Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Lundi, 12 Mars 2012 13:05

Gonzi s’énerve à propos de déclarations de corruption

Par le Capitaine Paul Watson

Thons rouges captifs dans un filet en MéditerranéeThons rouges captifs dans un filet en Méditerranée

J’ai récemment donné une interview pour New Europe, la lettre d’information politique européenne, qui est lue par bon nombre de politiciens en Europe.

Apparemment, mes propos ont choqué le gouvernement maltais qui s’est ridiculisé en déclarant qu’il allait me poursuivre pour diffamation.

Ce que j’ai dit dans New Europe:

A Malte, des activités illégales ont lieu avec le soutien des politiciens locaux, qui sont corrompus par les pêcheurs de thons rouges. Ces pratiques vont conduire à l’anéantissement de l’espèce, tout en contribuant à l’enrichissement de beaucoup de gens.

C’est un exemple frappant d’économie de l’extinction. Le prix du poisson augmente au fur et à mesure de la disparition des espèces, ce qui augmente encore les perspectives de bénéfices. Au Japon, les thons rouges sont stockés dans des entrepôts. Ils en ont pour cinq à six ans de consommation. Quand il n’y a plus de thon rouge, on est obligé de se fournir au prix fixé par les pêcheurs. A l’évidence, on investit sur l’extinction.

L’Union Européenne a à sa disposition les lois nécessaires pour protéger les océans, mais elles ne sont pas appliquées. Les gouvernements n’ont pas la volonté de faire respecter les lois de conservation internationales. Il faut qu’ils se bougent et fassent arrêter ces salauds. Mais ils ne font rien car beaucoup de pots de vin sont en jeu, comme à Malte. Il n’y a pas de doute que les politiciens maltais en croquent.

Voici l’article paru dans l’édition de Malta Today du six mars:

Ce soir, pendant la séance parlementaire, le premier ministre Lawrence Gonzi a annoncé que le gouvernement de Malte avait entamé une action en justice concernant une interview publiée dans New Europe.

Gonzi répondait à une question du député nationaliste Jesmond Mugliett à propos de l’interview publiée dans ce magazine, concernant l’industrie de la pêche à Malte.

Dans une interview publiée le mois dernier, le fondateur de Sea Shepherd Paul Watson déclarait: "A Malte, des activités illégales ont lieu avec le soutien des politiciens locaux, qui sont corrompus par les pêcheurs de thons rouges." Mugliett a demandé si le gouvernement envisageait une action en justice, ce à quoi le Premier ministre a répondu par l’affirmative. "Après consultation de nos conseillers juridiques, nous avons décidé d’engager une procédure en diffamation à l’étranger" a déclaré Gonzi.

Dans l’interview, le fondateur de Sea Shepherd Paul Watson émettait un jugement cinglant sur la classe politique maltaise, affirmant que l’industrie du thon rouge remplissait les poches des députés pour leur faire fermer les yeux sur leurs pratiques commerciales de pêche soi-disant illégales.

Watson, qui a dirigé des campagnes en Méditerranée pour faire capoter les fermes de thons maltaises, a qualifié l’industrie thonière de Malte "d’entreprise totalement illégale" ayant l’appui des politiciens "qui sont corrompus par les pêcheurs de thons."

Watson a déclaré que la surpêche des thons rouges rendait l’industrie de plus en plus riche en faisant augmenter les prix, tout en amenant l’espèce au bord de l’extinction, alors que ni l’Union européenne ni le gouvernement de Malte ne se préoccupent de faire appliquer les lois de conservation.

"L’Europe possède toutes les lois et les réglementations nécessaires pour la protection des océans, mais elle ne les fait pas respecter. On voit là un manque criant de volonté de la part des gouvernements pour faire respecter les lois internationales de conservation. Il faut qu’ils se bougent et arrêtent ces salauds."

"Malheureusement, cette passivité est due à la corruption de beaucoup de politiciens européens, comme c’est le cas à Malte. Il est évident que les politiciens maltais en croquent."

Cliquez ici pour lire l’article précédent

Ma réponse au gouvernement de Malte:

La menace que nous fait le gouvernement ne nous concerne absolument pas. Premièrement, la diffamation ne s’applique qu’aux propos écrits, donc la terminologie devrait être calomnie, car il s’agissait là de déclarations orales. Deuxièmement, on ne peut pas diffamer ou calomnier un gouvernement. Je n’ai mentionné personne en particulier. Troisièmement, le meilleur moyen de se défendre contre la calomnie ou la diffamation est de dire la vérité. Je suis convaincu que mes propos sont suffisamment étayés par les preuves que nous avons recueillies lors de nos investigations sur l’industrie du thon à Malte, que les politiciens maltais reçoivent de l’argent de cette industrie. Je suis également profondément convaincu qu’il existe un système de corruption à grande échelle au sein de l’industrie du thon elle-même. Je ne vais donc pas m’excuser pour mes propos, et si le gouvernement de Malte veut qu’une enquête internationale soit ouverte, je lui dis bien volontiers, allons au tribunal, mais dans un tribunal extérieur à Malte, pour des raisons évidentes. A mon avis, le gouvernement de Malte nous menace pour sauver la face et pour détourner l’attention. Ils n’ont rien contre nous. Si on poursuivait tous les citoyens qui traitent leur gouvernement de corrompus, les tribunaux ne désempliraient pas. Je n’ai jamais entendu parler d’un gouvernement qui aurait poursuivi un de ses citoyens suite à des accusations de corruption, du moins pas en démocratie. Cette attitude a un parfum de culpabilité. Des politiciens honnêtes, sans rien à cacher, se seraient contentés de hausser les épaules. Ce gouvernement est étonnamment sur la défensive.

Faisons le bilan. Les possibilités que cette affaire se règle devant les tribunaux sont minimes. Il s’agît juste d’une gesticulation du Premier ministre de Malte pour sauver la face devant le parlement. Les gouvernements ne peuvent pas poursuivre en justice les citoyens qui les accusent de corruption, d’autant plus quand ils sont étrangers. Ce serait différent, mais toujours hautement improbable, si j’avais déclaré que le Premier ministre Lawrence Gonzi acceptait des pots de vin ou était corrompu. Selon moi, il est effectivement corrompu mais il s’agit d’une personne publique et il ne peut pas me faire un procès pour mes opinions.

Mais ce serait intéressant qu’il le fasse. Est-ce qu’il pourrait me poursuivre devant une cour américaine pour avoir accusé le gouvernement de Malte de corruption? Ce serait un précédent intéressant.

Ces deux commentaires à l’article de Malte Today illustrent encore un peu plus l’absurdité de la menace du Premier ministre:

Posté par: pas content — 06/03/2012 23:54:28: "Et ensuite? Gonzi va poursuivre en justice l’énorme pourcentage de Maltais qui pensent que la corruption est endémique à Malte? Nous voyons bien comment les lois sont appliquées. L’île est ravagée par une urbanisation incontrôlée, et la campagne dévastée. Voilà la preuve de la facilité avec laquelle les faveurs de nos politiciens peuvent être monnayées."

Un autre commentaire à l’article de Malta Today - simple et direct: Posté par: Demi citoyen européen — 24/02/2012 11:17:19. : “Nous avons les meilleurs politiciens que nous pouvons nous offrir!”

Conclusion: Le thon rouge, une espèce extrêmement menacée, est proche de l’extinction, et le noyau des opérations de braconnage se trouve à Malte. Les propriétaires de fermes de thons poursuivent en justice quiconque s’oppose à eux, y compris les journalistes. Ils nous poursuivent pour leur avoir fait obstacle et pour avoir libéré leurs prises illégales de thons rouges sur les côtes libyennes.

Paysage de Malte. Photo: Simon AgerPaysage de Malte. Photo: Simon Ager

Sea Shepherd dit ce qui doit l’être, et fait ce qu’il faut pour défendre les espèces menacées. Nous ne sommes impressionnés ni par leurs menaces physiques, ni par leur menaces judiciaires. Ce sont des voyous, et toute l’industrie du thon est une entreprise criminelle qui ne survit qu’en corrompant des fonctionnaires de la CITES et les politiciens. Voilà ma position, et je n’ai pas l’intention d’en changer.

Donc vas-y Gonzi, porte plainte, comme ça on pourra envoyer nos détectives sur ton île collecter les preuves que l’on sait y trouver pour corroborer les déclarations que j’ai faites à New Europe. Mais on sait bien toi et moi que tu bluffes, car il n’y a pas de tribunal disponible dans cette juridiction pour recevoir tes doléances. Le sachant très bien, il t’est facile de te vanter que tu vas entamer une procédure en diffamation pour te présenter comme une victime.

Allons donc au tribunal, on pourra y faire enregistrer des documents pour la défense, comme des relevés bancaires, des transactions financières, des comptes offshore, tes accointances, des faveurs présumées aux politiciens reçues de l’industrie du thon, des voyages de politiciens effectués sur des bateaux appartenant à des cadres de l’industrie du thon et autres documents pertinents.

Restez à l’écoute de l’évolution de cette histoire, le Premier ministre de Malte va s’essayer à ce que le Japon, la Norvège et le Canada ont tenté en vain, abattre Sea Shepherd et m’abattre moi, devant les tribunaux. Mais bien sûr, personne n’a accusé le Canada, la Norvège et le Japon de corruption.

Mais au fait, si, nous l’avons fait. Mais ils ont compris la stupidité que ç’aurait été de nous poursuivre en justice pour ça.

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact