Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Dimanche, 05 Mars 2017 10:53

Opération Nemesis : La chasse continue

Par le capitaine Paul Watson

 Le Steve Irwin est rentré à Williamstown après 83 jours passés dans l’océan Austral. L’Ocean Warrior est toujours à la poursuite de flotte baleinière japonaise illégale.

L’Opération Nemesis est presque terminée. Cette campagne a été difficile parce que les Japonais ont doublé leur zone de chasse et baissé leur quota ; Sea Shepherd avait donc deux fois plus de territoire à surveiller et moins de temps pour le faire. Néanmoins cette opération a été un succès, et je vais vous dire pourquoi :

Avant 2014, le quota était de 1 035 baleines et les baleiniers étaient en mer de décembre à mi-mars pour essayer d’y parvenir, mais depuis 2005, Sea Shepherd a fait en sorte qu’ils n’atteignent pas ce quota et, en effet, ils n’en dépassaient pas les 30 %. Avant les interventions de Sea Shepherd, ils atteignaient leur quota en trois mois. Aujourd’hui, avec un quota de 333, ils sont toujours là, ils continuent de chasser. Nous ne savons pas s’ils ont atteint ce quota, mais s’ils l’ont fait cela leur a pris plus de temps qu’il ne leur en fallait avant pour tuer trois fois plus de baleines. Cette année, Sea Shepherd leur a causé de grands torts : ils ne pouvaient utiliser qu’un seul navire harponneur, car ils se servaient des deux autres pour suivre l’ Ocean Warrior et le Steve Irwin afin de pouvoir renseigner leur navire amiral, le Nisshin Maru, de leurs positions. Tout cela leur a coûté des millions de dollars.

Maintenant vous devez vous demander pourquoi Sea Shepherd n’a pas trouvé ce navire amiral grâce à l’Ocean Warrior.

C’est une bonne question. Nous pensons que la flotte baleinière japonaise a investi dans un système de sat-tracking très coûteux pour suivre nos navires en temps réel. Ce type de technologie n’est pas à la portée du budget de Sea Shepherd, mais il accroît significativement le coût global de la flotte japonaise. Tout comme à Taiji au Japon, même si nous ne pouvons pas les arrêter, nous faisons en sorte que leur activité illégale leur coûte une fortune.

Qu’est-ce qui a été réalisé ?

L’hélicoptère de Sea Shepherd a repéré des baleines mortes sur le pont du Nisshin Maru à proximité du Territoire antarctique australien. C’est gênant à la fois pour le gouvernement japonais, de nouveau pris en flagrant délit de braconnage, mais aussi pour le gouvernement australien qui parle beaucoup mais n’agit pas et ne cesse de lécher les bottes des Japonais. Les images et la vidéo ont fait le tour du Web. Elles seront transmises à la Cour international de justice comme preuve du dédain du gouvernement japonais pour cette Cour et à la Cour fédérale australienne, qui a déjà condamné les baleiniers à une amende d’un million de dollars australiens, qu’ils n’ont d’ailleurs pas pris la peine de payer.

Sea Shepherd est vent debout contre un ennemi qui possède des fonds illimités et une technologie militaire de pointe. Malgré cela, Sea Shepherd les a repérés, poursuivis, a collecté des preuves et les a obligés à dépenser des millions de dollars en plus, à passer bien plus de temps en mer et à y dépenser bien plus d’énergie pour mener leurs activités illégales de chasse à la baleine.

Les opérations japonaises de chasse à la baleine sont criminelles et ont été condamnées par la Commission baleinière internationale (CBI), la Cour internationale de Justice (CIJ), la Cour fédérale australienne et l'opinion publique internationale.

Les campagnes de Sea Shepherd entre 2005 et 2014 ont abouti au verdict de la CIJ visant à interdire la chasse à la baleine japonaise. Pas une seule baleine n'a été tuée au cours de la saison 2015.

Les hommes et les femmes, les capitaines, les officiers et les équipages bénévoles du monde entier ont fait un travail remarquable. Ils ont passé des mois en mer dans des conditions extrêmement difficiles dans les eaux les plus reculées et les plus dangereuses de la planète ; la météo a été particulièrement difficile cette saison. Plus important encore, il n’y a eu aucun accident et aucun blessé. Les équipages ont démontré une fois encore leur passion et leur courage.

Et Sea Shepherd a démontré son total engagement pour la défense des lois internationales de conservation.

2005/2006 :Opération Minke: Farley Mowat : 169 baleines sauvées
2006/2007 :Opération Leviathan : Robert Hunter et Farley Mowat : 534 baleines sauvées. Documentaire: The Edge of the World
2007/2008 :Opération Migaloo : Steve Irwin : 484 baleines sauvées. Première saison de Whale Wars
2008/2009 :Opération Musashi : Steve Irwin : 305 baleines sauvées. Deuxième saison de Whale Wars
2009/2010 :Opération Waltzing Matilda : Steve Irwin et Bob Barker : 528 baleines sauvées. Troisième saison de Whale Wars.
2010/2011 :Opération No Compromise : Steve Irwin, Bob Barker et Gojira : 863 baleines sauvées. Quatrième saison de Whale Wars.
2011/2012 :Opération Divine Wind : Steve Irwin, Bob Barker et Brigitte Bardot : 768 baleines sauvées. Cinquième saison de Whale Wars.
2012/2013 :Opération Zero Tolerance : Steve Irwin, Bob Barker et Sam Simon : 932 baleines sauvées. Sixième saison de Whale Wars.
2013/2014 :Operation Relentless : Steve Irwin et Bob Barker : 784 baleines sauvées. Septième saison de Whale Wars.
2014/2015 :aucune chasse à la baleine après le verdict de la CIJ : 1 035 baleines sauvées.
2015/2016 :le Japon enfreint le verdict. Aucune baleine sauvée
2016/2017 :Opération Nemesis : Sea Shepherd de retour avec l’Ocean Warrior et le Steve Irwin. Nombre de baleines tuées inconnu à ce jour.

Total des baleines sauvées de 2005 à 2016 : 6 402

Tout ceci a été accompli sans avoir causé ni subi de blessures graves.

Le Japon s’obstine dans la défense de leurs activités illégales de chasse à la baleine et, malgré leurs violations criminelles des lois internationales, le gouvernement japonais a dépensé des millions pour poursuivre et gêner les équipages de Sea Shepherd. Un avocat japonais nous a dit : « le Japon a deux ennemis : la Chine et Sea Shepherd ».

Grâce à la passion et au courage de plusieurs centaines de bénévoles, 6 402 baleines peuvent nager librement et c’est la plus grande réussite de ces interventions menées au cours des 12 dernières années dans l’océan Austral.

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact