Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Mardi, 11 Octobre 2016 01:50

BON VENT MON AMI, BON VENT MON CAPITAINE. MERCI LA FRANCE

Ce récit se décompose en trois parties et reprend les faits tels qu'ils se sont déroulés depuis l'arrestation de Paul Watson en Allemagne en Mai 2012 jusqu'à son départ de France en Aout 2016.

Retrouvez les différentes parties de l'éditorial : - Première partie - Dernière partie

DEUXIÈME PARTIE

4 - L’AU REVOIR AU FRÈRE

Photo de Paul Watson - Sea ShepherdAprès quelques jours un peu stressants de route et de planque, Paul rejoint le petit port hollandais à l’aube, le Columbus est bien là et l’attend. Je ne ferai finalement pas la traversée avec lui, il a été décidé que ma présence à ses côtés pendant ces quelques jours et les semaines qui vont suivre sont un risque supplémentaire, n’étant pas aussi connue que lui mais quand même suffisamment, tout en étant assez proche de lui pour attirer l’attention malgré son look méconnaissable.

C’est donc avec un petit pincement au coeur que je le laisse partir vers le Canada. Je le sais entre de bonnes mains et mon rôle s’arrête là pour l’instant.

Après une quinzaine de jours de mer, le bateau arrive au large des côtes canadiennes. Paul quitte le Columbus dont la mission s’arrête ici et il embarque à bord du voilier qui est devenu aujourd'hui le Martin Sheen.

Il n’est pas prévu qu’il débarque, il vient voir son petit frère Stephen.

Paul et Stephen ont toujours été très proches et ont en commun un amour infini de la Nature et de l’Océan. Ce que Paul a exprimé à travers l’activisme, Joseph lui a donné vie à travers l’art. Il a réalisé de nombreux tableaux et fresques s’inspirant de la beauté de l’océan et des actions de son grand frère.

Mais Stephen est très malade. Une tumeur maligne au cerveau lui a été diagnostiquée et il ne lui reste que peu de temps à vivre.

Le mois précédent, à l’annonce de la triste nouvelle, Paul avait fait une requête à la Ministre de la Justice Allemande afin d’être autorisé à lui rendre visite. Cette dernière le lui avait refusé.

Du fait de sa situation, Paul ne peut pas débarquer et il sait qu’il ne pourra même pas être présent à l’enterrement de son frère. Alors c’est Stephen, qui malgré son état, le retrouve sur son bateau qui l’attend au large. Paul écrira à son sujet :

Stephen WatsonStephen Watson, le petit frère de Paul Watson"Le courage de Stephen face à sa propre mort a été inspirant. Il était positif et toujours plein d’espoir, parlant avec enthousiasme de ses projets et des idées qu’il avait pour une exposition sur l’océan qu’il préparait pour l’été suivant. Il m’avait demandé une seule chose : s’il venait à mourir avant notre prochaine mission en Antarctique, que j’y emmène ses cendres et les y disperse."

Stephen mourut quelques semaines plus tard et Paul dispersa ses cendres en Antarctique l’hiver suivant.

Il lui rendit ainsi hommage :

“Mon frère était un guerrier qui avait choisi la voie de l’Art. J’ai toujours été fier de lui et mon amour pour lui est aussi éternel que l’amour que nous portions tous deux à la Nature et à toutes ses formes de vie. Il aimait les animaux, la planète, la beauté… Il fut un mari aimant, un père dévoué et un frère loyal. Il nous manque et nous manquera toujours. “

5 - AU BOUT DU MONDE

Depuis la côte est du Canada, Paul entame alors un périple de plusieurs mois qui l’emmène à l’autre bout de la planète, vers les îles Samoa, dans le Pacifique Sud. La prochaine campagne Antarctique de Sea Shepherd se prépare et Paul veut en être. Il réapparaîtra en décembre 2012, à bord du Steve Irwin, en eaux internationales, frais comme un gardon et remonté à bloc pour la mission : un énorme pied de nez au gouvernement japonais.

La mission "Zéro Tolérance" permettra de sauver plus de 900 baleines. A l’issue de cette campagne, en Mars 2013, Paul disparaîtra de nouveau. Les eaux internationales et les petites îles désertes du Pacifique seront son refuge pendant encore plusieurs mois. Il a écrit plus tard quelques textes et poèmes inspirés par ces longs têtes à têtes avec l’océan et les étoiles, dans ce qui fut pendant des mois la plus grande des prisons et son dernier espace de liberté dans un monde qui avait décidé de le traquer parce qu’envers et contre tout, il avait tenu sa promesse faite aux créatures. Il les avait défendues au péril de sa vie et de sa liberté.

Photo de Paul Watson - Sea ShepherdDans le même temps, en France, j’essayais avec quelques proches de faire de la France une terre amie pour celui qui après tout, n’avait fait qu’essayer de faire respecter un sanctuaire, initié à la base par la France.

Même si Paul ne se plaignait guère, la situation était vraiment injuste et à mon sens très inquiétante. Pour la campagne de soutien lancée en France, j’avais fait figurer comme slogan : “Un monde capable de traquer le Capitaine Paul Watson, est un monde qui s’apprête à vivre sans baleines”. Autant dire, un monde dans lequel je n’ai pas envie de vivre.

Mais heureusement, Paul n’a pas que des ennemis. Il a aussi des soutiens qui lui ont bien souvent sauvé la mise. Des soutiens visibles à travers les nombreuses manifestations publiques de soutien organisées lors de son arrestation et les quelques célébrités qui ont mis leur notoriété à contribution pour que son cas ne reste pas dans l’ombre. Mais aussi des soutiens anonymes ou moins visibles, qui ont changé le cours des choses. A l’instar de ses amis proches ou de personnages clés comme l’employé du Ministère de la Justice allemande qui nous a prévenus de son arrestation imminente ou d’autres personnes de l’ombre, qui ont influé dans un sens ou dans l’autre pour que certaines portes s’ouvrent à des moments décisifs où l’étau semblait se resserrer inexorablement autour de lui.

6 - RETOUR SUR LA TERRE FERME

Le 28 octobre 2013, soit 15 mois après avoir fui l’Allemagne, Paul réapparaît, en Californie, à bord du Brigitte Bardot, le trimaran de Sea Shepherd.

Parmi ceux qui ont œuvré à son retour et qui sont là pour l’accueillir figure Robert Kennedy, petit neveu de JFK et avocat environnementaliste. Son soutien et celui de quelques autres personnages clés auront été nécessaires pour garantir à Paul une arrivée sécurisée en territoire américain. Le Japon sera prévenu comme le requiert la Notice Rouge mais Paul ne sera pas arrêté. Il passera les neuf mois qui suivent aux Etats Unis.

Lamya Essemlali
Co-fondatrice et Présidente de Sea Shepherd France
Co-directrice de Sea Shepherd Global

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact