Ils continuent de violer ce moratoire.

Hergeir : "Enfin, bref, J’espère que vous mourrez d’empoisonnement au mercure !" Eh bien, si je meure d’empoisonnement au mercure, les baleines vont clairement mourir, vu qu’elles sont lourdement contaminées, et si vous vous inquiétez sérieusement pour la sauvegarde des baleines-pilotes et la préservation d’océans sains, dans ce cas, souhaiter la mort des Féringiens est nettement plus dirigé contre les baleines-pilotes, donc faites attention à ce que vous souhaitez.

Capitaine Paul Watson : Je ne souhaite ni à vous ni à personne de mourir d’un empoisonnement au mercure, mais il est vrai que si vous mangez du poison vous souffrirez des effets de ce poison. Donc le risque existe que vous mourriez. Le fait même que vous reconnaissiez la menace que le mercure fait peser sur les baleines-pilotes contredit votre déclaration selon laquelle les populations sont saines et durables.

Hergeir : Les Féringiens sont à peine le symptôme, et non la cause. Si vous voulez faire une différence, luttez contre la cause, car il ne reste plus beaucoup de temps aux baleines sur cette terre si les niveaux de mercure continuent d’augmenter.

Capitaine Paul Watson : Sea Shepherd défend les océans à de nombreux niveaux. Nous menons des recherches sur les taux de toxicité chez les cachalots dans le Golfe du Mexique, en partenariat avec l’Ocean Alliance depuis 3 ans. Notre projet Vortex travaille à retirer le plastique des mers. Nous avons de nombreux projets et partenariats portant sur la toxicité des Océans. Si les Féringiens ne sont pas "la" cause, les Féringiens, comme tant d’autres personnes engagées dans des activités industrialisées, font partie de la cause. Les Féringiens sont engagés dans l’élevage de saumons, une source de pollution et de maladies. Les Féringiens ont une large flotte de pêche qui retire à la mer plus de poissons par tête que n’importe quel autre pays. Les Féringiens conduisent des voitures, pilotent des bateaux, ont des ordinateurs, etc... Et font ainsi totalement partie du système que vous jugez responsable. Tout comme nous, et nous en sommes conscients, et c’est une des raisons pour lesquelles je suis vegan et mes bateaux sont vegan afin de minimiser notre impact sur l’environnement.

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact