Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Jeudi, 18 Octobre 2012 17:05

Les otaries de Steller, espèce en danger d’extinction, pourraient devenir les prochaines cibles sur le fleuve Columbia, alors que le cas des otaries de Californie est présenté à la Cour

Commentaire de Sandy McElhaney, volontaire à terre, Sea Shepherd Conservation Society

Une otarie de Californie douloureusement marquée par les employés du gouvernementUne otarie de Californie douloureusement marquée par les employés du gouvernement
Photo: Erwin Vermeulen/Sea Shepherd

Les otaries de Californie, qui sont au centre du programme des Gardiens du barrage de Sea Shepherd Conservation Society, seront à l’ordre du jour du tribunal de Portland, Oregon, le vendredi 19 octobre. A cette date, les avocats de la Humane Society of the United States (HSUS) plaideront contre le Ministère du Commerce et les Services de Pêche de la Marine Nationale (NMFS). La HSUS cherche à faire annuler une autorisation délivrée pour permettre les prélèvements d'otaries de Californie au barrage de Bonneville.

En mai dernier, un juge fédéral a rejeté une motion de la HSUS pour une injonction préliminaire visant à stopper l’abattage des otaries du barrage de Bonneville en 2012. Ces animaux sont accusés de consommer des saumons inscrits sur la liste des espèces en danger d’extinction. Alors que les pêcheurs sont autorisés à capturer jusqu’à 17% de ce poisson très prisé, la HSUS maintient que les otaries de Californie ne consomment qu’environ 1% du saumon du fleuve Columbia.

Selon un document émis par le NMFS en mai 2012, destiné aux directeurs des Ministères de la Faune Sauvage de l’Oregon et de l’état de Washington, 39 otaries de Californie accusées d’être des "prédateurs" de saumons en voie d’extinction ont été tués depuis 2008, et 11 ont été conduits en captivité. Ces chiffres ne comprennent pas l'otarie marquée C021, capturée dans un piège flottant à Astoria et tuée le 30 août 2012.

Toute otarie qui a été vue manger ne serait-ce qu’un seul saumon est susceptible d’être ajoutée à la "liste noire" qui peut conduire à la mise à mort de l’animal. Le NMFS a autorisé les tueurs de l’Oregon et de l’état de Washington à euthanasier ou à tirer sur toute otarie de Californie qui correspondrait à la description suivante:

  • A été observée en train de manger des salmonidés au barrage de Bonneville, dans la "zone d’observation" sous le barrage, dans les échelles à poisson ou au-dessus du barrage entre le 1er janvier et le 31 mai de chaque année;
  • A été observée au barrage de Bonneville pendant 5 jours (qu’ils soient consécutifs, au cours d’une seule et unique saison, ou sur plusieurs années) entre le 1er janvier et le 31 mai de chaque année, et
  • A été vue au barrage de Bonneville après avoir été soumise à un moyen de dissuasion non létal.

Le barrage de Bonneville sur le fleuve ColumbiaLe barrage de Bonneville sur le fleuve Columbia
Photo: Erwin Vermeulen/Sea Shepherd

Qui sont les vrais prédateurs ici? Sans doute des mammifères, mais sûrement pas les mammifères marins!

Sur le fleuve Columbia, un partenariat entre l’état, les fonctionnaires fédéraux, et l’industrie commerciale de la pêche condamne à une mort certaine les otaries qui s'interposent entre les pêcheurs commerciaux, tribaux, ou de loisir, et "leur" poisson. Alors que ce sont les responsables locaux des ministères de la faune sauvage qui brûlent la chair des otaries en les marquant au fer rouge, qui tirent des balles en caoutchouc sur elles et qui, finalement, leur administrent l’injection létale, ces actes haineux ont l’approbation du gouvernement fédéral et sont applaudis par de nombreux pêcheurs en amont et en aval du fleuve.

La pêche est une industrie énorme dans le nord-ouest des Etats-Unis. Un rapport publié le 30 mai 2012 par le Ministère de l’Agriculture de l’Oregon indiquait que, en 2011, la pêche commerciale et les fruits de mer avaient rapporté plus de 145 millions de dollars. C’était la plus grande valeur de prises en 23 ans. Selon le rapport, les saumons représentaient 1 088 des 129 000 tonnes de poissons et coquillages ramenés par les pêcheries commerciales en 2011. Ceci pour la seule pêche commerciale. Les pêcheurs de loisir et les pêcheurs tribaux prennent aussi leur part. Un rapport récent sur la pêche sur le fleuve Columbia publié par le Seattle Times dénombrait 1 800 bateaux de pêche au saumon sur la basse Columbia pendant le week-end de la fête du travail. Pendant les trois premiers jours de septembre, le Times notait "1 099 pêcheurs de saumon à la ligne (dont 342 bateaux), ayant pris 279 saumons chinook d’automne adultes et 24 jack, 12 steelhead et 6 adultes coho. 278 (99%) des chinook adultes, 10 (83%) des steelhead et 2 (33%) des adultes coho ont été conservés". Il est évident que les otaries, qui tuent bien moins de poissons que les pêcheries, ne sont pas tuées pour sauver le poisson, mais plutôt pour éliminer la concurrence.

A titre de comparaison, un rapport émis par des ingénieurs de l'armée américaine dit que la prédation des saumons par les otaries de Californie est tombée à un niveau historiquement bas de 1 067 (0,6% du total des migrations) entre janvier et juin 2012. La consommation d’espèces menacées de saumon et d’espèces non menacées d’esturgeons par des otaries de Steller sous protection fédérale est en hausse (0,7% du total des migrations). C’est pour cette raison que les états de l’Oregon, de Washington et de l’Alaska ont soumis une requête au NOAA pour retirer les otaries de Steller de la liste des espèces en danger d’extinction. Si cette proposition devait faire son chemin, il ne faudrait que peu de temps pour que les tueurs d'otaries du barrage de Bonneville n’ajoutent cette espèce à leur tableau.

En mars 2012, Erwin Vermeulen, volontaire et membre d’équipage Sea Shepherd, a visité le barrage de Bonneville. En entendant cette dernière proposition d’agression contre les otaries de Steller, ce vétéran des Gardiens de la Baie commenta:

"Bien que le nombre estimé de saumons tués par les otaries soit à son point le plus bas depuis qu’on les observe, et bien qu'il ne représente qu’une partie infime du poisson pris par les pêcheurs, ou tué par le barrage lui-même, les gouvernements immoraux des états de Washington et de l’Oregon sont en train de cibler une seconde espèce d'otarie en vue d’un massacre insensé. Il est inacceptable que, encore et encore, aux USA et dans le reste du monde, des animaux soient accusés de la destruction et de l’épuisement des ressources causés par l’homme, et qu’ils soient soumis à une "gestion" des populations - le mot à la mode pour "extermination".

Sea Shepherd soutient sans réserve l’action de la Humane Society devant le tribunal. Nous continuerons à suivre les développements de cette affaire. Si les tueurs d'otaries devaient revenir au barrage de Bonneville en 2013, nous y serons aussi.

Pièges à otaries près du barrage de Bonneville sur le fleuve ColumbiaPièges à otaries près du barrage de Bonneville sur le fleuve Columbia
Photo: Sea Shepherd

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact