Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Jeudi, 16 Février 2012 16:27

L’Empire Contre-Attaque

Commentaire par le Capitaine Paul Watson

Le Yushin Maru No. 2 attaque le Delta avec ses canons à eau. Photo: Billy DangerLe Yushin Maru No. 2 attaque le Delta avec ses canons à eau. Photo: Billy Danger Si Whale Wars était la Guerre des Etoiles, cette saison s’intitulerait “L’Empire Contre-Attaque”.

La saison dernière, la flotte baleinière japonaise est retournée au Japon avec un mois et demi d’avance, vaincue, en faillite et humiliée. Nous avions vaincu le côté obscur.

Les baleiniers avaient pris seulement 17 % de leur quota de chasse et perdu des dizaines de millions de dollars.

Alors que Sea Shepherd traversait la moitié du globe pour s’opposer aux braconniers de thons rouges en méditerranée, aux tueurs d’otaries en Namibie et aux massacreurs monstrueux et sans pitié de globicéphales des îles Féroé dans l’atlantique Nord, les bureaucrates de l’Agence de pêche japonaise complotaient leur revanche.

Grâce à de généreuses donations venant du monde entier, ils ont constitué un trésor de guerre pour financer leurs besoins ; ils ont ainsi utilisé 30 millions de dollars US provenant du fonds d’aide et de secours aux victimes du tsunami pour financer de nouvelles mesures de sécurité destinées à équiper leur infâme flotte baleinière, dont l’Etoile Noire des Cétacés flottante qu’est le Nisshin Maru.

Les navires de Sea Shepherd, le Steve Irwin et le Brigitte Bardot ont quitté l’Europe par le Canal de Suez, ont passé le blocus imposé par les pirates Somaliens le long de la Corne de l’Afrique et sont arrivés en Australie très peu de temps avant d’appareiller plein sud à nouveau pour défendre, lors de cette 8ème campagne, les magnifiques cétacés contre les harpons meurtriers de la flotte de mort et de destruction : les trois vaisseaux harpons japonais de la classe Yushin.

Dès le début, l’Opération Divine Wind subit un coup dur lorsque notre navire éclaireur le Brigitte Bardot fut endommagé par une vague exceptionnelle, forçant le Steve Irwin à l’escorter jusqu’à Fremantle en Australie Occidentale pour qu’il subisse des réparations.

Ceci ne laissait plus que le Bob Barker à la poursuite de la flotte baleinière, jusqu’au retour attendu du Steve Irwin.

Sans vaisseau éclaireur, la flotte japonaise avait alors l’avantage. Ils ont sacrifié deux de leurs navires harpons, le Yushin Maru No. 2 et le Yushin Maru No. 3, en plus du Shonan Maru No. 2, à la filature du Steve Irwin et du Bob Barker.

Et malgré le fait que Sea Shepherd puisse déterminer la position du Nisshin Maru avec des drones, nous n’avons pas pu nous en approcher, car les vaisseaux qui nous filent reportent notre position au navire principal, permettant ainsi à l’Etoile Noire des Cétacés de nous échapper.

Ils manœuvrent ainsi depuis plus de 12 000 milles nautiques.

Le côté positif, c’est que ces manœuvres incessantes et le fait qu’ils n’utilisent qu’un seul vaisseau harpon ont considérablement ralenti la chasse à la baleine.

Mais sans vaisseau éclaireur pour rattraper le Nisshin Maru, nous ne pouvons pas les bloquer, donc quelques baleines ont été tuées.

Pendant ce temps, les bateaux pneumatiques du Steve Irwin et du Bob Barker ont été mis à l’eau pour harceler et ralentir les vaisseaux qui nous traquent. C’est un travail dangereux, frustrant et frigorifiant.

Les vaisseaux harpons sont des navires bien supérieurs, plus rapides et plus faciles à manœuvrer que les navires de Sea Shepherd. Ils ont des lames coupantes sur leur timon pour trancher les cordages de traîne défensifs, et ils s’interposent avec leurs canons à eau, leurs armes acoustiques de longue portée, leurs grenades à concussion et des pistolets à impulsion.

Ils ont aussi l’avantage d’être couverts à 100 % par leur gouvernement. Ils savent que s’ils blessent ou tuent l’un d’entre nous, leur gouvernement le justifiera. Nos gouvernements, en revanche, condamnent pratiquement tout ce que nous faisons pour désorganiser le massacre illégal des baleines dans leur sanctuaire.

Il y a à peine deux saisons, le tristement célèbre Shonan Maru No. 2 coupa le trimaran furtif Ady Gil en deux, manquant de tuer plusieurs de ses membres d’équipage. Ils n’ont eu à répondre de leurs actes à personne.

Sea Shepherd ne peut être efficace qu’à hauteur des ressources qui nous sont disponibles et même si nous sommes de plus en plus forts et efficaces chaque année, il est difficile de contrer un trésor de guerre de trente millions de dollars, qui permet à plus de la moitié de leur flotte de se consacrer au seul dessein de bloquer les navires de Sea Shepherd.

Il n’y a aucun doute sur le fait que nous ralentissons leurs opérations cette année. Il n’y a aucun doute non plus sur le fait que nous leur infligeons des dizaines de millions de dollars de pertes.

Le Steve Irwin poursuit le Yushin Maru 3 autour de la banquise. Photo: Billy DangerLe Steve Irwin poursuit le Yushin Maru 3 autour de la banquise. Photo: Billy Danger

Nous devons admettre que nous sommes dépassés et nous luttons contre une opposition puissante qui, en plus de toutes les confrontations qui se passent ici dans l’océan Austral, exerce aussi ses influences politiques et économiques en Australie, en Nouvelle-Zélande, aux Pays-Bas, au Canada et aux Etats-Unis pour nous empêcher de défendre les baleines.

Mon équipage, composé de volontaires internationaux, accompli sa tâche avec un courage et une détermination incroyables. Chargeant de front face aux canons à eau et aux missiles jetés sur eux, tout en étant passés par-dessus-bord et presque tués par des grappins si aiguisés qu’ils ont fait des entailles à travers les sièges et le tableau arrière de notre bateau Delta. Certains membres de mon équipage ont même été frappés au visage avec de longues perches alors que des flèches de bambou leur étaient lancées dessus. Tout ceci dans des températures négatives, dans une mer gelée, parsemée de glace.

L’Empire Japonais a riposté dans sa détermination à massacrer les plus grandes et plus intelligentes créatures de la mer, et même si ils n’atteindront pas leur macabre quota, ils arriveront malgré tout à prendre la vie de quelques centaines de baleines.

Pour les fans de la Guerre des Etoiles, les similitudes entre cette épopée épique et ce que nous faisons sont intéressantes. Quelquefois nous nous sentons comme dans un vaisseau spatial isolé dans un vaste océan, alors que nous nous frayons un chemin entre les icebergs et la banquise, à la recherche d’un navire de mort gigantesque, tout en étant attaqués et bloqués par des navires rapides, silencieux, supérieurs.

Une mort rapide et certaine nous attendrait si nous devions tomber dans les eaux noires qui nous entourent, aussi sûrement que si nous étions expulsés d’un vaisseau spatial.

Je fus heureux, il y a deux ans, quand George Lucas déclara qu’il avait aimé l’épisode dans Whale Wars (Justiciers des Mers) où nous échappions à la filature d’un navire de sécurité dans un champ d’icebergs et de brouillard en nous cachant derrière un gros iceberg, observant le navire japonais nous passer devant sur le radar. Il compara ceci au Faucon Millenium qui sème les star troopers dans un champ d’astéroïdes.

En un sens, c’est la même histoire: une confrontation entre les forces pour la vie et les forces de la mort, entre la Force et le Côté obscur de la Force.

Certains disent que les baleiniers ne sont pas malveillants, que ce sont juste des hommes qui font leur boulot. Je pense au contraire que seul le plus noir des cœurs peut tirer sur une baleine intelligente et sans défense avec un harpon explosif et ne rien ressentir alors que les cris d’agonie de la baleine torturée emplissent les airs.

Que faisons-nous donc à présent ?

Nous continuons à ralentir les baleiniers pour le reste de la saison alors que nous gardons l’Etoile Noire des Cétacés sur le qui-vive. Nous préparons également notre retour dans l’océan Austral pour la saison baleinière 2012-2013.

Cela implique de travailler dur pendant les 10 prochains mois pour réunir les fonds qui permettront d’entretenir le Steve Irwin et le Bob Barker, de réparer le Brigitte Bardot et d’acquérir un quatrième navire, un deuxième navire éclaireur, plus rapide que les vaisseaux harpon mais suffisamment grand pour bloquer le Nisshin Maru.

Nous devons revenir avec quatre navires, un hélicoptère, des drones, des semi-rigides et un équipage prêt à tout risquer pour défendre les baleines et les océans.

La flotte baleinière japonaise survit uniquement grâce aux subventions et parce qu’elle s’est approprié malhonnêtement des fonds envoyés par de généreux donateurs du monde entier qui avaient à cœur d’aider les victimes des désastres survenus au Japon en mars dernier.

L’horrible massacre des baleines par le Japon ne subsiste que parce que le gouvernement japonais a trahi aussi bien son peuple qui avait besoin d’aide que les personnes qui voulaient leur venir en aide.

La dernière chose à laquelle les donateurs ont dû penser lorsqu’ils ont fait leur chèque pour aider les pauvres rescapés du tsunami au Japon était que leur argent allait servir à financer le massacre des baleines dans l’océan Austral.

Et, ainsi, le honteux massacre en série des baleines continue comme un programme d’intérêt général glorifié, en contradiction avec le système économique soi-disant capitaliste du Japon.

L’industrie baleinière japonaise est devenue un parasite qui vit sur le dos des citoyens japonais.

Sea Shepherd ne renoncera jamais et ne se retirera jamais de ces campagnes, tant que ce parasite tueur en série de cétacés n’aura pas quitté le Sanctuaire des baleines de l’océan Austral. S’ils coulent nos navires, nous les remplacerons. S’ils nous font perdre nos pavillons, nous en trouverons d’autres. S’ils séquestrent des membres de notre équipage, alors d’autres les remplaceront. S’ils arrivent à m’arrêter, alors quelqu’un d’autre me remplacera.

Sea Shepherd arrêtera la chasse à la baleine dans ce sanctuaire, ou nous mourrons en ayant au moins essayé.

La force est avec nous et le côté obscur est avec les tueurs dans cette classique lutte épique entre le bien et le mal, la vie et la mort, l’humanité et l’inhumanité, la bonté et la cruauté, la compassion et l’arrogance brute.

J’ai foi en la vie qui triomphe sur la mort et le bien qui triomphera du mal.

Ici-bas, dans les eaux lointaines, hostiles, sombres et glaciales du Sanctuaire des baleines de l’Océan Austral, les gentils portent du noir.

Divine Wind

Visitez le site de
l'Opération Divine Wind
pour suivre les informations concernant notre campagne de défense des baleines de l'Antarctique 2011-12

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact