Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Vendredi, 02 Mars 2012 13:40

Digne du banquet de l’Empereur?

ANALYSE DE GARY STROKES, COORDINATEUR DE SEA SHEPHERD HONG KONG

Photo: Gary StokesPhoto: Gary Stokes

Depuis plus de 20 ans que je vis à Hong Kong, j’ai eu le temps d’apprendre à bien connaître les coutumes locales. Dans l'ensemble, Hong Kong est une ville plutôt propre, surtout si l'on tient compte du nombre de gens qui vivent dans un espace aussi réduit. Je reconnais qu’à mon arrivée, je ne pouvais pas faire un pas sans entendre des gens tousser ou graillonner longuement avant de cracher leurs glaires sur le trottoir. Une époque largement révolue aujourd'hui grâce au gouvernement, qui a décidé de sanctionner les crachats dans les espaces publics. La ville peut néanmoins devenir très sale, en raison de la pollution de l'air liée aux usines frontalières et de l'ampleur de la circulation routière.

Fait surprenant, la ville est peuplée de "guerriers de la propreté", qui s'essuient frénétiquement les mains à l'aide de mouchoirs dès qu'ils touchent une rambarde ou tout autre objet qui pourrait être porteur de bactéries. Ce n'est pas une mauvaise chose en soi, bien au contraire, et je pense que ce phénomène s'explique par l'épidémie de pneumonie atypique qui a contribué à renforcer les campagnes d’hygiène du gouvernement auprès des citoyens hongkongais.

Et pourtant, malgré cette obsession de l'hygiène, la soupe d'ailerons de requin, le repas le plus célèbre, controversé et prestigieux du pays, vendu 100 dollars au restaurant, contient principalement du poisson à moitié pourri, séché au soleil dans des lieux insalubres puis expédié à Hong Kong. Une fois arrivé, cet ingrédient onéreux est étalé à même le sol, déplacé avec les pieds et même piétiné. Certains restaurants s'en procurent auprès de fournisseurs à Sheung Wan pour une belle somme et le réhydratent en le faisant tremper une nuit. La nageoire est ensuite lavée à la vapeur et le cartilage enlevé, avant d'être cuite à nouveau avec du jambon, du poulet et du bœuf pour rehausser le goût. La substance molle et filandreuse qui en résulte est ensuite placée dans un joli bol avec du bouillon, de l'amidon de maïs, du glutamate monosodique, de la sauce d’huître, de la sauce soja et une myriade d'autres arômes. Le tout est présenté comme un produit de luxe et accueilli avec enthousiasme par les clients des restaurants.

Photo: Gary StokesPhoto: Gary Stokes

Au-delà des simples considérations environnementales, nous avons là un magnifique exemple de réussite marketing à l'échelle mondiale. Prenez un objet aussi dégoûtant que possible et ajoutez-y l'histoire du "banquet de l'Empereur". Greffez-y des légendes urbaines vantant ses vertus anti-oxydantes et aphrodisiaques et le tour est joué. Vous avez réussi à créer un marché sur lequel vendre un produit dont personne ne veut. Félicitations! Les hôtels 5 étoiles mettent désormais ce produit en avant lors des mariages, en faisant un mets incontournable issu de la tradition asiatique, si bien que la soupe d'ailerons de requin est désormais plébiscitée partout. L'augmentation massive de la consommation renforce la demande en ailerons de requins, dont les populations ne cessent pourtant de diminuer.

Sur le plan environnemental, la réduction du nombre de super-prédateurs a des conséquences désastreuses dans l'ensemble des écosystèmes du globe. Les requins existaient avant l'ère des dinosaures, et n'ont cessé d'évoluer et de s'adapter depuis lors pour devenir les plus redoutables prédateurs. Les requins façonnent le développement des autres espèces qui peuplent les océans et qui ont dû évoluer pour survivre. Si les requins disparaissent de l'écosystème, nous serons confrontés à une surpopulation des poissons. Ils épuiseront à leur tour leurs sources de nourriture naturelles jusqu’à mourir de faim. Ce processus se répétera encore et encore jusqu'à la base de l'écosystème. C'est là que se trouve le plancton, qui produit 70 % de l'oxygène que nous respirons. C'est pourquoi les défenseurs de l'environnement et les ONG du monde entier luttent pour mettre un terme à la vente de la soupe d'ailerons de requin. Les squales sont les garants de la bonne santé des océans et de l'écosystème mondial.

Le temps presse. Les consommateurs se rendront-ils enfin compte de ce qu’ils mangent vraiment, ou détruirons-nous ces espèces clés auxquelles notre survie est pourtant si étroitement liée?

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact