Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Jeudi, 09 Janvier 2014 14:08

La FFESSM et le CRESSM à la Réunion: Meurtriers Associés

Photo: un requin et un plongeurEn août 2013, Sea Shepherd France a pris contact avec le président de la FFESSM (Fédération française de plongée), Jean-Louis Blanchard, pour lui demander des informations sur les agissements et les déclarations de ses représentants locaux à la Réunion.

La question posée par Sea Shepherd France était simple: "Monsieur le Président, approuvez-vous le discours et les actions du CRESSM de la Réunion qui, au nom de votre Fédération, a lancé une campagne de désinformation pour légitimer son activité chasse dans la réserve marine de la Réunion et appuyer la pêche de ces animaux par certains de leurs proches?"

La FFESSM nous a répondu par un document rendu public. La FFESSM invoquait son devoir de confidentialité pour justifier son refus de répondre à notre question. Elle prétendait aussi que nous - Sea Shepherd France - "cherchions à exploiter leur fédération", que nos déclarations étaient infondées et que par conséquent elles ne méritaient aucune réponse.

La FFESSM continue à se taire au sujet du rôle crucial joué par ses représentants locaux qui se perdent en conjectures – en totale contradiction avec les observations et les rapports scientifiques – et qui parlent d’une "dérégulation environnementale liée à une surpopulation de requins côtiers" exigeant une "régulation raisonnée" de leur population.

Non seulement ni les statuts de la FFESSM, ni la loi française, ne lui imposent aucune obligation de confidentialité, mais elle a aussi le devoir de faire connaître et promouvoir les actions en faveur de la conservation et de la protection de l’environnement dans lequel elle mène ses activités de loisirs sous-marins.

Par conséquent la FFESSM devrait rétablir la vérité et faire savoir qu’il n’y a aucun danger à plonger à la Réunion. A part ses chasseurs sous-marins, personne ne prétend ou ne constate que l’océan est infesté de requins, et la science n’a mis en évidence aucune surpopulation de ces animaux. En outre, elle devrait apporter son aide aux travaux des scientifiques en publiant ses connaissances sur les requins côtiers de la Réunion. Ces connaissances soulignent un problème humain dans notre relation à la mer, et non la nécessité d’éliminer les requins pour la "sécurité" de quelques-uns. Prétendre que Sea Shepherd cherche à exploiter la FFESSM est malhonnête et mensonger, et cela démontre aussi un mépris profond pour une question sensée et précise.

A la Réunion, c’est le même mépris stupide qui amène les représentants locaux de la FFESSM à poursuivre leur campagne de désinformation auprès des représentants de l’Etat, qui cherchent à obtenir une déclaration de la fédération en gage de sérieux et des propositions raisonnables pour trouver une solution à cette "crise".

Nous rappelons que Jean-Luc Marx, le préfet de la Réunion, a admis au cours d’une conférence de presse que "réguler" des populations de requins dont nous ignorons à peu près tout, équivaudrait à "avancer à tâtons".

Le premier programme expérimental français mis au point pour éliminer les requins dans le but de réduire les risques d’accident est sur le point de démarrer, même s’il contredit les conclusions de toutes les études faites à ce sujet.

Encore plus grave, ce programme a été mis en place contre l’avis des scientifiques qui voient leurs recherches totalement compromises par cette campagne de pêche aveugle: comment pouvons-nous espérer comprendre le comportement des requins s’ilssont complètement perturbés par l’introduction du programme CAP REQUINS, si les requins sont attirés artificiellement dans des zones spécifiques pour qu’il soit plus facile de les abattre? Si nous modifions le comportement de ces requins, comment pourrons-nous espérer obtenir les informations qui sont essentielles pour réduire le risque d’accidents?

Cette aberration a été rendue possible principalement à cause de la prétendue "expertise de terrain" mise en avant par les personnes responsables de la commission de la chasse sous-marine à la FFESSM et de leurs amis. Des amis qui sont aussi impliqués dans le programme de pêche, comme nous l’avons déjà dit. Mais leur travail de sape ne s’arrêtera pas là, puisqu’ils ont l’intention d’exploiter autant que possible la phobie des requins qu’ils ont suscitée pour justifier la reprise de la chasse à l’intérieur de la Réserve Marine Nationale.

Une réserve marine qu’ils ont eux-mêmes contribué à dégrader, car leurs activités ont gravement endommagé l’écosystème corallien de la Réunion.

Devant tant d’arrogance, de mensonges et de manipulations, nous demandons respectueusement à tous les membres de cette fédération de faire savoir à leurs dirigeants qu’ils les tiendront pour responsables des actions de leurs représentants réunionnais.

Capitaine Paul Watson


 Documents rendus publics par la FFESSM:
Procès-verbal de la CDN No.450 (extrait No.1)
Procès-verbal de la CDN No.450 (extrait No.2)
Procès-verbal de la CDN No.450 (dans son intégralité)

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact