Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Jeudi, 14 Janvier 2016 12:42

Il est temps de dénoncer la cruauté du grindadráp au niveau mondial

Par le capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd

Depuis 2010, Sea Shepherd attire l’attention des médias du monde entier sur la pratique du grindadráp - Photo : Mayke WendtDepuis 2010, Sea Shepherd attire l’attention des médias du monde entier sur la pratique du grindadráp
Photo : Mayke Wendt
Sea Shepherd Conservation Society est la première organisation à avoir dénoncé cet horrible massacre de dauphins et globicéphales dans les îles Féroé danoises. C’était en 1983. Nous y sommes retournés en 1985 et 1986 avec une équipe de tournage de la BBC afin de réaliser le documentaire Black Harvest. Nous y sommes ensuite retournés en 2000, 2010, 2011, 2014 et 2015. Huit campagnes sur le terrain, de nombreux affrontements et des milliers de globicéphales sauvés des couteaux sanglants des citoyens des îles Féroces.

Sea Shepherd ne s’attend jamais à avoir gain de cause du jour au lendemain. Chez Sea Shepherd, nous devons faire preuve de patience, de persévérance et d’endurance.

Nos campagnes dans les îles Féroé durent depuis 32 ans et elles continueront jusqu’à ce que le massacre que les Féringiens appellent le grindadráp (mise à mort des globicéphales) soit stoppé.

Toute une génération de Féringiens a grandi avec les yeux de Sea Shepherd braqués sur elle. On leur a appris à nous détester, à nous en vouloir et même à avoir peur de nous. Mais la seule chose qu’ils n’ont pas été capables de faire, c’est d’ignorer Sea Shepherd.

Les membres de Sea Shepherd ont été et continueront à être les anges gardiens des dauphins. À tel point que lorsque les gens du monde entier entendent parler des îles Féroé, ils entendent également parler de Sea Shepherd, tandis qu’ils se souviennent des images de ce massacre insensé et sans pitié grâce auquel ces îles sont devenues célèbres, une réputation internationale qu’ils partagent avec les tueurs de dauphins japonais.

Sea Shepherd a l’habitude d’affronter, lors de longues campagnes, des tueurs brutaux et entêtés. Nous avons affronté les chasseurs sauvages de phoques de l’est du Canada à partir de 1975 avec des campagnes sur la glace en 1976, 1977, 1979, 1981 et 1983, jusqu’à ce qu’il soit mis fin au massacre de blanchons nouveau−nés. Le massacre a repris en 1995 et Sea Shepherd est retournée sur la glace en 1995, 1996, 1998, 2005 et 2008, jusqu’à ce que l’Europe interdise l’importation des produits dérivés du phoque. Et maintenant que le Canada tente de promouvoir le marché de la fourrure de phoque en Chine, il nous faut à nouveau partir en campagne au nom des phoques avec de nouvelles stratégies et de nouvelles tactiques.

Sea Shepherd se bat depuis 2002 pour arrêter la chasse illégale de baleines par les Japonais dans l’Océan Austral, ainsi que le massacre de dauphins à Taiji au Japon depuis 2003. Et cela fait maintenant seize ans que nous avons lancé notre campagne de lutte contre le braconnage dans les îles Galápagos.

Sea Shepherd n’abandonne jamais et ne capitule jamais, et lorsque nous battons en retraite, c’est uniquement pour des raisons stratégiques.

Pour être efficaces, les stratégies doivent évoluer. Les adversaires doivent être laissés dans le doute et une fois qu’ils se préparent à contrer une stratégie, celle−ci doit changer.

Lorsqu’ils s’attendent à ce que nous agissions de telle façon, nous employons une autre méthode. Lorsqu’ils nous menacent avec des amendes et des peines de prison, nous refusons de payer les amendes et demandons à passer plutôt le nombre de jours requis en prison. Lorsqu’ils s’attendent à ce que nous soyons quelque part, nous nous trouvons ailleurs. Une stratégie, c’est le choix du bon lieu et du bon moment avec les tactiques qui conviennent.

Depuis 2010, Sea Shepherd a mené quatre campagnes sur le terrain dans les îles Féroé, sauvant ainsi la vie de centaines de globicéphales et autres dauphins et attirant l’attention des médias du monde entier sur ces atrocités perpétrées chaque année dans l’Atlantique Nord.

Pendant toutes ces années, des centaines de volontaires de Sea Shepherd se sont opposés à ces massacres barbares - Photo : Eliza Muirhead Pendant toutes ces années, des centaines de volontaires de Sea Shepherd se sont opposés à ces massacres barbares
Photo : Eliza Muirhead
Durant cette période, nous avons capturé des centaines d’heures de vidéo montrant le massacre de petits cétacés par les Féringiens et accumulé un grand nombre de preuves concernant des activités illégales perpétrées par les chasseurs de dauphins et les gouvernements des îles Féroé et du Danemark.

En 2016, nous ne renverrons pas nos bateaux dans les îles Féroé. Ces derniers sont réquisitionnés en urgence dans d’autres régions du globe et il est maintenant temps de réaliser un documentaire et de mettre en place des stratégies visant le tourisme au Danemark et dans les îles Féroé.Nous devons également entreprendre des actions juridiques afin de dévoiler et faire punir ces violations des lois européennes et internationales en matière de protection du patrimoine naturel.

Il se peut que nos équipes en mer et à terre y retournent dans quelques années, peut−être, peut−être pas. Ils y retourneront peut−être cet été ou peut−être pas.

Nos stratégies doivent rester fluides et nos manœuvres doivent l’être également, nous devons chercher à exploiter chaque occasion qui se présente.

La perte de quelques navires (remplacés par notre loyale base de soutien) ainsi que l’arrestation d’une douzaine de nos courageux volontaires nous ont donné des arguments de poids pour faire avancer la cause des cétacés.

Nous savons que les Féringiens et les Danois s’inquiètent de l’impact que l’image de ce massacre barbare aura sur le tourisme dans leurs pays. Des bateaux de croisière ont modifié leurs circuits et nous avons l’intention de persuader d’autres compagnies de stopper leurs échanges commerciaux avec les îles Féroé. Nous souhaitons également décourager le commerce et la consommation de produits de la pêche en provenance des îles Féroé ainsi que le tournage de films dans cette zone. Disney y a d’ores et déjà annulé le tournage d’un film attendu. Les sociétés de production de cinéma sont en effet conscientes de l’impact sur les entrées en salles lorsque la production de certains films est associée à des régions du monde où des atrocités sont commises envers la nature.

Durant toutes ces années, des centaines de volontaires de Sea Shepherd se sont passionnément et courageusement opposés au massacre barbare de ces êtres sensibles et socialement complexes faisant preuve d’une telle intelligence et d’une telle conscience. Encore aujourd’hui, il s’agit d’un mouvement activiste mondial de compassion.

L’argument des Féringiens et des Danois selon lequel ce massacre est une tradition faisant partie de leur culture n’a absolument aucune justification et aucune crédibilité. Rien ne pourra jamais justifier un tel massacre, parfaitement insensé et barbare.

Les tueurs glorifient la souffrance et la mort tandis que Sea Shepherd se veut le défenseur de la vie et du droit des cétacés à vivre sans être inquiétés ni battus par des humains au nom d’une quelconque tradition barbare et cruelle.

Les membres de Sea Shepherd ont été et continueront à être les anges gardiens des dauphins - Photo: Sea ShepherdLes membres de Sea Shepherd ont été et continueront à être les anges gardiens des dauphins
Photo: Sea Shepherd
Sea Shepherd continuera d'être l'ange gardien des dauphins - Photo: Sea Shepherd
 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact