Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Samedi, 05 Septembre 2015 11:24

La chasse aux phoques canadienne et la chasse aux globicéphales danoise

Capitaine Alex Cornelissen, directeur général de Sea Shepherd Global

Le Triton à la poursuite du Brigitte Bardot - Photo : Sea ShepherdLe Triton à la poursuite du Brigitte Bardot
Photo: Sea Shepherd
Après 3 mois de campagne dans les îles Féroé, les similitudes entre le massacre canadien des phoques du Groenland et l’abattage danois des globicéphales commencent à se multiplier.

De prime abord, la plus évidente est le massacre de masse insensé de mammifères marins. Vient ensuite le soutien sans limites apporté par le gouvernement à ces massacres.

Bien sûr, la grande différence est qu’en 2008 le Canada agissait en vertu du droit canadien - même si cette législation était clairement en violation des droits humains fondamentaux. De plus, le Canada utilisait ses propres ressources pour soutenir la chasse aux phoques.

Dans le cas du massacre des globicéphales, en revanche, les ressources danoises sont utilisées en dehors du Danemark, dans les eaux féringiennes, sur ordre de la loi féringienne – même si cette loi est actuellement contestée dans les îles Féroé. Telle est du moins la version que nous sert le gouvernement danois.

Le 12 avril 2008, le Farley Mowat, navire de Sea Shepherd, était abordé par des forces armées agissant sous la direction du Département fédéral Canadien de la Pêche et des Océans. Elles ont saisi le navire et terrorisé notre équipage avec leurs armes à feu et leur brutalité excessive, alors qu’il se trouvait dans des eaux situées hors de la limite territoriale canadienne des 12 milles marins.

J’étais capitaine du Farley Mowat à l’époque. Mon équipage et moi avons été accusés de "délit" pour avoir transgressé les lois de "protection" des phoques. Ce qui nous était en fait reproché, était d’avoir exposé l’horrible massacre de masse des phoques perpétré au Canada, avec le soutien du gouvernement.

Cette année, nous avons assisté à une incroyable démonstration de force du Danemark pour soutenir le massacre de globicéphales aux îles Féroé. Un soutien peut-être encore plus important que celui du gouvernement canadien en 2008 pour le massacre des phoques.

Mobilisation du Canada en 2008

4 navires brise-glace
2 navires supplémentaires pour les gardes-côtes
2 avions du Département de la Pêche et des Océans
2 avions militaires
De nombreux hélicoptères
1 navire destroyer

Mobilisation du Danemark en 2015

3 navires de guerre
4 bateaux semi-rigides
1 hors-bord de sauvetage
1 hélicoptère de l’armée de l’air
1 hors-bord ultra rapide
1 navire des gardes-côtes
4 bateaux semi-rigides des gardes-côtes
1 bateau semi-rigide de la police
2 bateaux semi-rigides non identifiés

Depuis 2014, 16 volontaires de Sea Shepherd ont été expulsés des îles Féroé, dont 10 rien que le mois dernier. Nos biens ont été saisis illégalement à plusieurs reprises, nous sommes confrontés à un harcèlement constant de la part des autorités – dont les actions ressemblent de plus en plus à celles d’un état policier – et nos équipages se voient illégalement refuser l’entrée dans le pays. Aujourd’hui, certains demandent aux autorités de rendre illégal l’enregistrement vidéo des grindadráps, d’autres sollicitent l’interdiction générale du territoire à toute personne ayant en sa possession des vêtements portant le logo Sea Shepherd.

Mais jusqu’où le Danemark est-il prêt à aller pour réduire Sea Shepherd au silence ? Comptent-ils eux aussi partir à l’abordage de l’un de nos navires, comme l’ont fait les autorités canadiennes ? Comptent-ils essayer d’empêcher nos caméras d’exposer la vérité sur l’implication du Danemark dans le grindadráp ? Comptent-ils arrêter les membres de nos équipages sous la menace d’une arme pour soutenir encore davantage ces transgressions aux lois européennes ?

Si les îles Féroé sont effectivement un archipel où la loi danoise n’est pas applicable, comme voudrait le faire croire le Danemark, pourquoi dans ce cas le Danemark gaspille-t-il les millions de ses contribuables pour protéger le grindadráp ? Pourquoi le Danemark se sert-il de son influence au sein de l’Union européenne pour saisir le Sam Simon, notre petit navire, au motif qu’il a transgressé la loi féringienne ? Et pourquoi la police danoise agit-elle sur ordre des politiciens féringiens pour faire appliquer les lois féringiennes, qui sont en violation avec les lois danoises ?

En soutenant le grindadráp, le Danemark viole ses engagements au sein de l’Union Européenne et enfreint la réglementation européenne. Chaque nouvelle action que le gouvernement danois prend pour avaliser ces massacres, l’implique encore davantage dans ce crime horrible.

Le Danemark peut bien continuer à prendre Sea Shepherd pour cible, en envoyant des militaires aux frais des contribuables danois, cela ne nous arrêtera pas. Tout simplement parce qu’il n’y a pas de place, au XXIe siècle, pour le massacre inutile et insensé d’êtres doués de sensibilité. Où que cela se passe – au Japon, en Islande, au Canada ou au Danemark –, nous continuerons à nous opposer à ces atrocités, pour défendre, préserver et protéger nos océans et la précieuse vie marine qui les habitent.

La marine danoise effectue des exercices d’entraînement dans les îles Féroé - Photo : Marianna BaldoLa marine danoise effectue des exercices d’entraînement dans les îles Féroé
Photo : Marianna Baldo
Le 23 juillet, le Triton et le Rasmussen ont protégé le massacre de plus de 250 globicéphales dans les îles Féroé - Photo : Marianna BaldoLe 23 juillet, le Triton et le Rasmussen ont protégé le massacre de plus de 250 globicéphales dans les îles Féroé
Photo : Marianna Baldo
L’hélicoptère de la marine danoise se tient prêt à - protéger - le massacre de globicéphales dans les îles Féroé - Photo : Victoria SalançonL’hélicoptère de la marine danoise se tient prêt à "protéger" le massacre de globicéphales dans les îles Féroé - Photo : Victoria Salançon Le Triton à proximité du Sam Simon - Photo: Renaud ChassaigneLe Triton à proximité du Sam Simon
Photo: Renaud Chassaigne
 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact