Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Lundi, 13 Septembre 2010 23:18

Les îles Féroé : le cimetière de la honte

de François-Xavier Pelletier

pilot whale cemetaryLe 5 août 2010 à l'aube, 83 globicéphales ont été assassinés dans une baie étroite des îles Féroé appelée Leynar. Les corps ont ensuite été transportés vers le petit port de Kvivik pour être découpés en morceaux.

Un mois plus tôt, Sea Shepherd Conservation Society m'avait envoyé aux îles Féroé comme agent secret en vue de préparer la campagne Grind Stop, qui devait être effectuée sur le Golfo Azzuro, un navire utilisé par Sea Shepherd en partenariat avec la Fondation Brigitte Bardot. L'objectif était de sauver autant de globicéphales que possible en interférant avec tout « grind » que nous pourrions rencontrer, en agissant dès le début à l'aide de dispositifs acoustiques répulsifs qui feraient peur au dauphins et les éloigneraient loin de la baie mortelle .

Quand j'ai étudié en détail les 23 baies de chasse autorisée, je suis venu à la conclusion que le prochain abattage aurait probablement lieu à Klaksvik. Mais j'ai dû quitter les îles Féroé; ma place au cours de cette campagne serait à bord du Golfo, que j'ai dû rejoindre en Hollande, en tant qu' expert sur la question du « grind » et conseiller stratégique.

Quelques jours après mon départ, Sea Shepherd a envoyé aux îles Féroé un agent d'infiltration, Peter Hammarstedt. Alors que dans Klaskvik, Peter a été en mesure de documenter les cadavres des 236 baleines abattues dans des conditions si horribles que ce « grind » en particulier a même été critiqué par les îles Féroé eux-mêmes.

Je ne m'attendais pas à ce qu'un « grind »  se produise dans la baie de Leynar, qui était trop étroite et à proximité de plusieurs baies importantes. Et pourtant, dans les 10 minutes qui ont suivi le repérage depuis une fenêtre, d'un groupe de gobicéphales sortis de nulle part, les animaux ont été mené jusqu'à la plage. Sept minutes plus tard, ils avaient tous été abattus.

Cela s'est passé tellement vite que le Golfo n'a pas eu le temps d'intervenir, mais je voulais savoir où tous les corps finiraient. Le lendemain, je suis donc allé à terre avec Lamya Essemlali, Présidente de Sea Shepherd France et leader de la campagne « Grind Stop ». Tout le village sentait la mort, quelques morceaux de viande étaient encore là dans des sacs à ordures. Deux camions ont chargés les restes des cadavres et sont partis. Sans voiture, nous n'avons pas pu les suivre. Un des pêcheurs était en train de laver le sang qui restait sur le sol. Il nous a demandé de le suivre et nous a montré la tête d'un dauphin suspendue à une corde à l'entrée du port. Il était utilisé comme un vulgaire appât. Je me suis senti révolté par ce manque de respect. Le dimanche suivant, à 5:00 du matin, j'étais de retour à bord de nos petits zodiacs pour plonger et documenter ce que les Féroïens avaient fait des corps des baleines qu'ils avaient tué.

Je voulais trouver l'endroit où ils jettent le reste des corps pour savoir si la tradition des îles Féroé qui consiste en manger tous les cétacés qui sont tués, est effectivement respectée. Nous avons essayé en vain de recueillir des informations qui nous amèneraient à un cimetière caché, mais le secret a été très bien gardé.

pilot whale cemetaryHeureusement, un peu de déduction mélangée à une inspiration étrange et presque mystique m'a poussé droit à cet endroit précis, où à 24 mètres de profondeur, à l'intérieur d'une crevasse, se trouvait un cimetière centenaire de globicéphales. J'ai eu la nausée. Les corps de 86 dauphins qui avaient été tués le 5 août ont été entassés là. Leurs têtes "dansaient" avec le courant. Elles semblaient presque vivantes, et j'ai eu l'étrange sensation qu'elles criaient au secours. Ce qui m'est arrivé là-bas était très étrange. Je n'ai trouvé personne à la surface pour me croire, mais j'ai eu le sentiment que j'étais entré dans un univers silencieux où les cétacés crient au désespoir.

La scène a été pénible. Les fœtus ont été mélangés avec des corps d’adultes, et il y avait aussi beaucoup de jeunes. C'était un tel gaspillage que même les chasseurs ne le toléreraient pas.

De retour à bord du Golfo, j'étais sous le choc et encore plus déterminé que jamais à continuer le combat, jusqu'à ce que nous mettions un terme à cette apocalypse, le massacre anti-traditionnel. Le corps d'un globicéphale entier flottait à côté de notre bateau. Comment peut-on croire que le « grind »  est encore une nécessité de nos jours? Cette soi-disant tradition est devenue rien de plus qu'un jeu sanglant et macho qui a pour but de démontrer sa virilité et impressionner les filles qui regardent sur la plage. Il est similaire à la corrida, et c'est une honte pour le peuple des îles Féroé, qui peut être si remarquable sur d'autres plans humains, sociaux, et même sur les questions écologiques.

À la mémoire d'une époque révolue où les îles Féroé ont coulé mon bateau, aplati les quatre pneus de ma voiture, et jeté en prison sous l'accusation de filmer le massacre des globicéphales, j'ai mis un message dans un de nos appareils acoustiques que nous avons laissé dans la baie de Vágur le jour où j'ai été arrêté. On peut y lire:

"Vágur, rappelez-vous 1987. A bientôt, François-Xavier Pelletier. "

pilot whale cemetarypilot whale cemetary

pilot whale cemetarypilot whale cemetary

Grind Stop
Opération Grind Stop

Visitez le site de l'Opération Grind Stop et
aidez-nous à stopper le massacre des globicéphales aux Îles Féroé.

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact