Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Jeudi, 30 Mars 2017 13:22

Opération Milagro III : Aujourd’hui, Sea Shepherd ne cèdera pas face à la violence des braconniers

Par le capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd

Rapport sur la confrontation imminente en mer de Cortez

Aujourd’hui, un homme énervé du nom de Sunshine Antonio Rodriguez et son gang de braconniers ont promis de chasser Sea Shepherd hors de la mer de Cortez et de mettre fin à nos efforts pour sauver la vaquita en voie d’extinction.

Lundi dernier, Antonio Rodriguez et ses braconniers ont pris un vieux bateau, y ont inscrit le nom de Sea Shepherd et l’ont brûlé dans les rues de San Felipe pour nous avertir de ce qu’ils comptent faire au SAM SIMON et au FARLEY MOWAT. Rodriguez a déclaré que Sea Shepherd avait jusqu’à jeudi pour quitter les eaux mexicaines.

Rodriguez a affirmé qu’il attaquerait l’équipage de Sea Shepherd avec 200 pangas (petits bateaux).

Les braconniers n’apprécient pas que Sea Shepherd travaille en collaboration avec le gouvernement mexicain pour repérer et remonter les filets illégaux qui tuent la vaquita et le totoaba, deux espèces menacées, ainsi qu’un grand nombre d’animaux marins, notamment des lions de mer, des dauphins, des baleines, des requins, des tortues et de nombreuses espèces de poissons.

Rodriguez a traité Sea Shepherd de "gringos indésirables" malgré le fait que les navires abordent les drapeaux de la Barbade et des Pays-Bas et comptent parmi leur équipage des citoyens de nombreux pays dont Mexico.

En dépit des fausses accusations concernant la responsabilité des gringos, les braconniers ont récemment attaqué des responsables mexicains de l’environnement en brûlant des camions, des 4x4 et des bateaux du gouvernement.

Sea Shepherd agit en mer de Cortez en partenariat avec le gouvernement du Mexique.

Sea Shepherd a réagi aux menaces en maintenant sa position et en continuant de confisquer des filets. La capitaine Oona Layolle a déposé plainte contre Sunshine Antonio Rodriguez. Les membres d’équipage ont signalé les menaces auprès de leurs ambassades respectives à Mexico.

En réponse, la marine mexicaine a envoyé des navires militaires conçus spécialement pour assurer la sécurité en cas de menace des braconniers. Ils ont amené deux grands navires et trois petits bateaux (un interceptor et deux defenders), en plus d’un hélicoptère et d’officiers supplémentaires sur le terrain.

Sea Shepherd va déployer le JOHN PAUL DEJORIA, actuellement au Panama, au nord de la mer de Cortez pour soutenir le SAM SIMON et le FARLEY MOWAT.

L’Opération Treasured Islands n’est pas annulée mais sera temporairement interrompue en raison des violentes menaces proférées par les braconniers de totoaba.

Le JOHN PAUL DEJORIA et le FARLEY MOWAT sont d’anciens patrouilleurs de la classe Island de 110 pieds qui appartenaient aux garde-côtes américains. Le SAM SIMON est un ancien navire scientifique japonais de 52 mètres.

« Ces menaces nous rendent plus forts, plus unis et plus résolus. », a déclaré le Capitaine Paul Watson. « Nos navires ne céderont jamais face à des menaces de violence. En réponse, nous allons accroître nos efforts avec l’aide d’un troisième navire. »

La capitaine Oona Layolle, responsable de la campagne Milagro III, a signalé que « le moral de l’équipage est bon et tout le monde est prêt pour aujourd’hui. Nous ne doutons pas que la marine mexicaine assura notre sécurité pour que nous puissions poursuivre nos efforts et empêcher l’extinction de la vaquita. »

Il reste moins de 30 vaquitas dans le monde. Sea Shepherd a été informé que certains braconniers essaient maintenant de tuer délibérément les vaquitas restantes. Ils pensent en effet que cela leur permettra d’intensifier leurs opérations de pêche du totoaba, espèce menacée dont les vessies natatoires se vendent jusqu’à 20 000 $ le kilo en Chine.

Sea Shepherd applaudit les efforts entrepris par le gouvernement mexicain contre ces activités illégales menées par ces braconniers et les trafiquants de vessies natatoires de totoaba.

Le capitaine Paul Watson a déclaré : « Je fais pleinement confiance à nos officiers et nos équipages. Nos volontaires sont engagés, passionnés et courageux. Ils comprennent les risques qu’implique la défense de la vaquita, mais aussi les risques qu’encoure la vaquita s’ils renoncent. Si Sea Shepherd abandonne, la vaquita disparaîtra et c’est une responsabilité que nous devons assumer. »

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact