Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Mardi, 12 Janvier 2016 10:58

Comment le delphinarium de Phuket est lié aux massacres de Taiji

Par Gary Stokes − Sea Shepherd Global

Le Dolphin Bay Resort, à Phuket - Photo : Sea ShepherdLe Dolphin Bay Resort, à Phuket
Photo : Sea Shepherd
Le delphinarium, Nemo/Dolphin Bay Phuket, a ouvert en novembre 2015, malgré la levée de boucliers de la part du public, aussi bien localement qu’internationalement. Cette destination prisée des touristes, au cœur de la Thaïlande, a fait un pas en arrière, dans un monde qui rejette la captivité des dauphins dans le seul but de "divertir", autrement dit qui rejette l’asservissement d’êtres doués de sensibilité.

Des pays comme l’Inde montrent l’exemple et ouvrent la voie : l’État a en effet reconnu récemment que les cétacés n’avaient rien à faire en captivité et a promulgué une loi interdisant les delphinariums, allant même jusqu’à concéder que les cétacés n’étaient pas juste des "animaux", mais des "êtres non humains".

En 2014, Sea Shepherd avait révélé le projet de construction du delphinarium de Phuket et apporté la preuve que les dauphins sélectionnés provenaient de la tristement célèbre baie de Taiji, au Japon.

Les archives de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction) démontrent clairement que la société ukrainienne Nemo a importé de Taiji des Tursiops truncatus gilli (Grands dauphins du Pacifique) en grande quantité : 16 dauphins en 2010 et 20 en 2013. Plusieurs de ces femelles, destinées à Phuket, vivaient à l’état sauvage et ont été capturées à Taiji.

Alors que des images du delphinarium en construction circulaient, l’établissement a été soumis à une forte pression en raison de son manque de respect des réglementations en vigueur. Entre autres problèmes relevés figurait celui de l’unique bassin dont il disposait et qui ne permettait pas de séparer des animaux potentiellement malades ou agités des autres. Les délais de construction ne finissaient plus de reculer, retardant également l’ouverture.

À Phuket même, des écologistes locaux sensibilisaient le public aux conséquences de l’ouverture de cet établissement. Un sondage local, lancé par l’un des principaux quotidiens de Phuket, a démontré que l’écrasante majorité de la population était opposée à l’ouverture de ce delphinarium. Les résultats étaient sans appel : 92 % des ressortissants thaïlandais étaient contre. Les expatriés habitant à Phuket s’y opposaient à 95 % et les touristes à 98 %.

En raison des retards accumulés, les permis d’importation et d’exportation délivrés par la CITES ont expiré et de nouvelles demandes de permis ont dû être formulées. Pour tenter de faire taire ses opposants, le Dolphin Bay Phuket a choisi d’importer des dauphins nés en captivité, en Ukraine, revendiquant ainsi qu’ils n’avaient aucun lien avec Taiji.

Grands dauphins du Pacifique importés par l’ukrainien Nemo depuis Taiji

   16 Grands dauphins du Pacifique en juin 2010
   20 Grands dauphins du Pacifique en mai 2013

Inventaire des Animaux du Delphinarium de Phuket

1.   Mâle – Tursiops truncatus gilli (Grand dauphin du Pacifique) – Né le : 4/5/2012 – Numéro puce : 804098100052302
2.   Femelle – Tursiops truncatus gilli (Grand Dauphin du Pacifique) – Née le : 28/4/2012 – Numéro puce : 804098100045758
3.   Femelle – Tursiops Truncatus Ponticus (Grand Dauphin de la Mer Noire) – Née le : 1/5/2012 – Numéro puce : 900118000366102
4.   Femelle – Tursiops Truncatus Ponticus (Grand Dauphin de la mer Noire) – Née le : 23/9/2012 – Numéro puce : 900118000366103
5.   Femelle – Tursiops Truncatus Ponticus (Grand Dauphin de la mer Noire) – Née le : 18/5/2012 – Numéro puce : 804098100051724
6.   Mâle – Arctocephalus Australis (Otarie à fourrure australe) – Né le : 13/6/2013 – Numéro puce : 900118000366105
7.   Femelle – Arctocephalus Australis (Otarie à fourrure australe) – Née le : 5/6/2012 – Numéro puce : 900118000366104

Les statistiques présentées ci−dessus sont confirmées par la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction).

Des Tursiops luttent pendant le processus de sélection, à Taiji, où des animaux sauvages sont choisis pour la captivité - Photo : Sea ShepherdDes Tursiops luttent pendant le processus de sélection, à Taiji, où des animaux sauvages sont choisis pour la captivité
Photo : Sea Shepherd
La baie sanglante de Taiji, au Japon - Photo : Sea ShepherdLa baie sanglante de Taiji, au Japon
Photo : Sea Shepherd

Deux des dauphins finalement importés au Dolphin Bay Phuket sont (1) le fils et (2) la fille de dauphins brutalement capturés à Taiji et transférés dans un établissement appartenant à la société Nemo, en Ukraine, en juin 2010. Cette information a été confirmée par la CITES. Capturer ces dauphins à Taiji pour s’en servir comme reproducteurs, puis exporter leurs petits en affirmant "qu’il n’y a là aucun lien avec Taiji" est tout bonnement ridicule. Tout lien avec la société Nemo suffit à confirmer la connexion directe avec les massacres de dauphins de Taiji. Posséder des petits issus de dauphins capturés à Taiji rend ce lien indéniable.

Quiconque achètera un billet pour le spectacle de dauphins de Phuket encouragera dans le même temps la société Nemo, qui tire profit de la chasse au rabattage et du massacre de dauphins à Taiji, au Japon.

Pour couronner le tout, et faire encore davantage affront au peuple thaïlandais, le Dolphin Bay Phuket promeut ses spectacles de dauphins à l’aide de titres comme "La nage royale" ou encore "Le plongeon royal", alors que la famille royale thaïlandaise n’a rien à voir avec tout cela. Le peuple thaïlandais vénère son roi. Lier ces dauphins issus de massacres sanguinaires avec le roi constitue la pire insulte que le delphinarium puisse proférer.

M. Supreecha, le directeur général du projet aquatique de Phuket (le Phuket Aqua Project Co Ltd) qui a précédemment dirigé l’établissement, a répondu à ce sujet au Phuket News. "Je comprends l’inquiétude des écologistes, mais tous ces animaux sont nés en captivité. Ils n’ont jamais vécu à l’état sauvage et ils ont besoin d’entraînement et de soins."

"Notre équipe de spécialistes des dauphins prendra grand soin d’eux", a−t−il affirmé.

Se tenir debout sur le rostre de dauphins et utiliser les cétacés comme des planches de surf ne s’apparentent pas à "prendre grand soin d’eux". Comme la majorité des parcs aquatiques retenant captifs des animaux marins, le delphinarium de Phuket prétend que le spectacle est "pédagogique". Cela n’a rien de pédagogique d’exhiber des dauphins dans un environnement artificiel et de les forcer à se comporter d’une manière qui n’est pas naturelle pour eux, pas plus que ce n’est prendre soin d’eux. Tout ce que le Dolphin Bay Phuket propose, c’est de l’exploitation animale par cupidité humaine.

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact