Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Vendredi, 31 Mars 2017 05:56

TRISTE NOUVELLE

Premier petit rorqual mort à être photographié depuis le jugement rendu par la CIJ contre les braconniers japonaisPremier petit rorqual mort à être photographié depuis le jugement rendu par la CIJ contre les braconniers japonaisMalgré nos efforts, toute la passion et le courage de nos volontaires et le soutien de nos donateurs, la flotte baleinière illégale envoyée par le Japon dans le sanctuaire antarctique a réussi à atteindre son quota auto attribué de 333 baleines. Toute l'équipe de Sea Shepherd est profondément attristée de la mort de ces baleines que nous n'avons pas réussi à sauver.

Si nous avons exposé au monde entier les atrocités commises en Antarctique par le Japon et leur avons coûté énormément d'argent et de temps, nous n'avons pas réussi à sauver ces 333 baleines avec les moyens dont nous disposions. Les difficultés de cette mission sont colossales dans le sens où le Japon a divisé par trois son quota de baleines tout en doublant sa surface de chasse - déjà très étendue.

D'une époque où l'antarctique était notre principale mission, nous sommes aujourd'hui déployés dans de nombreux endroits du monde où nos bateaux sauvent des vies et les limites financières et matérielles de notre organisation sont atteintes.

Un seul bateau de la Marine française, australienne ou néo zélandaise, présents sur zone, suffirait à mettre un terme à ce massacre. Le renfort d'autres ONG qui ont vocation elles aussi à défendre les baleines et qui disposent de navires aurait pu - et peut encore - changer la donne. Mais avec ou sans ces aides extérieures, nous continuerons à lutter, avec le soutien de ceux qui croient en nous et sans qui nos bateaux resteraient à quai.

Avant nos missions dans le sanctuaire baleinier, le Japon tuait chaque année, sans difficulté et sans aucune opposition un total de 1 035 baleines.

Ce sont nos 10 années d'interventions préalables qui ont permis de mettre une pression suffisante sur le Japon, sur l'Australie - qui a enfin décidé d'attaquer en justice- et qui a abouti à une réduction par trois du nombre de baleines ciblées par la flotte baleinière.

Le nombre de 333 n'a pas été choisi au hasard. Le doublement de la la zone de chasse (avec ce que ça coûte en efforts et en argent pour les braconniers) ne s'est pas fait au hasard non plus.

Le Japon sait qu'il ne peut désormais pas espérer tuer plus de baleines que ce quota de 333 et il sait qu'il doit parcourir de plus grandes distances pour nous semer.

Les années précédentes, plusieurs de nos missions qui avaient permis de sauver entre 50% des baleines (et jusqu'à 91% en 2013) ont été, à raison considérées comme des succès. Et pourtant, dans les faits, pour certaines d'entre elles, plus de 333 baleines avaient malheureusement péri sous les harpons. Mais une grande partie des 1 035 voulues par le Japon leur avaient échappé, grâce aux interventions de nos navires.

Aujourd'hui, 333 baleines de trop ont été tuées. Mais cela reste un échec pour la flotte baleinière.

Pour nous, la bataille est loin d'être finie et avec le soutien de ceux qui ont toujours cru en nous et nous ont toujours soutenu, nous continuerons à lutter, quelques soient les moyens et les stratégies adverses pour sauver le plus de vies possibles dans nos océans.

Nos missions n'ont jamais été faciles. En 40 ans, nous avons connu nombre de succès et nombre d'échecs. Mais nous n'avons jamais abandonné, en dépit de toutes les critiques. Le temps et la persévérance ont fait la différence et ont donné tord à ceux qui (souvent depuis leur canapé) nous disaient "que nous ne servions à rien". Nous avons sauvé plus de 6000 baleines en Antarctique et si cela n’apparaît pas dans les chiffres donnés aujourd'hui par le Japon, nous savons que nous aussi sauvé toutes celles qui ne figurent plus sur leur quota d'origine, devenu inatteignable en notre présence.

Une réunion des directeurs de Sea Shepherd Global aura lieu ce week-end et un communiqué plus détaillé sera fait lundi.

Nous reverrons notre stratégie avec toutes les difficultés que comporte cette mission et les moyens qui sont les nôtres, et avec surtout le soutien de ceux qui croient en nous et grâce à qui nous avons - depuis plus de 10 ans - fait reculer la flotte baleinière d'un des pays les plus puissants du monde.

MERCI encore à tous nos bénévoles et à nos donateurs.

Pour les baleines, pour l'océan.

Lamya Essemlali
Co-directrice Sea Shepherd Global
Présidente et co-fondatrice Sea Shepherd France

Le Steve Irwin, notre navire amiral sur une précédente mission Antarctique (2013) 900 baleines avaient été sauvées cette année là - photo Sea ShepherdLe Steve Irwin, notre navire amiral sur une précédente mission Antarctique (2013) 900 baleines avaient été sauvées cette année là - photo Sea Shepherd

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact