Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Lundi, 12 Décembre 2011 22:53

Greenpeace se comporte de manière scandaleuse!

The Greenpeace ship, Arctic Sunrise, off Pantelleria Island. Photo: Barbara VeigaLe directeur exécutif de Greenpeace Japon, Juichi Sato, a publiquement critiqué la Sea Shepherd Conservation Society pour avoir dénoncé l’utilisation détournée de l’argent des fonds pour l’aide aux victimes du Tsunami par l’industrie baleinière, afin d’assurer la sécurité de sa flotte.

Pourtant, quelques jours auparavant, Greenpeace s’était elle même attribuée tout le mérite d’avoir étalé au grand jour le détournement de cet argent au profit de la flotte baleinière. M. Sato avait déclaré: "Non seulement l’industrie baleinière est incapable de survivre sans une importante augmentation des subventions fournies par le gouvernement, mais voilà qu’elle se sert de l’argent alloué aux victimes du triple désastre du 11 mars à ses propres fins, au moment même où les victimes du Tsunami en ont le plus besoin. C’est un nouveau coup bas de la part de l’industrie baleinière et une véritable honte pour les politiciens qui la soutiennent."

En réponse à ces accusations, le Japon avait alors publié un communiqué prétendant que l’argent provenait des impôts et non pas du Fonds de secours (déclaration en complète contradiction avec le communiqué de l’Agence de pêche japonaise qui confirmait bien l’utilisation détournée des Fonds de secours). M. Sato, oubliant sa précédente déclaration, a sauté sur l’occasion pour retourner sa veste et essayer de discréditer Sea Shepherd. D’après M. Sato, le capitaine Paul Watson a déclaré sur Sky TV qu’il était "vraiment scandaleux" d’avoir trompé les "personnes du monde entier" sur la façon dont leur argent allait être utilisé.

Utilisant cette déclaration M. Sato a qualifié d’irresponsables les propos du capitaine Watson, prétendant que ce n’était pas rendre service aux protecteurs de l’environnement que de dénaturer ainsi la vérité, la crédibilité de l’ensemble du mouvement contre la chasse à la baleine étant en jeu.

Pourtant nous savons que 30 millions de dollars proviennent du Fonds de secours aux victimes du tsunami, comme l’a déclaré l’Agence de pêche japonaise, qui considère comme légitime l’utilisation de ces fonds pour la reconstruction de l’industrie baleinière. Mais le gouvernement japonais prétend maintenant que cet argent proviendrait de taxes, préférant se rétracter que d’assumer sa décision. Mais peu importe, la seule véritable question qui mérite d’être posée est la suivante: Pourquoi, alors que des milliers de personnes se retrouvent à la rue à la suite du désastre, 30 millions de dollars sont alloués à l’industrie baleinière pour défendre des pratiques de chasse illégales dans le Sanctuaire de l’océan Austral? Que ce soit le Département des affaires étrangères, ou l’Agence de pêche japonaise, l’un des deux a fait une fausse déclaration. Mais laquelle est la plus embarrassante?

Le représentant de Greenpeace Japon n’a pas hésité à utiliser ces déclarations contradictoires pour essayer de mettre en défaut Sea Shepherd, ce qui est tout à fait irresponsable de sa part à déclaré Le capitaine Paul Watson.

"M. Sato ferait mieux d’être un peu plus attentif à sa propre organisation avant de mettre en doute la crédibilité de Sea Shepherd. Chaque année Greenpeace récolte plus de 40 millions de dollars de dons grâce à leurs campagnes de lutte contre la chasse à la baleine. Pourtant, tout ce qu’ils font c’est envoyer davantage de lettres de sollicitation pour obtenir plus d’argent. Ils n’ont pas envoyé un seul navire dans l’océan Austral depuis des années, mais par contre ils brandissent des banderoles tandis que la flotte baleinière japonaise leur passe juste à côté. Cette année encore, l’Esperanza, le navire de Greenpeace en ce moment à Palau, ne fera rien pour arrêter la flotte baleinière. Greenpeace collecte donc de l’argent pour sauver des baleines, mais n’agit pas concrètement, allant même jusqu’à attaquer la seule organisation qui sauve des baleines dans l’océan Austral. Le capitaine Paul Watson a pourtant proposé à Greenpeace de se joindre à Sea Shepherd pour s’opposer ensemble à la flotte baleinière, mais ils ont refusé. Les millions de dollars recueillis par Greenpeace pour sauver les baleines ne semblent pas destinés à sauver les baleines finalement. Sea Shepherd a sauvé 863 baleines l’année dernière alors que Greenpeace n’en a sauvé aucune – voilà la seule crédibilité qui importe."

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact