Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Vendredi, 18 Janvier 2013 18:46

Soyez une voix pour les dauphins

Opposez-vous aux crimes et aux abus du gouvernement japonais contre nos océans

Commentaire de Scott West, directeur du renseignement et des enquêtes

Un groupe de dauphins tachetés tente de s’échapper de la baie de la mortUn groupe de dauphins tachetés tente de s’échapper de la baie de la mort
Photo: Sea Shepherd

Il n’est sans doute pas surprenant que le gouvernement japonais ait peur de la vérité. Dans le monde, les gouvernements ouverts à la vérité et à sa divulgation doivent être très rares, si tant est qu’il en existe, mais le mépris de la vérité qu’affiche le Japon en fait vraiment un cas à part. Ce qui est particulièrement exaspérant, c’est le fait que le Japon prétende être un État ouvert et démocratique.

Les journalistes japonais ont feint d’être choqués lorsque je leur ai tenu de tels propos, alors que nous étions derrière les cordons de police et les bâches pendant que les dresseurs de dauphins et les bouchers de Taiji faisaient leur sale business. Les médias japonais se font souvent les relais du gouvernement, et les Japonais, dans leur grande majorité, tiennent pour vrai tout ce que les médias leur présentent, quel que soit le sujet. Heureusement, les choses sont en train de changer, et certains habitants commencent à ne plus être dupes de la censure et du battage médiatique, surtout depuis la catastrophe de Fukushima.

Les mensonges proférés par les autorités japonaises concernant l’importance des fuites radioactives sont maintenant évidents, pour la population japonaise comme pour le reste du monde. Des marins américains ont intenté une action en justice contre la compagnie japonaise d’électricité pour exposition aux radiations par suite d’une information fausse diffusée par le gouvernement japonais. Ce gouvernement a gaspillé des millions de dollars qui étaient destinés à aider les habitants ayant tout perdu suite au séisme et au tsunami. Maintenant, les autorités japonaises, tout en manipulant la cour du neuvième circuit des États-Unis, s’abritent derrière leurs allégations selon lesquelles des vies humaines ne devraient jamais être mises en danger. Mais où était donc leur préoccupation pour la sécurité de la population au moment de la catastrophe de Fukushima?

Les vérités tronquées et les mensonges leur sont coutumiers. Cela fait des années que les navires japonais violent le moratoire sur la chasse commerciale à la baleine, et ils enfreignent actuellement l’ordonnance d’un tribunal australien de cesser de tuer les baleines dans le sanctuaire baleinier de l’Antarctique. Naturellement, le plus gros mensonge entre tous est l’affirmation des Japonais selon laquelle leur chasse à la baleine aurait pour objet la recherche scientifique.

Le Japon accuse Sea Shepherd de mettre en danger des vies humaines, mais il n’en demeure pas moins qu’en plus de 35 ans d’activité, nous n’avons blessé personne, tandis que les baleiniers n’ont jamais pu faire état de la moindre plainte ni du moindre dossier médical mentionnant des blessures. Au contraire, par leurs propres actes, les baleiniers japonais ont blessé et mis en danger des membres de nos équipages et ont occasionné des morts et des blessures sur leurs propres bateaux. Et avec cela, c’est Sea Shepherd qui reçoit l’injonction du neuvième circuit, à la demande du Japon, de rester en retrait.

D’autres gouvernements font également l’objet de manipulations de la part du Japon. Un bon exemple est celui du gouvernement du Costa Rica, qui a soumis à l’Allemagne un mandat d’arrêt à l’encontre du Capitaine Watson au cours de l’année écoulée. A partir de vérités tronquées et de mensonges obtenus d’un détenu, les Japonais ont émis leurs propres mandats contre le Capitaine et s’en sont servis pour tenter de manipuler l’Allemagne afin qu’elle l’extrade au Japon. Heureusement, le Capitaine Watson a déjoué leur plan.

Le mépris de la vérité est visible également à Taiji, où nous assistons aux efforts pathétiques des dresseurs et des massacreurs de mammifères marins pour se cacher derrière des bâches et des cordons de policiers. Nous savons tous ce qui se passe derrière ces bâches et ces cordons. Nous voyons un groupe de dauphins repoussés impitoyablement dans la baie, et rares sont ceux que l’on reverra vivants. Ils auront beau étendre toutes les bâches qu’ils voudront et mettre en place tous les cordons de police possibles, le monde entier sait que des dauphins sont capturés et massacrés à Taiji et que le sang y coule à flots. Des dauphins capturés à Taiji sont envoyés dans le monde entier pour distraire les gens dans les parcs marins et pour alimenter les programmes de nage avec les dauphins.

À présent, les plus anciens Gardiens de la Baie se voient refuser l’entrée au Japon. Bien sûr, un pays a le droit de contrôler ses frontières, mais il est honteux d’en interdire l’entrée à des individus qui n’ont commis aucun crime, et dont la seule "transgression" a consisté à être les témoins du sale petit secret de Taiji et à le documenter. Nous devons être fiers de ces refus, car lorsqu’une nation "civilisée" en vient à cet extrême pour cacher la vérité, c’est la preuve que cette vérité est très dérangeante.

Tous ces actes attirent l’attention du monde entier sur les pratiques illégales et barbares des baleiniers et des tueurs de dauphins japonais. Maintenant, ceux qui restaient passifs agissent et ceux qui étaient actifs s’engagent. En ce moment, dans cette troisième saison de notre campagne, nos Gardiens de la Baie bénévoles sont plus nombreux que jamais. Nous n’avons jamais eu autant de bateaux et de membres d’équipage qu’aujourd’hui pour attendre l’arrivée de la flotte baleinière japonaise illégale dans l’Antarctique. Plus les autorités japonaises profèrent de mensonges, plus le nombre d’opposants à leurs actes s’accroît, en même temps que le déshonneur dont elles couvrent leur pays et sa population.

C’est pour vous le moment de défendre ce à quoi vous croyez, en exprimant votre dégoût face aux procédés meurtriers et manipulateurs du Japon. En tant que communauté mondiale, la responsabilité nous incombe de nous dresser contre l’injustice et de parler au nom de ceux qui ont besoin d’une voix. Rejoignez les Gardiens de la Baie à Taiji dès février. Février devrait être le dernier mois de la saison de chasse au rabattage, mais il est possible qu’elle se prolonge en mars. Accablons-les par notre manifestation d’opposition à leurs activités illégales et cruelles. Pour chaque ancien des Gardiens de la Baie qui se voit interdit de séjour, plaçons-y cinq nouveaux Gardiens!

Voici ce qu’a déclaré un futur Gardien de la Baie qui arrivera à Taiji en février:

“Je sais qu’en ce qui nous concerne, moi et ma compagne, nous avons cessé de faire partie des soutiens financiers pour nous impliquer personnellement lorsque Paul a été arrêté. C’est à ce moment charnière, où nous nous sommes dit "non, pas ça!", que nous sommes devenus non plus de simples sympathisants, mais des militants "scandalisés"(…). Une fois que vous avez vu comment le Japon essaie de mettre Paul carrément hors jeu, vous vous rendez compte que la présence physique dans le mouvement est aussi importante, sinon davantage, que le soutien financier.”

Si vous trouvez que les tactiques illégales du Japon sont indignes, et si vous voulez participer directement à nos efforts pour faire cesser le massacre de la faune de nos océans, écrivez à l’adresse coveguardian@seashepherd.org pour recevoir un dossier de candidature, bouclez vos valises, et battez-vous pour les dauphins, pour les océans, pour la vie.

Cove Guardians
Visitez le site des
Guardiens de la Baie
pour plus d'informations.
 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact