Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Mardi, 15 Mars 2011 20:12

Le terrible secret de la Namibie: L’abattage des otaries à fourrure du Cap

Un commentaire de Pat Dickens, coordinateur de Sea Shepherd en Afrique du sud

La colonie des otaries à fourrure du Cap sur la côte de NamibieLa colonie des otaries à fourrure du Cap sur la côte de Namibie

Dans moins de 4 mois, l’abattage des otaries de Namibie va commencer, et plus de 90.000 otaries seront battues à mort dans ce qui est à ce jour le plus grand massacre d’animaux marins de la planète. Cet abattage est maintenant considéré comme le plus brutal de tous, et il cause la mort de plus de phoques encore que le massacre des bébés phoques au Canada.

Le 1er juillet 2011, le massacre annuel de 85 000 bébés otaries et de 6 000 mâles va commencer en Namibie. Durant 139 jours, des bébés terrifiés seront encerclés, séparés de leur mère et violemment battus à mort. Des bébés, des mâles, des mères seront cernés… des hommes armés de bâtons feront leur apparition, et les otaries seront massacrés. Le sable de la plage sera rouge sang, et les corps ensanglantés seront jetés à l’arrière des véhicules attendant non loin de là. Peu après, des bulldozers arriveront pour nettoyer et remettre la plage en état avant que les touristes n’arrivent pour observer la colonie, car tout ceci se passe dans une réserve naturelle pour les otaries.

L’otarie à fourrure du Cap est répertoriée à l’annexe 2 de la Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction (CITES). Cela signifie que sa survie dépend de sa protection. Ces animaux ont un taux de mortalité naturelle voisin de 30 % durant les premières semaines qui suivent leur naissance. Le massacre commence alors que les petites otaries n’ont que 7 mois et ne sont encore que de petits bébés très dépendants de leur mère.

La perte de leur habitat naturel, la pêche industrielle, la pollution et la famine sont les principales menaces pour ces animaux. Entre 1994 et 2000, environ 300 000 otaries seraient mortes de faim, alors que leur taux de natalité diminuait d’année en année. En 1993, le nombre de naissances était de 164 248. En 2000, il était de 147 823, et en 2006, il n’était plus que de 107 910, et pourtant le gouvernement de la Namibie autorise le massacre cruel de plus de 90 000 otaries chaque année, bien que certains préfèrent parler de ‘sélection’.

Des ouvriers dépècent  des milliers de bébés otaries et se débarassent des restesDes ouvriers dépècent  des milliers de bébés otaries et se débarassent des restes

Cette ‘sélection’ est conduite par un seul homme, Hatem Yavuz, qui a l’exclusivité d’achat de chaque peau résultant du massacre des otaries en Namibie jusqu’en 2019. Il paie 7 dollars US par fourrure alors que les touristes paient 12 dollars pour visiter la colonie. Alors que M. Yavuz vend au final ses manteaux de fourrure jusqu’à 30 000 dollars, les travailleurs namibiens sont payés en dessous du salaire minimum. Il n’y a aucun accord pour partager les profits, et moins de 150 habitants sont employés pour participer à l’abattage. "Afin qu’elles [les otaries] souffrent moins, elles doivent être tuées avec un gourdin muni d’une pointe" a déclaré M. Yavuz, qui se décrit lui-même comme quelqu’un qui adore les animaux.

Quelques faits:

La SPCA de Namibie, qui a le pouvoir et les mandats légaux pour prévenir la cruauté et pour en finir avec l’abattage, a effectivement fermé les yeux sur le massacre brutal de 85 000 bébés otaries.

L’Animal Protection Act de Namibie (1962) donne à la SPCA de Namibie le pouvoir d’arrêter et de détenir toute personne surprise en train de battre à mort un animal.

Sea Shepherd Afrique du Sud et l’association South African Seal Saving Initiative (SASSI) envisagent une série d’actions plus tard dans l’année.

Un grand merci à toutes les personnes impliquées dans la protection de notre faune sauvage contre les abus de l’homme.

Merci de cliquer sur le bouton "Nous Soutenir" (situé en haut du site) pour aider Sea Shepherd à collecter des fonds afin de protéger et défendre les otaries et la faune des océans à travers le monde !

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact