Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Vendredi, 30 Mars 2012 19:46

La CITES infiltrée par l’industrie des ailerons de requins

Le Dr. Giam Choo Hoo, membre du Groupe de Travail en charge des "conflits d’intérêt" dans le règlement intérieur de la CITES, est un représentant de l’industrie des ailerons de requins.

Commentaire de Gary Stokes, Coordinateur de Sea Shepherd Hong Kong

editorial_120330_1_1_cites_infiltrated_4990Il y a peu, Sea Shepherd a révélé que la CITES était infiltrée par l’industrie des ailerons de requin via son Représentant Suppléant pour l’Asie, le Dr. Giam Choo Hoo, qui se définit lui-même comme "un représentant à Singapour de l’industrie des ailerons de requins". Dans une lettre adressée à la CITES et au gouvernement singapourien, le Capitaine Watson a exigé que le Dr. Giam cède sa place à quelqu’un d’autre, afin qu’il n’influence plus les décisions importantes de protection d’espèces sauvages que prend la CITES.

La seconde demande mise en avant par Sea Shepherd allait au-delà d’une simple question de personnes: elle concernait l’introduction de dispositions sur les conflits d’intérêt, qui ne peuvent plus être ignorés. Je rends d’ailleurs ici hommage au Secrétariat de la CITES, qui plusieurs fois déjà dans le passé a tenté d’introduire de telles dispositions: en 2007, lors de la 14ème Conférence des Parties à La Haye, par exemple. L’année suivante, le Secrétariat de la CITES proposait au Comité pour les animaux et au Comité pour les plantes, lors de la séance conjointe de leurs 23ème et 17ème sessions respectives, d’adopter le projet de règlement intérieur, dont l’Article 26 (sur les conflits d’intérêts potentiels) stipulait:

Article 26: "Lorsqu’un membre ou un membre suppléant du Comité pour les animaux ou du Comité pour les plantes a un intérêt financier ou personnel pouvant faire douter de son impartialité, de son objectivité ou de son indépendance concernant un sujet devant être discuté par le Comité, il doit le signaler au Comité avant les discussions. Suite à cette indication et, s’il y a lieu, après consultation du Secrétariat, le membre ou le membre suppléant pourra participer aux discussions mais pas à la prise d’une décision sur le sujet en question."

editorial_120330_1_2_cites_infiltrated_5050Un groupe de travail conjoint (PC17/AC23 GT1) a alors été établi, placé sous la direction de M. Gabel, Représentant de l’Amérique du Nord au Comité pour les plantes et chargé de réviser le projet de règlement intérieur soumis par le Secrétariat. Parmi les autres membres de groupe de travail, on trouvait aussi Mme Clemente Muñoz (Présidente du Comité pour les plantes) et – surprise, surprise – le Représentant Suppléant de l’Asie au Comité pour les animaux: le Dr. Giam Choo Hoo lui-même, par ailleurs représentant de l’industrie des ailerons de requins.

C’est donc sans surprise que le groupe de travail a proposé de supprimer le projet d’Article 26. Le compte-rendu résumé indique: "Concernant l’article 26 proposé, certains estiment que c’est essentiellement une question d’éthique relevant plus d’un code de conduite que du règlement intérieur. La question de savoir comment déceler les conflits d’intérêts, et qui le fera, est également posée."

Leur recommandation a été suivie d’effet, puisque l’Article 26 a été purement et simplement effacé du projet de règlement intérieur…….

Sans céder au découragement, le Secrétaire Général de la CITES, M. John Scanlon a alors proposé qu’il soit fait état des intérêts particuliers à titre volontaire. Quelques membres ont approuvé la démarche, mais d’autres ont fait valoir que les Comités des plantes et des animaux avaient déjà discuté et abandonné l’idée d’une révision de leur règlement intérieur; ils sont même allés jusqu’à dire qu’ils n’y avait jamais eu de problèmes de conflits d’intérêts dans les comités scientifiques.

Le Comité permanent a approuvé. En conséquence, à ce jour, grâce aux efforts du Dr. Giam, la CITES ne possède pas de dispositions sur les conflits d’intérêt dans son règlement intérieur.

Dr. Giam Choo Hoo, Sea Shepherd souhaite vous poser trois questions:

  1. Combien avez-vous touché ?
  2. De la part de qui ?
  3. Et à quelles fins ?

Rapport sur les tentatives d'introduction de dispositions sur les conflits d'intérêt (PDF - en Anglais)

Signez et partager la pétition en cliquant ici.

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact