Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Jeudi, 27 Octobre 2011 00:00

Sea Shepherd s’oppose résolument à l’ordre d’élimination d’un requin donné par les autorités d’Australie-Occidentale

Commentaire par Jeff Hansen, directeur de Sea Shepherd Australie

Sea Shepherd s’oppose résolument à l’ordre d’élimination d’un requin donné par les autorités d’Australie-Occidentale Les autorités d’Australie-Occidentale ont malheureusement donné le feu vert à la chasse au requin qui a tué un homme au large de l’île Rottnest le 22 octobre 2011. Cet Américain de 32 ans aurait été attaqué par un grand requin blanc de trois mètres alors qu’il faisait de la chasse sous-marine. En réponse à cette troisième attaque fatale de requin dans les eaux d’Australie-Occidentale depuis deux mois, le Premier ministre de cet État, Colin Barnett, a ordonné que le requin responsable de la mort de cet homme soit pris et tué. Il a aussi décidé de faire installer des filets anti-requins, par mesure de sécurité.

Nous sommes de tout cœur avec les familles qui ont récemment perdu un proche à la suite de ces attaques tragiques et fatales. Cependant, dans tous ces cas, les victimes avaient une compréhension, un amour et un respect profonds pour les océans et étaient conscientes des risques. Les proches de chacune de ces victimes ont demandé qu’on ne tue pas les requins car la personne regrettée n’aurait pas voulu une telle vengeance. Une des victimes en particulier, un surfeur, était un ardent supporter de Sea Shepherd.

Sea Shepherd s’oppose au fait de tuer des requins, quelle que puisse en être la raison. Depuis trente ans, les populations de certaines espèces de requins ont diminué de pas moins de 98%, aussi étonnant que ce chiffre puisse paraître. Or, les requins évoluent dans nos océans depuis plus de quatre cent millions d’années et y jouent un rôle primordial.

Le Premier ministre de l’État d’Australie-Occidentale Colin Barnett et le ministre de la pêche Norman Moore ont approuvé une opération consistant à débusquer et à tuer une espèce de requin protégée, ce qui monte qu’ils sont clairement inconscients de l’importance du rôle que jouent les requins pour la santé de nos océans.

Depuis 215 ans que des statistiques sur les requins sont enregistrées en Australie-Occidentale, seulement 119 attaques de requins ont été recensées, dont 18 attaques fatales [1]. En moyenne, il y a en Australie une attaque de requin par an, à rapprocher avec 315 noyades [2] et 694 morts sur les routes (2008) [3]. Que faut-il donc faire ? Interdire la baignade ? Interdit-t-on la voiture ? Non ! Et nous ne devons pas davantage tuer un animal d’une espèce protégée, un grand prédateur qui nage dans nos océans depuis des millions d’années. Le grand requin blanc est classé parmi les espèces vulnérables dans la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN).

M. Barnett a déclaré que son gouvernement envisagerait l’installation de filets en réponse à des attaques qui se produisent à une fréquence "sans précédent".[4] Sea Shepherd est aussi fortement opposée aux filets anti-requins. Ces filets détruisent la faune marine de façon aveugle, ils tuent non seulement les requins, mais aussi bien les phoques,les tortues, les raies, les dauphins et même les baleines. D'après le centre de recherches australien sur la grande barrière de corail, depuis le début du programme de lutte contre les requins dans la région corallienne du nord de l’Australie, entre la fin des années soixante et le milieu des années quatre-vingt-dix, 2 140 tortues, 552 dugongs et 216 dauphins ont été retrouvés piégés dans les filets. On estime que pas plus de 7 % des dugongs et 10 % des dauphins ont pu être relâchés vivants. Les filets anti-requins ne sont qu’une fausse garantie de sécurité présentée au public. La majorité des requins pris dans les filets se trouvent du côté de la côte, ils sont pris alors qu’ils regagnent le large. Cette mesure est tout simplement inefficace. Ces filets devraient être interdits et enlevés immédiatement, partout.

Dans un article récemment publié sur le site Internet Perth Now[5] Brett Merifield, de Dunsborough, a affirmé que beaucoup de surfeurs du Sud-ouest de l’Australie "soutenaient les mesures d’élimination des requins qui représentent un risque à proximité des plages”. Or, j’ai personnellement discuté avec un certain nombre de surfeurs de cette région, qui m’ont dit que la demande de M.Merifield ne reflétait absolument pas le désir ni l’attitude de l’ensemble des surfeurs du Sud-ouest.

Depuis quelque temps, les requins sont menacés par la surpêche et par la coupe de leurs nageoires ainsi que par la réduction des ressources alimentaires, par l’image négative qu'en donnent les médias, la capture pour l’industrie des aquariums, les filets anti-requins et la pollution des mers. Des films comme « Les Dents de la mer » et l’attitude des médias en général sont pour beaucoup dans la disparition des populations de requins dans le monde. Dès qu’un requin s’approche des côtes, les médias s’empressent de parler de "monstre" et de “terreur”. En réalité, les requins sont en majorité des créatures très craintives qui mettent longtemps à atteindre leur maturité sexuelle et qui ne font que peu de petits au cours de leur existence, si bien que leur population ne peut pas résister à un massacre de masse.

Les requins sont en quelque sorte les médecins des océans, car ce sont eux qui les maintiennent en bonne santé. Si toutes les espèces marines qu’ils dominent ont évolué du point de vue de leur morphologie, de leur vitesse et de leur couleur, c’est grâce à la présence de ces grands prédateurs.

Nos océans nous fournissent 80 % de notre oxygène. Ils constituent le support vital de toute vie sur la planète. Les requins jouent un rôle vital dans la santé de nos océans, et leur disparition aurait un effet désastreux sur les écosystèmes marins, qui sont constitués de chaînes alimentaires complexes. Les requins sont à l’extrémité de ces chaînes alimentaires, et les scientifiques les considèrent comme des espèces fondamentales, dans le sens où leur disparition entraînerait l’effondrement de toute la structure. Supprimer le prédateur situé en fin de chaîne peut être fatal à bien d’autres espèces.

Que le vrai monstre se lève !

En moyenne, une personne par an seulement subit l’attaque d’un requin, à comparer avec près de cent millions de requins tués chaque année dans le monde par les humains. Qui est donc le vrai monstre, ici? Il me semble que nous devrions nous regarder dans une glace.

Le désordre écologique mondial dans lequel nous nous retrouvons aujourd’hui est dû à un manque total de respect pour la nature et à une rupture avec elle. Nous avons pris trop de décisions, depuis bien trop longtemps, affectant la vie et la mort des animaux, des habitats et des écosystèmes, dont les répercussions sur nos enfants et nos petits-enfants seront catastrophiques.

Nous devons renouer avec la nature et avec tout ce qui porte la vie dans les océans. Chasser et tuer une espèce de requin protégée, ce serait continuer à briser nos liens avec la nature et à préparer la perte de notre propre espèce.

Les populations de requins sont dans une situation très préoccupante dans le monde entier, à cause du comportement des humains, et elles ont désespérément besoin de toute l’aide que nous pourrons leur apporter. C’est nous qui avons besoin d’avoir des requins dans les océans pour maintenir un équilibre, ce ne sont pas eux qui ont besoin de nous. Nous devons leur accorder la protection et le respect qu’ils méritent.

Sea Shepherd demande aux autorités d’Australie-Occidentale de reconsidérer leur position, d’annuler l’ordre de chasser et de tuer ce grand requin blanc, ou n’importe quel autre requin,et de rejeter l’idée d’utiliser ces filets de la mort, qui tuent de façon aveugle et que l’on appelle filets anti-requins.

Nous demandons aussi à nos supporters du monde entier de défendre les requins et de leur accorder la priorité qu’ils méritent. C’est maintenant qu’il faut le faire.

Merci d’exprimer votre position contre l’élimination des requins et contre les filets anti-requins en adressant un message personnel aux autorités d’Australie-Occidentale : dites à Colin Barnett, à Norman Moore et à William Marmion que vous vous opposez à une attitude aussi irréfléchie à l’égard des requins.

Colin Barnett, Premier ministre d’Australie-Occidentale: wa-government@dpc.wa.gov.au
Norman Moore, ministre de la pêche: minister.moore@dpc.wa.gov.au
William Marmion, WA Minister for the Environment: minister.marmion@dpc.wa.gov.au

 

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact