Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Mardi, 28 Février 2012 12:23

Quand les dauphins volent

Commentaire par Gary Stokes - Coordinateur de Sea Shepherd Hong Kong

Gary Stokes et un groupe de volontaires et sympathisants de Sea Shepĥerd en train de parler avec un représentant de Hong Kong AirlinesGary Stokes et un groupe de volontaires et sympathisants de Sea Shepĥerd en train de parler avec un représentant de Hong Kong Airlines

En transportant cinq dauphins d'Osaka, Japon, au Viet Nam via Hong Kong, la compagnie Hong Kong Airlines a rejoint une élite, le club très fermé des entreprises impliquées directement ou indirectement dans le massacre et l'emprisonnement des dauphins. L'histoire serait probablement passée inaperçue si l'entreprise, très fière de sa maîtrise du transport de cargaisons vivantes, n'avait décidé de féliciter tout son personnel en lui envoyant un mémo incluant une photo des dauphins dans la soute. Un employé, bouleversé, a rendu public le mémo et le 22 février, l'information était publiée dans le China Daily, soulevant l'indignation générale. Beaucoup d'ONG dans le monde ont écrit à la compagnie pour exprimer leur dégoût, et bien peu ont reçu une réponse.

C'est quand les réseaux sociaux ont eu vent de l'affaire et que facebook s'en est emparée qu'elle a littéralement décollé. Le mur facebook de la compagnie a dû être fermé aux publications externes et tous ses téléphones décrochés. Sandy McElhaney, de Save Misty the Dolphin, a lancé une pétition sur change.org et le mouvement s'est lancé. N'obtenant de réponse ni à mes mails ni à mes coups de téléphone, j'ai décidé de revenir aux bonnes vieilles méthodes et d'aller délivrer mon message en mains propres. Le samedi 25, armés d'une lettre de Sea Shepherd Hong Kong, d'un dvd de The Cove, et d'une pétition forte de 2400 signatures récoltées en 48 heures de soutiens de Sea Shepherd du monde entier et d'opposants aux massacres de Taiji, nous nous sommes dirigés vers les bureaux de Hong Kong Airlines.

Nous sommes entrés nonchalamment dans les bureaux et sommes montés dans le hall de réception, au deuxième étage, où nous sommes tombés sur une file de 300 candidats à l'embauche, alignés pour leurs entretiens. Notre visite coïncidait avec un jour de recrutement dans l'entreprise! Dans le hall, nous avons interpellé un employé, lui demandant à parler à Mme Catherine Yick, la responsable de la communication de l'entreprise. On nous a poliment demandé de patienter. A l'évidence, le personnel n'avait jamais entendu parler de Sea Shepherd et n'avait aucune idée du dolphingate qui allait les frapper de plein fouet. J'ai donné ma carte de visite, et après qu'ils eurent cherché qui nous étions sur Google, l'ambiance a quelque peu changé.

Des bénévoles de Sea Shepherd remettent une pétition et une lettre de protestation à un représentant de Hong Kong Airlines.Des bénévoles de Sea Shepherd remettent une pétition et une lettre de protestation à un représentant de Hong Kong Airlines.

On nous a demandé d'aller attendre ailleurs, mais nous avons préféré rester dans le hall, arguant que nous étions venus remettre une lettre, une pétition et un dvd et que ça ne demanderait que quelques instants. Pendant ce temps, les candidats défilaient devant nous et les enfants qui, debouts dans le hall devant une maquette d'avion, tenaient dans leurs mains des photos des massacres de dauphins dans la baie. Comme le temps passait et qu'à l'évidence les autorités avaient dû être alertées, j'ai demandé à Danielle d'emmener les enfants pendant que Rehouven et moi restions là. La tension est montée quand un des employés nous a, de manière fort sympathique, traités de voyous et de casseurs. Nous avons conservé une attitude calme et polie en attendant que quelqu'un de la direction veuille bien accepter notre lettre, une vraie patate chaude dont personne ne semblait vouloir. Un homme, dont la tenue décontractée laissait penser qu'il était en congé, a pris les choses en main, ordonnant à tout le monde de ne pas nous adresser la parole. Il nous a ensuite conduits dans une salle d'entrevue qui se trouvait juste à la sortie du hall. Nous nous sommes assis, et il nous a demandé quelles étaient nos intentions. Je lui ai demandé à qui j'avais l'honneur de parler, il s'est écrié: "Ce n'est pas important !" Je lui ai expliqué que je désirais parler à un responsable, et que s'il n'avait pas l'intention de se présenter nous allions retourner attendre dans le hall. J'imagine que son plan était de nous garder dans cette pièce à parler jusqu'à l'arrivée de la police. Je me suis levé et je me suis dirigé vers la porte. L'employé qui s'était énervé précedemment a fait mine de bloquer le bouton de la porte, avant de se raviser. Rehouven et moi avons repris notre poste dans le hall, en silence. Finalement, le type est revenu, déclarant qu'il était désormais habilité à recevoir la lettre, la pétition et le dvd. Je lui ai demandé sa carte, pour savoir à qui je m'adressais. Il a fini par me la donner.

Il nous a accompagnés dehors, et dans l'ascenseur il nous a dit: "Ce ne sont pas des manières de faire!". Je lui ai répondu: "Si vous prenez le temps de vous informer, plus tard, vous vous rendrez compte que nous ne faisons pas toujours les choses de manière conventionnelle, mais que nous obtenons toujours des résultats."

Le soutien n'a pas fléchi depuis que nous avons remis cette lettre, au contraire. La pétition a rempli son objectif de 5000 signatures en à peine trois jours, et à l'heure où j'écris ces lignes, nous nous approchons rapidement des 6000.

Nous avons reçu deux réponses directes de Hong Kong Airlines, et le capitaine Paul Watson, Scott West et Jeff Hansen sont tenus constamment informés de ce qui se passe ici, à Hong Kong. Nous nous sommes tous unis pour les dauphins, et c'est ce qui a rendu ce succès possible. J'aimerais remercier particulièrement Sandy McElhaney de Save Misty the Dolphin, Samuel Hung de Hong Kong Dolphin Conservation Society, Janet Walker de HK Dolphinwatch et bien sûr les membres de Sea Shepherd Hong Kong, (Danielle, Rehouven et nos jeunes futurs membres de Sea Shepherd).

Je crois que cet évènement dépasse le cas particulier de Hong Kong Airlines, c'est la brèche que nous attendions tous. Cette action doit faire comprendre aux différentes compagnies aériennes que le transport des dauphins leur causera une publicité désastreuse dans le monde entier, et entraînera une perte de parts de marché bien supérieure au bénéfice à court terme réalisé à l'occasion du transport des animaux. Si nous parvenons à faire cesser le business du transport international des dauphins, alors nous pourrons arrêter le commerce des dauphins captifs et par conséquent les massacres, car sans commerce de dauphins captifs, pas d'argent, donc pas de massacres.

Liens vers des articles dans les medias:

South China Morning Post 25th Feb 2012 (inscription gratuite requise)

Articles de journaux sur facebook

Jeunes militants de Sea Shepherd montrant leur opposition au transport de dauphins vivants par Hong Kong Airlines.Jeunes militants de Sea Shepherd montrant leur opposition au transport de dauphins vivants par Hong Kong Airlines.

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact