Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Lundi, 15 Août 2011 10:50

A Hong Kong, les vendeurs de thon rouge détalent

Commentaire de Gary Stokes – Coordinateur de Sea Shepherd Hong Kong

Stand de Yashima Shoji Co., Ltd distribuant des échantillons de thon rouge au salon Hong Kong Food Expo. Photo: Alex HoffordStand de Yashima Shoji Co., Ltd distribuant des échantillons de thon rouge au salon Hong Kong Food Expo. Photo: Alex Hofford

Le salon Hong Kong Food Expo, organisé chaque année par le Conseil du Commerce et du Développement de Hong Kong (HKTDC) est l’un des plus importants en Asie. Alerté par un collègue journaliste, je me suis dépêché d’aller y faire un tour. En arrivant, je suis tombé sur un stand géré par des employés de Yashima Shoji Co.,Ltd. qui faisaient non seulement la promotion du thon rouge d’Atlantique, mais distribuaient également des échantillons gratuits aux grossistes qui déambulaient dans les allées du salon.

Je me suis approché d’eux et je leur ai demandé pourquoi ils distribuaient un animal classé par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) sur la liste rouge des espèces menacées. Pas de réponse. Rapidement, ils réalisèrent que j’appartenais à Sea Shepherd Conservation Society (c’est peut-être mon t-shirt noir floqué du Jolly Roger de Sea Shepherd qui les a mis sur la voie). Ma question a déclenché une réaction en chaîne qui m’a laissé perplexe: Ils ont tous pris leur téléphone et dans la minute la sécurité de la foire a débarqué, accompagnée des organisateurs. Un des organisateurs m’a demandé quel était mon "problème". Je leur ai dit que j’avais simplement posé une question, et que j’allais attendre tranquillement que l’on me réponde.

Ils se sont mis à parler entre eux, jusqu’à ce que je demande aux organisateurs de l’évènement de quel droit ils autorisaient un exposant à amener sur le salon un animal appartenant à une espèce menacée, et quelle était leur position officielle à ce sujet.

La tension est montée entre les membres Chinois de l’organisation et les exposants Japonais. Puis, les Japonais ont commencé à enlever le thon rouge de l’étalage et la signalétique, ce qui n’a pas eu l’air de leur faire plaisir. Indécis quant à la suite à donner à l’affaire, l’équipe de l’organisation et la sécurité ont simplement tourné les talons et sont partis.

Je ne m’attendais absolument pas à cela. Je me tenais là, à côté du seul stand de thon rouge de tout le salon et il était complètement vide, excepté quelques posters sur les murs et les neufs membres de l’équipe qui se tenaient là en me fixant. Que faire ? Si je partais, ils allaient s’empresser de ressortir les échantillons de thon rouge. J’ai donc décidé de rester jusqu’à la fin de la journée pour être sûr que cela ne se produise pas.

Un membre de l’équipe du salon empêchant Sea Shepherd de prendre des photos de la distribution d’échantillons. Photo: Alex HoffordUn membre de l’équipe du salon empêchant Sea Shepherd de prendre des photos de la distribution d’échantillons.
Photo: Alex Hofford
Un important groupe de personnes se presse pour goûter les échantillons de thon rouge, espèce en danger d’extinction. Photo: Alex HoffordUn important groupe de personnes se presse pour goûter les échantillons de thon rouge, espèce en danger d’extinction.
Photo: Alex Hofford

 

Dans l’après-midi, le journal South China Morning Post est venu me voir pour en savoir plus sur cette affaire. Après avoir attendu pendant plusieurs heures, l’équipe japonaise a décidé de recommencer à distribuer gratuitement des échantillons de thon rouge pour observer ma réaction. J’étais écœuré de voir ces hordes d’ignorants venir goûter ces échantillons. Alors qu’ils venaient d’engloutir un autre plateau de chair de poisson et que je désespérais, j’ai senti qu’il fallait que j’agisse. J’ai sorti mon appareil et j’ai commencé à prendre en photo chaque personne qui essayait de goûter la chair de ce poisson menacé, une stratégie qui s’est très vite révélée efficace. La foule s’est instantanément dispersée et rapidement il n’y eu plus que moi et mes nouveaux "amis".

L’heure de clôture arriva enfin et l’exposition ferma ses portes. J’ai alors salué les Japonais en leur disant que je les retrouverais demain matin. Il fallait voir l’expression sur leur visage! Cela aurait mérité une photo!

Cliquer pour lire l'articleCliquer pour lire l'articleDimanche matin, en me réveillant j’ai trouvé un article en première page du South China Morning Post (réservé aux abonnés) daté du 13 août. Quand je suis arrivé au salon, personne ne distribuait d’échantillons gratuits de thon rouge sur le stand de la veille. J’ai attendu, encore et encore, puis enfin, l’un des membres de l’équipe est arrivé. Il m’a vu et a passé un rapide coup de fil. Ensuite, j’ai encore attendu, longtemps, mais personne n’est venu ouvrir le stand ! Je suis resté sur le salon toute la journée pour être certain que le stand n’ouvrirait pas. C’était le seul stand fermé dans tout le salon, partout ailleurs tout le monde faisait des affaires.

Il a suffit que je mène une petite enquête, que je pose une simple question sans me démonter et que je porte le t-shirt noir d’une organisation reconnue, pour faire disparaître le thon rouge de l’un des plus grands salons asiatiques. Même s’il ne s’agit que d’un salon et d’un cas particulier, cela reste une victoire pour les espèces en danger et un exemple de ce l’on peut et doit faire un peu partout dans le monde. Et bien sûr, cela a été un excellent weekend!

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact