Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Jeudi, 10 Novembre 2011 22:19

Quand la machine à fric critique l'activisme

Commentaire du Capitaine Paul Watson

Le directeur général de Greenpeace, John Sauven, a récemment attaqué Sea Shepherd Conservation Society dans un article du Huffington Post en prétendant que notre manière de défendre les baleines était contre-productive. ''Chacun a ses propres tactiques. Nous combattons de manière stratégique et je crois que nous sommes en train de gagner la bataille contre la chasse à la baleine en parlementant avec les Japonais directement'' a-t-il déclaré. ''Sea Shepherd combat les Japonais de manière agressive et cela exacerbe leur nationalisme, rendant la situation encore plus difficile.''

Que veux-tu dire par 'nous', John? La bataille a lieu dans le sanctuaire baleinier de l’Océan Austral, pas dans tes bureaux! Pendant que nous nous rendrons en Antarctique le mois prochain, où seront donc les navires de Greenpeace? En tournée promotionnelle? À déployer des banderoles? À envoyer d’autres baleines en origami?

Voyons voir, John... Greenpeace bâtit un navire de trente-trois millions d’euros pour effectuer des campagnes de collecte de fonds pendant que nous, nous intervenons directement contre la chasse illégale de baleines dans l’Océan Austral. Alors que vous étiez en train d’envoyer des baleines en origami au Président Obama pour protester contre la chasse à la baleine japonaise, nous avons renvoyé la flotte baleinière nippone chez elle avec seulement 17% de son quota meurtrier.

Sea Shepherd a empêché le massacre de près de trois mille baleines pendant que tes gars de Greenpeace étaient assis à manger de la baleine avec les Japonais pour montrer une soi-disante considération pour la culture nippone. Les collecteurs de fonds qui travaillent dans les rues pour Greenpeace clament haut et fort que vous envoyez des navires dans l’Océan Austral alors que vous ne l’avez pas fait depuis 2006. Ils mentent ouvertement dans le but de recueillir des dons.

Sea Shepherd a mis la flotte baleinière japonaise en faillite. C’est ça l’activisme, John. Prendre le thé avec les baleiniers est, soit dit en passant, plutôt pathétique.

En tant que co-fondateur de Greenpeace, je dois dire que cette association n’est maintenant plus rien d'autre que la plus grosse organisation d’auto-satisfaction au monde, qui prétend résoudre les problèmes tandis qu’elle s’enfonce chaque année un peu plus dans la bureaucratie. Je me sens comme le Docteur Frankeinstein: j'ai contribué à créer cette immense et monstrueuse entité corporative écolo qui n'est pas à Taiji en train de sauver les dauphins, qui n'est pas dans l’Océan Austral en train de sauver les baleines, qui n'est pas allée à Terre-Neuve depuis vingt ans pour sauver les phoques, qui n'a rien fait pour protéger le thon rouge, qui ne s'est pas opposée au massacre des globicéphales aux Îles Féroé et qui, en fait, soutient la chasse aux ours polaires au Canada et en Alaska. Elle n’est qu’une arnaque, une fraude, une honte.

Greenpeace a récolté plus de quarante millions d'euros en faveur de la lutte contre la chasse à la baleine dans l’Océan Austral et a utilisé cet argent pour financer d’autres campagnes de collecte de fonds afin d’obtenir encore plus d’argent. C’est scandaleux. Et voilà qu’elle condamne notre activisme en disant que nous lui rendons plus difficile la tâche de 'sauver' les baleines! Je pense que ce qu’elle veut vraiment dire, c’est que nous lui rendons plus difficile la tâche de récolter des fonds sans lever le petit doigt...

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact