Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Vendredi, 09 Octobre 2015 09:29

Les actionnaires de SeaWorld se leurrent s’ils pensent s’enrichir ainsi

Capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd

Les jours des bassins d’esclavage sont comptés. Les lignes d’alimentation sont coupées.Les jours des bassins d’esclavage sont comptés. Les lignes d’alimentation sont coupées.Depuis le vote d’hier de la California Coastal Commission, les actions du parc aquatique SeaWorld ont baissé de 93 cents pour atteindre 19,19 $, soit une chute de 4,86 % en seulement 24 heures.

Voilà pourquoi les actionnaires de SeaWorld doivent sauter de ce navire en perdition.

Sea World a demandé à la California Coastal Commission la permission d’agrandir ses bassins, un projet qui reviendrait à 100 millions de dollars. SeaWorld persiste à dire que la raison de l’expansion est de fournir plus d’espace et de "liberté" aux orques captives. Pourquoi ? Parce qu’il se soucie avant tout du bien-être des orques. Mais, est-ce bien le cas ?

Car si SeaWorld peut espérer quelque avenir que ce soit, il doit avoir un approvisionnement régulier d’orques comme esclaves pour amuser sa clientèle. Cette expansion lui donne les moyens d’y parvenir grâce à l’espace supplémentaire nécessaire à un programme de reproduction.

SeaWorld a réussi à obtenir le permis tant convoité, mais l’émission de ce dernier s’accompagne d’une condition : aucun programme de reproduction. Il aurait mieux valu pour les actionnaires que la demande de permis ait été rejetée et que les 100 millions de dollars n’aient pas été dépensés parce que le Parc a maintenant obtenu une expansion coûteuse sans aucun espoir d’obtenir plus d’orques.

S’il ne procède pas à l’agrandissement des bassins, SeaWorld va alors clamer haut et fort que l’expansion était prévue dans le cadre d’un programme de reproduction. Cela mettra à jour un mensonge de plus, et les gens se rendront alors compte que tous les beaux discours sur la compassion pour les orques et la volonté de leur donner plus d’espace n’étaient qu’une mascarade et que l’agrandissement des bassins n’avait pour unique but que de mettre en place des programmes de reproduction.

Les actionnaires se retrouvent ainsi perdants si les 100 millions de dollars dépensés pour l’expansion n’incluent aucun élevage, et ils sont également perdants si l’expansion est annulée parce que le public verra dans ce projet un acte de tromperie visant à mettre en œuvre un programme de reproduction. L’expansion sans programme de reproduction se traduit par une perte de 100 millions de dollars. Annuler l’expansion tournerait une fois de plus au cauchemar pour les relations publiques.

Qu’il y ait encore des actionnaires de SeaWorld est pour le moins surprenant, et ceux qui sont restés depuis la sortie du film Blackfish ont perdu une somme considérable. Cependant, tout actionnaire qui continue à détenir des actions après cette décision est tout simplement trop riche pour se soucier des pertes ou bien trop stupide pour voir ce qui se passe.

Les jours des bassins d’esclavage sont comptés. Les lignes d’alimentation sont coupées. Chaque jour davantage, le public est de mieux en mieux informé, et le flot de mauvaise publicité est devenu un tsunami qui emportera les profits de SeaWorld avec lui. Il n’y aura aucun rétablissement !

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact