Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Mardi, 30 Novembre 2010 00:00

La chasse à la baleine… c'est juste une question d’argent !

Commentaire du Capitaine Paul Watson

En matière de reportage de propagande, même Fox news n’arrive pas à la cheville de Fuji TV au Japon. Leur dernier reportage anti Sea Shepherd tient plus de la divagation que de l’information avec des reporters qui ne prétendent même pas être objectifs. Fuji TV commence son reportage ainsi :

Les reporters de la rédaction de Fuji TV n’ont aucune sympathie pour les actions de Sea Shepherd, Yuko Ando les trouve enfantins et hypocrites et se demande pourquoi Sea Shepherd se focalise sur le Japon au lieu par exemple de lutter contre la chasse au kangourou en Australie. Ils présentent un graphique montrant à quel point la focalisation de Sea Shepherd sur la chasse à la baleine et au dauphin au Japon a été bénéfique à l’association : Sea Shepherd gagnerait 10 fois plus d’argent cette année qu’en 2004. S’ils veulent continuer à s’en mettre plein les poches, ils vont probablement continuer de s’attaquer aux Japonais.

On se fiche pas mal de ce que Yuko Ando dit à propos de Sea Shepherd, mais elle devrait faire ses devoirs mieux que ça et savoir que nous sommes Sea Shepherd Conservation Society et non l’Australian Outback Kangaroo Protection Society. Le massacre de kangourous en Australie est obscène. Si le Japon souhaite envoyer du monde pour protester contre ce génocide, je leur donnerai de l’argent. Mais les kangourous ne sont pas des animaux marins et Sea Shepherd a été créée pour défendre la faune marine, du plancton aux baleines.

Sea Shepherd défend également les globicéphales des iles Féroé, le thon rouge de méditerranée, les requins et les concombres de mer des Galápagos, en plus de nombreux autres projets impliquant les pays comme la Norvège, le Danemark, la Namibie, le Canada et Malte.

Certains médias japonais tentent de définir le travail de conservation que nous faisons comme étant du racisme. Cependant, Sea Shepherd s’oppose aux opérations pas aux opérateurs. Nous nous opposons à la chasse à la baleine en général, pas seulement aux baleiniers japonais. Certains membres de notre équipage et certains de nos supporteurs sont japonais. Avec cette rhétorique, Fuji TV tente tout simplement de servir la droite nationaliste japonaise.

Quant aux allégations selon lesquelles Sea Shepherd chercherait à faire de l'argent, c’est une affirmation complètement stupide. Sea Shepherd est une association à but non lucratif; les fonds que nous recueillons reflètent le soutien que nous recevons pour nos campagnes, ce qui signifie qu'ils proviennent de personnes qui s'opposent au massacre de baleines et de dauphins.

Ce que je comprends, c’est qu’au Japon, succès rime avec faire de l’argent. Selon ce critère et selon Fuji TV, Sea Shepherd est un succès, pas la chasse à la baleine. Maintenant, si cette chaîne télé est vraiment préoccupée par les fonds recueillis par Sea Shepherd pour la défense des baleines et des dauphins, ils devraient encourager le gouvernement japonais à abolir leur massacre et ne bénéficieraient ainsi plus de l’aide de Sea Shepherd.

La fin de chasse à la baleine et aux dauphins signifierait moins de dons pour Sea Shepherd et nous avons toujours fait le maximum pour nous mettre en faillite. Cependant, nous sommes occupés à mettre hors d’état de nuire les braconniers, ce qui signifie arrêter les opérations illégales de la flotte baleinière japonaise et la barbarie cruelle des bourreaux à Taji au Japon.

Un peu plus tôt cette année, un sondage effectué par le site de partage de vidéos japonais Nico Nico Douga indiquait que 67% des personnes interrogées estiment que le Japon ferait mieux de promouvoir la chasse à la baleine, alors que 9,1% seulement pensent que celle-ci devrait s’arrêter. 84% des 92 430 sondés japonais pensent que les tactiques de Sea Shepherd sont inacceptables, 5,5% seulement les soutiennent.

Greenpeace a indiqué que le soutien des sondés en faveur de la chasse était décourageant en raison de leur campagne pour gagner les cœurs et les esprits du public japonais pour qu’ils s’opposent à la chasse. Eh bien Sea Shepherd Conservation Society n'est pas découragé du tout. Nous avons obtenu 5,5% et c'est très bien! Toute révolution sociale dans l'histoire a abouti en obtenant 7% (point de basculement). Donc en théorie, nous ne sommes qu’à 1,5% de la victoire.

En réalité, nous nous fichons pas mal de ces chiffres. Sea Shepherd ne fait pas campagne dans l’Océan Austral pour remporter l’adhésion du public japonais. Nous sommes là pour arrêter la chasse illégale de baleines en voie de disparition et protégées dans un Sanctuaire Baleinier par un moratoire mondial et au mépris d'une ordonnance de la Cour fédérale Australienne.

Comme dans la plupart des batailles, le facteur décisif n'est pas l'opinion publique - c'est l'économie pure et simple. La majorité des Canadiens s'oppose à la chasse au phoque, mais son gouvernement le soutient. La majorité des Néo-Zélandais s'oppose à un compromis avec les baleiniers japonais, pas le gouvernement Néo-Zélandais.

Il n’est question ni d’éthique ni de morale; les gouvernements ne s’en soucient pas. Ils se préoccupent de l'économie et les entreprises se soucient des profits et des pertes - c'est leur principale, et dans la plupart des cas, leur seule préoccupation.

Dès le départ, l'objectif de Sea Shepherd n’a pas été de gagner les cœurs et les esprits du public japonais mais de couler la flotte baleinière japonaise - économiquement. Et c’est ce que nous faisons. Nous avons réduit leurs quotas et leurs bénéfices chaque année depuis 5 ans. Ils ont des dizaines de millions de dollars de dettes. Chaque année, ils sont plus faibles que l'année précédente.

Cette année, la flotte baleinière japonaise semble avoir perdu cartes et équipage, ou peut-être qu'ils ne peuvent tout simplement plus se permettre de quitter le Japon. Sea Shepherd considère comme une victoire le fait que leur flotte soit encore au Japon un 1er décembre. Cela signifie que les chasseurs sont en difficulté, généralement financières, causées par Sea Shepherd.

Nous sommes en train de gagner la guerre des baleines et allons continuer à pilonner la flotte japonaise et les tueurs de dauphins, continuer à leur faire perdre de l’argent et handicaper financièrement leurs pratiques cruelles et illégales.

Quant à Fuji TV, ils peuvent dire ce qu'ils veulent et le peuple japonais peut avoir l’opinion qu'il souhaite. Nous ne faisons pas campagne dans l'Océan Austral ou à Taiji pour gagner leur soutien ou leur approbation. Nos clients sont les baleines et les dauphins. Nous représentons leurs intérêts et leur bien-être est notre seule préoccupation. Si les gens sont assez ignorants pour manger du dauphin et de la baleine contaminés par le mercure, ce n'est pas notre problème qui est plutôt l'effet du mercure sur les dauphins et les baleines eux-mêmes.

Greenpeace peut continuer à essayer de gagner les cœurs et les esprits du peuple japonais et nous leur souhaitons de réussir dans cette entreprise; mais Sea Shepherd continuera de se focaliser sur les aspects économiques du massacre en leur faisant perdre de l’argent et en réduisant les quotas prélevés du mieux que nous le pouvons avec les ressources dont nous disposons.

Operation No Compromise

Opération
No Compromise

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact