Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Jeudi, 30 Août 2012 00:00

Contempler le dauphin de Risso à la veille du massacre annuel

Commentaire par Erwin Vermeulen

Risso's Dolphins before the slaughter...Dauphins de Risso avant d'être massacrés...

Le massacre annuel de dauphins à Taiji est prévu pour le 1er septembre. Quand je repense au temps que j’ai passé à Taiji, je ne songe pas à l’injustice de mon incarcération mais à l’injustice subie par les dauphins de Risso.

Malgré plus de 20 ans passés en mer, je n’en avais jamais vu un de près. A Taiji, je les voyais toutes les semaines et, pendant certaines semaines atroces, tous les jours. Atroces, car ces animaux n’étaient pas en train de jouer, de chercher de la nourriture ou d’interagir au sein de leurs structures sociales complexes, mais ils étaient là, pris de panique, tentant de fuir pour sauver leur peau. Vaine tentative, car peu importe l’intelligence de ces dauphins, ils ne peuvent rien contre 12 bateaux à moteur très véloces. Ces engins les conduisent par assourdissement, dans un fracas où le bruit des moteurs s’ajoute aux coups de marteaux que donnent les hommes sur des barres d’acier, vers un dédale d’anses rocheuses naturelles, le long de la côte, jusqu’à qu’il n’y ait plus d’échappatoire. Les filets se referment derrière les dauphins. C’est la baie de la mort.

On dit que la beauté réside dans les yeux du spectateur. Pour moi, le dauphin de Risso est beau avec son melon frontal et son corps pâle couvert de cicatrices. Même sans bec, il transparaît chez lui le sourire maudit du dauphin. Outre l’âge, la beauté constitue le critère de sélection quand les bourreaux arrivent, quand les dauphins sont tous regroupés, alignés, échoués sur la plage. Un marché aux esclaves sous bâche. Une bâche pour cacher ce qui se passe aux volontaires de Sea Shepherd postés sur la colline. Ce sont les Gardiens de la Baie, qui se préoccupent énormément de la vie et du destin de ces animaux. Nous sommes les derniers à voir ces dauphins avant leur mort ou leur vie d’esclave en captivité. Nous ne pouvons pas voir le dernier acte, mais nous pouvons l’entendre.

Une fois que les responsables des camps de concentration de Taiji pour mammifères marins ont sélectionné quelques âmes pour une vie de servitude, les autres sont de fait condamnés à mort et le massacre commence. On entend les queues frappant l’eau et l’ouverture explosive des évents de ces animaux apeurés, jusqu’à ce que ce soit fini. S’abat alors un calme terrifiant, surtout lors des jours sans vent. Le bruit du silence peut être le plus assourdissant de tous.

...and after....et après.

Ne faites pas l’erreur de croire qu’il s’agit d’une tradition honorable ou d’une culture culinaire que nous devrions respecter. N’allez pas croire que ce ne sont que de pauvres pêcheurs qui tentent de joindre les deux bouts. C’est un commerce d’esclaves. C’est une histoire de gros sous. C’est de l’argent payé par les camps de concentration de dauphins du monde entier pour obtenir des spécimens frais, parce que la majorité des dauphins ne vit pas très longtemps en captivité. Ce sont des actifs rentables pour eux parce que les gens payent pour visiter ces cirques aquatiques et voir les dauphins exécuter des numéros stupides en échange de nourriture. Si vous visitez des endroits comme Sea World ou que vous participez à des programmes de nage avec des dauphins captifs, vous maintenez cette industrie à flot et le commerce des dauphins esclaves continue. Le trafic de dauphins vivants rend le massacre à Taiji possible, et lucratif.

La saison dernière, les dauphins étaient tués à coups de barres en métal plantées dans la colonne vertébrale. Cela les paralyse, mais ne les tue pas toujours. Chaque jour du massacre, nous voyions des dauphins suffoquer désespérément dans leurs derniers souffles alors qu’ils étaient remorqués, attachés à la queue par une corde, jusqu’à la boucherie, se noyant en chemin.

Les dauphins de Risso sont des prédateurs au sommet de la chaine alimentaire. Ils se nourrissent de poissons, de pieuvres, de calamars et de krill. Bien que nous ne disposions pas d’estimation de leur population et donc d’aucune information sur leur statut de conservation, ils ont été observés entre les latitudes 60°N et 60°S et bénéficient d’une épaisse couche de graisse pour rester à température dans ces eaux glaciales. Se situer au sommet de la chaîne alimentaire et avoir besoin d’une isolation graisseuse rend le dauphin de Risso très vulnérable. Les polluants que nous répandons dans l’air et les cours d’eau depuis la révolution industrielle ont tendance à s’accumuler dans les graisses, à fortes concentrations. Plus l’animal se situe haut dans la chaîne, plus il vit longtemps, plus il accumule. C’est la cause d’un des crimes commis à Taiji. La viande de dauphin est découpée comme du bœuf, la graisse est frite et toutes les deux finissent dans les rayons des supermarchés et, avant cela, dans les cantines scolaires. Un gouvernement qui laisse son peuple s’empoisonner, que ce soit par ignorance ou par dénis, est criminel.

Bien que le fondateur de Sea Shepherd, Paul Watson, le coordinateur de la campagne Infinite Patience Scott West et tous les Gardiens de la Baie volontaires ont juré de se plier à la loi japonaise le temps de leur séjour, les autorités ont leur propre interprétation de la légalité. Le mensonge d’un entraineur d’esclaves, l’incompétence de la police et du procureur dans une volonté commune de voir quelqu’un de Sea Shepherd en prison ont conduit, chose rare, à un acquittement et au paiement d’une caution pour détention illégale. Cet argent qui a servi à couvrir les frais de la campagne Gardiens de Baie de cette année.

Même si tous les volontaires paient leur transport, leurs repas et leurs fournitures, il faut de l’argent pour louer des voitures, pour le carburant, les radios et autres moyens de communication, etc. Donc les dons sont bienvenus. Soyez sûrs qu’aucun d’entre nous ne dépense le moindre centime dans la ville de Taiji.

Par dessus tout nous avons besoin de vous! Nous avons besoin de personnes intelligentes, charitables, courageuses et dévouées pour aller à Taiji, sur le terrain. Plus on est mieux c’est! Parce que nous pouvons changer les choses! Non seulement le nombre de dauphins tués diminue mais de plus en plus de personnes apprennent ce qui se passe à Taiji et ses liens avec les zoos marins partout dans le monde. Grâce à cette influence et sous la pression locale, certains de ces zoos ferment en Europe et ailleurs. Comme pour les autres campagnes, si nous ne pouvons les toucher au cœur, nous pouvons les toucher au porte-monnaie. S’ils ne comprennent pas l’empathie, peut-être comprennent-ils l’économie.

Vous voulez devenir un Gardien de la Baie? Ecrivez-nous à coveguardian@seashepherd.org

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact