Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Mardi, 08 Mai 2012 14:03

Takk Heri Joensen: Viking contre Viking s’affrontent sur le Grind

Commentaire par le Capitaine Paul Watson

Je voudrais remercier le musicien de Heavy Metal Heri Joensen pour avoir eu le courage et la conviction de débattre avec moi sur la chaîne Animal Planet le 4 mai dernier, au sujet de la controverse liée au massacre des globicéphales dans les îles Féroé. L’horrible et brutal massacre de groupes entiers de globicéphales sans défense est tellement répugnant pour la majorité des gens dans le monde que pas un seul politique, scientifique, universitaire ou même de chasseur de baleines des Féroé n’a osé s’aventurer dans l’arène publique pour défendre ce comportement. Comment défendre l’indéfendable? On ne peut pas, et ils le savent, ils ont donc refusé. Cependant, un homme a pris la défense des Féroé. Heri Joensen, du groupe de Heavy Metal Tyr, un groupe qui mélange la mythologie nordique avec du Heavy Metal dans une approche musicale féroïenne unique. Leurs diatribes sur les vertus des demi-dieux nordiques ont amené certains critiques à étiqueter le groupe comme fasciste et même pronazi, mais je n’ai pas de preuves qu’ils adhèrent à ce type de doctrines haineuses.

Le fait qu’ils mettent en avant un nationalisme nordique ne fait cependant aucun doute et leurs paroles anti-chrétiennes et violentes expliquent sûrement qu’ils soient considérés comme extrémistes. En dépit de tout cela, c’était tout de même un défi difficile pour Heri Joensen. Il a dû défendre la mort et la cruauté, alors que j’ai eu la tâche beaucoup plus facile en soutenant la vie et la compassion. Au moins, il a essayé, ce qui est déjà beaucoup par rapport à n’importe quel homme politique de ce pays. Sa tâche était rendue encore plus difficile parce qu’il a dû essayer de prouver que la mise à mort des globicéphales était humaine, alors que les images et vidéos sanglantes visionnées ce soir-là ont clairement démontré que ce massacre n’a rien d’humain. C’est un peu comme vouloir prouver que la neige est verte au beau milieu d’une tempête de neige. Les arguments avancés par Heri se sont portés sur le fait qu’il y a beaucoup de globicéphales et que ces dauphins sont tués instantanément, et qu’en cela ce n’est guère différent de n’importe quel abattoir en Europe ou en Amérique. Il s’était vanté jusqu’à la date du débat qu’il allait pouvoir m’écraser avec des faits et la m’asséner la vérité. Cependant, ce n’est pas le marteau mythique de Thor, Mjolnir, qui s’est abattu sur moi. Heri a plutôt sorti son petit marteau de tapissier pour essayer de frapper, pathétiquement, sur le bouclier de mes arguments. Il n’a pu produire aucune preuve pour étayer les opinions qu’il essaie de faire passer pour des faits. Il a dit qu’il y avait environ 800.000 globicéphales dans l’Atlantique Nord, selon la Commission baleinière internationale (CBI), l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), et diverses industries de la pêche. Pourtant la CBI ne s’occupe pas des petits cétacés, et l’UICN a classé les globicéphales en "statut inconnu", ce qui implique que le principe de précaution devrait être appliqué les concernant.

Après que le public ait été exposé à l’agonie douloureuse d’un globicéphale à l’écran, l’argumentation d’Heri, qui défend une forme d’exécution "humaine", s’est appuyée sur le témoignage d’un homme qui a décrit comment il tue un cétacé en quelques secondes avec un couteau. Il n’y a eu aucune preuve visuelle de cela, juste l’explication de cette personne. Simplement parce qu’Heri est membre d’un groupe de Heavy Metal des îles Féroé, nous aurions dû ignorer la réalité et accepter ses « faits » et sa parole de musicien quand il dit que cette chasse est pérenne et humaine. A sa défense, Heri n’a jamais tué de dauphin. Il est simplement le défenseur des tueurs, mais n’en est pas un lui-même. Ceci rend les choses plus simples pour Heri, car il doit défendre quelque chose dont il n’est pas lui-même coupable, et il n’éprouve pas le besoin psychologique de se justifier face à ses actes. Cela ressemble aux fanfaronnades de certains soldats de n’importe quelle guerre, qui sont restés assis derrière leurs bureaux et n’ont jamais tué personne, alors que la plupart des soldats qui sont allés au front ne se vantent jamais de leurs actes. Heri pense peut-être que son devoir de patriote est de défendre le Grind parce que c’est une tradition féringienne. Je n’éprouve pour ma part ni le besoin ni l’envie de défendre le massacre des phoques au Canada simplement parce que certains canadiens les tuent depuis quelques centaines d’années.

Le massacre des bébés phoques au Canada, perpétré par mes compatriotes canadiens, est tout aussi impitoyablement brutal que le massacre sans merci des globicéphales. En fait, la majorité des Canadiens y sont opposés. La majorité des Féringiens soutient peut-être le massacre des globicéphales, mais il y a des personnes aux Féroé qui commencent à remettre en question et à s’opposer à cette tuerie. Ce sont là les graines du mécontentement que nous devons nourrir. Heri a admis lors du débat que quelques cétacés sont tués inhumainement. Il a aussi admis que ce massacre n’était pas une nécessité et que la nourriture disponible pour le public en Europe l’est aussi sur les îles Féroé. De même, il a reconnu que le mercure contenu dans la viande des globicéphales est un fait préoccupant. Je pense qu’Heri est sincère dans ses convictions et ses opinions, mais cela ne veut pas dire qu’il ait raison. Peut-être d’ailleurs que certaines personnes pensent que je n’ai pas plus de légitimité avec mes propres convictions et opinions. C’est pour cela que je suis venu avec l’arme la plus puissante que l’Homme ait inventé: la caméra!

Le but de notre campagne n’était pas d’aller aux Féroé et de mettre fin physiquement au massacre en une seule fois. Nous connaissons les difficultés qui sont liées à une telle stratégie. Mais, curieusement, il n’y a pas eu un seul cétacé tué pendant que l’équipe de Sea Shepherd était là-bas. Notre stratégie de base était de porter l’attention sur le massacre obscène de ces magnifiques créatures sensibles et intelligentes et de le révéler au monde. Nous avons réussi, amenant nos images, la controverse et le conflit, chez des millions de personnes. Nous avons ainsi alimenté un foyer de désapprobation, et l’image du sang, de la souffrance, et de l’orgie impitoyable du massacre est désormais imprimée dans la mémoire de ces millions de personnes qui parfois ne connaissaient même pas l’existence des îles Féroé. Heri a répété plusieurs fois la même chose, c’est à dire que l’exécution des globicéphales n’est pas différente que celle pratiquée dans les abattoirs où les vaches, les poulets et les cochons sont tués.

Il y a des différences, bien sûr, mais en quoi cet argument est-il pertinent alors que l’on débat avec une organisation qui embrasse le végétarisme et le végétalisme? Je ne sais pas. Sea Shepherd Conservation Society est particulièrement critique lorsque les industries agricoles danoises prélèvent des anguilles de sable, nourriture principale des macareux de l’Atlantique Nord, pour nourrir les poulets élevés en batterie. Sea Shepherd pourrait comprendre les préoccupations de Heri pour les abattoirs s’il était vraiment concerné, mais il achète du poulet, du bœuf, du porc au supermarché. Sea Shepherd, non. Heri a aussi mentionné que l’abattage des globicéphales est légal. La position de Sea Shepherd, cependant, est que le Danemark, membre de l’Union Européenne, ne devrait pas donner des subventions énormes aux féringiens à moins que ceux-ci ne se conforment aux lois européennes qui considèrent le massacre des cétacés comme illégal. Les féringiens devraient avoir à choisir entre subventions et nourriture disponible au supermarché, et leurs massacres barbares.

Finalement, Heri a comparé Sea Shepherd à une industrie du tabac, dans un exposé qui défie les lois de la logique, d’autant que Sea Shepherd défend la vie, alors qu’Heri était le champion de la souffrance et de la mort. Heri a beaucoup insisté sur le fait que je fais ce que je fais pour l’argent, mais il a oublié de faire ses recherches puisque je ne tire aucune rémunération des donations. Je tire mes revenus de l’écriture, des conférences et des films, de la même manière qu’il gagne sa vie avec sa musique. Nous acceptons les dons, mais nos livres de comptes montrent clairement que l’argent est dépensé pour faire cesser des actions telles que celles qu’il défend. Il a admis ne pas avoir fait de recherches lorsqu’il a écrit une chanson sur moi, Rainbow Warrior. Il n’a pas réussi à comprendre que le Rainbow Warrior est un navire de Greepeace et que je ne suis pas affilié à cette organisation. Il me décrit comme étant un pur produit de la ville, ce qui est faux puisque j’ai été élevé dans un petit village de pêcheurs de la côte est, et que je vis actuellement sur une île plus petite encore que l’île d’où il vient. Sa tactique a été de nier ma légitimité en me faisant passer pour un opportuniste urbain coupé de la Nature, où le massacre est la norme. C’est peut être la norme dans son monde, mais pas dans le mien. J’ai passé ma vie à m’opposer à la cruauté et à la destruction de la biodiversité, y compris en chassant les braconniers d’ivoire d’éléphants au Parc de Tsavo Est au Kenya, en défendant les loups dans le Yukon, les phoques sur la banquise et les baleines dans l’océan Austral. En fait, j’ai passé plus de temps dans les milieux sauvages et en des endroits isolés qu’Heri ne l’a fait et ne le fera jamais. C’est facile de pontifier, du milieu de la scène, en rock star engagée, sur les conflits et les tempêtes, les batailles et les luttes, mais quelque peu différent d’affronter de réelles tempêtes et des ennemis impitoyables en haute mer.

Heri vit dans un monde d’instruments de musiques, de machinistes, de public, entouré de tous les avantages d’être une star de rock. C’est quelque peu différent de négocier des tempêtes réelles et de s’engager dans la confrontation physique d'une violente opposition alors que l’on navigue en haute mer. En bref, nous, l’équipage des navires de Sea Shepherd, nous sommes les vrais Vikings alors qu’Heri joue ce rôle sur scène. Cependant, il y a autre chose que Heri ne sait pas à mon propos: Mon grand-père Otto Larsen était danois et la famille de mon père vient de Normandie et de Bretagne, ce qui fait que mon héritage est aussi celui d’un Viking. Avec une différence sensible malgré tout, je n’ai pas besoin de tuer des êtres magnifiques, sensibles et intelligents pour prouver ou célébrer mon patrimoine. N’importe quelle personne peut tuer une baleine ou un bébé phoque si elle choisit d’être barbare au lieu de faire preuve de bonté et de douceur, si elle se tourne vers le déni d’empathie et de compassion pour se tourner vers la cruauté et la mort. Le Viking moderne devrait être un porte-parole de la Nature et de la vie, non pas un destructeur sans merci. Sang et carnage, mort et destruction sont des vestiges des anciens Vikings et devraient disparaître comme le viol et les pillages, l’esclavage et les sacrifices humains, toutes ces valeurs traditionnelles des communautés Vikings des siècles passés. Cependant, en dépit de tout cela, Heri Joensen a eu le courage de venir défendre ses croyances et je ne peux pas le lui reprocher, en particulier alors que les baleiniers et politiciens féringiens n’ont pas la force morale de le faire eux-mêmes. Si c’est le mieux que les féringiens ont à proposer pour défendre leur massacre, leur posture moraliste a échoué. Il ne s’agit pas de tradition et de valeurs, de culture et d’héritage, mais simplement d’une orgie obscène et sanglante, sans merci, barbare et sans remords, avec pour objet la mort et un manque de respect pour la Nature et la vie. Le Grind doit mourir pour que les baleines vivent. C’est aussi simple que ça.

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact