Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Mardi, 12 Janvier 2016 11:58

Les baleines n’ont pas le choix, vous, oui. Ne consommez pas de krill

Par Ashley Avci, militante pour l’Opération Krill

Tête d’un krill Antarctique (Euphausia superba)Tête d’un krill Antarctique (Euphausia superba)Le plus important échouage de baleines connu à ce jour date d’il y a un mois seulement. 337 rorquals boréaux, actuellement classés dans la liste rouge de l’UICN des espèces menacées, ont été retrouvés sans vie dans un fjord isolé en Patagonie, au sud du Chili. Selon les océanographes, le réchauffement rapide des océans tue la principale source de nourriture des baleines, le krill.

Malgré l’aspect exceptionnel de cet événement, les catastrophes écologiques surprenantes deviennent bien trop fréquentes. L’observation des baleines est de moins en moins une source d’émerveillement et devient un sujet d’inquiétude. Les océanographes constatent que des baleines sont truffées de parasites, mal nourries et malades, loin de l’image des baleines joyeuses et pleines de vie que les gens espèrent observer. Les baleines, les manchots, les oiseaux marins et les phoques sont les principales espèces dépendant du krill pour leur subsistance. En réalité, toute la vie en Antarctique dépend directement ou indirectement du krill. Les baleines parcourent des milliers de kilomètres pour se gorger de krills dans l’Antarctique, l’espèce est indispensable pour la migration des baleines vers les eaux plus chaudes, où les baleineaux grandiront.

Cette minuscule créature marine bioluminescente est la base sur laquelle repose toute la vie marine en Antarctique. Ce qui signifie qu’en cas de disparition du krill dans l’écosystème de l’Antarctique, la région connaitrait des changements dramatiques ou cesserait complètement d’exister.

À l’exception de Bill et Will, personnages hauts en couleur dans Happy Feet 2, l’importance du krill a été sous-estimée et bien souvent ignorée par les médias traditionnels. Malheureusement, l’utilisation du krill dans des compléments alimentaires fabriqués par des entreprises attirées par le profit a explosé. Ces entreprises investissent des millions pour promouvoir le krill comme source durable d’oméga-3, sans dire aux consommateurs que rien ne prouve que la pêche aux krills soit durable. Environ 90 % des krills capturés sont utilisés dans la nourriture pour poissons et dans la nourriture des animaux domestiques, et de nombreux éléments prouvent que la pêche aux krills a des effets néfastes sur l’environnement et sur les prédateurs marins.

La population de krill Antarctique a baissé de plus de 80 % depuis le milieu des années 70 et a entraîné une baisse de la population des manchots. N’importe quelle autre espèce sur cette planète dont la population aurait baissé de 80 % aurait été jugée menacée par l’UICN et une mobilisation à l’échelle mondiale aurait eu lieu pour la protéger. Parler de pêche durable ne serait même pas envisagé afin de donner une chance de rétablissement à l’espèce.

Un phoque de Weddell de l’Antarctique. Le krill occupe une part importante de son alimentation - Photo : Tim WattersUn phoque de Weddell de l’Antarctique. Le krill occupe une part importante de son alimentation - Photo : Tim WattersLa capture du krill se fait principalement à proximité des côtes, par conséquent la diminution du nombre de krills est très localisée. Les manchots auront plus de difficulté à en trouver et les baleines habituées à chasser dans certains endroits devront les chercher ailleurs.

Des entreprises telles que Blackmores s’enrichissent en détruisant l’Antarctique et volent la principale source de nourriture à des animaux marins affamés. Jusqu’à présent, Blackmores a refusé de protéger l’Antarctique et a refusé de retirer ses produits à base de krill des étalages. Le krill est indispensable à ces animaux.

Contrairement aux baleines, vous pouvez choisir de ne pas consommer de krill. Il faut mettre un terme dès aujourd’hui à cette frénésie pour les compléments alimentaires à base de krill avant qu’il ne soit trop tard. Nous pouvons nous passer du krill, les baleines, elles, n’ont pas d’autres choix.

L’Opération Krill est la première de ce genre en Australie : vous pouvez soutenir la campagne en vous engageant à ne pas utiliser de produits à base de krill et en signant la pétition comme plus de 10 000 autres personnes. Protégez l’Antarctique et faites entendre votre voix : exiger le retrait des compléments à base de krill commercialisés par Blackmores.

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact