Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Mardi, 10 Janvier 2012 02:52

La solution inutilement coûteuse du gouvernement australien

Commentaire par le Capitaine Paul Watson

Le Premier ministre, Julia Gillard, et la ministre de la justice, Nicola Roxon, ont déclaré lors d’une conférence de presse que la libération de Geoffrey Tuxworth, de Simon Peterffy et de Glen Pendlebury, retenus captifs à bord du Shonan Maru n°2, le navire protecteur de la flotte baleinière japonaise, coûterait des centaines de milliers de dollars aux contribuables australiens et empêcherait le navire Ocean Protector d’effectuer d’importantes patrouilles des pêcheries au large de l’île Heard.

Elles ont laissé entendre que Sea Shepherd serait responsable de ces coûts, compte tenu de cet incident, et ont même suggéré que Sea Shepherd paie la facture. Il est vrai que cela va coûter des centaines de milliers de dollars, mais la Sea Shepherd Conservation Society n’est pas responsable.

Le gouvernement australien a opté pour cette solution très onéreuse alors que Sea Shepherd pouvait apporter une solution à moindre coût, pour peu que le gouvernement se donne la peine de nous consulter.

Le problème est que ces dirigeants ne communiquent jamais avec nous, et ce, depuis le jour où ils ont été élus. Ils communiquent avec les Japonais et les écoutent, ce qu’ils ne font pas avec nous. C’est ce qui explique que la ministre de la justice ait fait une gaffe en ignorant les faits et en réitérant les fausses accusations du porte-parole de l’industrie baleinière japonaise, Glenn Inwood, lequel affirme que l’abordage aurait eu lieu à 44 kilomètres du rivage.

La solution que Sea Shepherd pourrait proposer ne coûterait rien au contribuable.

Il suffirait que le Shonan Maru n°2 transfère les trois hommes sur le Steve Irwin qui ne se trouve qu’à douze milles de là.

Cela ne prendrait pas beaucoup de temps et ne coûterait absolument rien au contribuable.

Au lieu de cela, la solution du gouvernement consiste à envoyer un immense navire en provenance de l’île Heard, moyennant un coût phénoménal, dans le but de faire passer Sea Shepherd pour le démon qui l’oblige à gaspiller l’argent des contribuables.

La solution du gouvernement retarderait aussi cette libération de plusieurs jours, en raison de la distance entre le navire des autorités et le Shonan Maru n°2.

Le gouvernement a rejeté cette solution, à moins qu’il ne l’ait même pas étudiée, parce que sa politique est d’ignorer Sea Shepherd pour ne pas offenser les Japonais.

Il a trouvé là l’occasion de dénigrer Sea Shepherd aux yeux de ses ardents supporters australiens en inventant une histoire selon laquelle Sea Shepherd coûterait des centaines de milliers de dollars aux contribuables australiens.

Pourtant, la décision d’imposer ce fardeau aux contribuables a été prise par le Premier ministre, et non pas par Sea Shepherd.

Certes, cela coûtera tout de même moins cher aux contribuables que sa dernière augmentation de salaire. Enfin, je dis cela comme ça…

 

Divine Wind
 

Visitez le site de
l'Opération Divine Wind
pour suivre les informations concernant notre campagne de défense des baleines de l'Antarctique 2011-12

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact