Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Mercredi, 20 Mars 2013 14:09

La fichue honte au barrage de Bonneville

Par Sandy Sandy McElhaney, bénévole du programme “Dam Guardian”

Des otaries prenant le soleilDes otaries prenant le soleil
Photo: Erwin Vermeulen / Sea Shepherd

Pendant que les opérations de sauvetage de mammifères marins dans la Californie du Sud sont aux prises avec un nombre sans précédent de bébés otaries, à environ 1500 kilomètres de la côte, les fonctionnaires de l’Oregon sont en train de mettre en place des pièges au barrage de Bonneville pour tuer 92 otaries de Californie dont la faute est de manger du saumon. Vous avez bien lu. Les employés de l’état de l’Oregon se préparent à tuer près de 92 otaries dont la seule faute est de manger du saumon.

Les otaries de Californie au barrage de Bonneville qui, en temps normal, seraient sous la protection de la Marine Mammal Protection Act (MMPA), n’en bénéficient pas car les gens les veulent mortes. Les gens veulent leur mort au point qu’en 1994, ils ont modifié la loi fédérale créée en faveur des otaries. Grâce à la section 120 du MMPA, le gouvernement fédéral a le droit de donner l’autorisation de tuer un certain nombre de pinnipèdes identifiés comme ayant un "impact significatif sur la baisse ou la reconstitution du stock à risque de salmonidés". En vertu de ce pouvoir, depuis 2008 les fonctionnaires de l’état de l’Oregon ont enlevé 40 otaries du fleuve Columbia. Dix d’entre eux ont été placés en captivité et les autres sont … morts, tout simplement parce que les gens affirmaient qu’ils mangeaient trop de saumons.

Les représentants du ministère de la faune et de la faune marine de l’Oregon ne font pas que tuer des otaries, ils tuent aussi des oiseaux. Une annonce récente sur le site du ministère proposait un emploi de "Surveillant des cormorans" pour "aider le coordinateur de prédation aviaire à la collecte létale et à la dissection sur des bateaux dans différentes conditions météorologiques". Salaire proposé entre 2.038$ et 2113$ (1584€ et 1642€) par mois. L’annonce précise aussi qu’une expérience en chasse à la sauvagine (oiseaux aquatiques sauvages) est désirée.

Les otaries de Steller qui, actuellement, sont sous la protection de "l’Endangered Species Act", font aussi l’objet de violence au barrage de Bonneville. En 2012, le service de pêche de la marine nationale a annoncé une proposition visant à rayer de la liste cette espèce. Si cela arrive, ce ne sera plus qu’une question de temps avant que l’Oregon s’applique à les tuer eux aussi. Pour l’instant, les pièges mortels sont en place et prêts pour les otaries de Californie qui se reposent près de ce foutu barrage.

La présence sur le fleuve Columbia de l’otarie de Californie, notre accusée, a été signalée à l’époque de l’expédition de Lewis et Clark. Les otaries ont été observées aussi plus loin au Nord des chutes de Celilo. Ces animaux font partie de l’écosystème naturel du fleuve. Ils prennent ce dont ils ont besoin pour survivre. Est-ce que l’espèce gloutonne plus connue sous le nom d’Homo Sapiens pourrait dire la même chose? Les scientifiques pensent que la présence massive des otaries de Californie est liée à la surpêche. Les otaries sont affamées parce que leurs mères meurent de faim. Leurs mères meurent de faim parce que nous nous approprions leur nourriture.

La grande ironie au barrage de Bonneville est que, même si elles sont voraces, les otaries mangent moins de 4% de la population de saumons. Devinez qui en prend 4 fois plus? La pêche sportive, de détente et les autochtones sont autorisés à prendre jusqu’à 17% de ce même saumon en voie de disparition, mangé par les otaries pour leur survie. Si le saumon est tant en danger que cela, pourquoi ne devrions-nous pas le protéger du plus grand de tous les prédateurs, nous, les humains? Ou bien, en effet, le fait de faire porter le chapeau aux otaries et aux oiseaux rend les choses plus simples pour les humains? Ces animaux sauvages n’ont pas d’autres choix. Ces poissons sont leur seule option pour assurer leur subsistance. Les humains ont de nombreuses options et ont d’ailleurs choisi de monter ce barrage qui tue 17% des saumons et ce, en bloquant le fleuve et en introduisant des espèces non endémiques qui mangent ce saumon en voie de disparition et en polluant la rivière. C’est une vraie honte que les poissons du fleuve Columbia soient remplis d’arsenic, de mercure et de PCB à des niveaux qui dépassent les recommandations de l’Agence de Protection de l’Environnement. C’est une véritable honte que les gens tuent des otaries de manière à ce que les pêcheurs puissent prendre et manger ce poisson toxique.

Les bénévoles de la campagne "Dam Guardian/les gardiens du barrage" 2013 sont sur le terrain en ce moment dans le port d’Astoria et à Bonneville pour surveiller les actes odieux commis contre ces otaries. Sous la direction de la chef de campagne Ashley Lenton, les gardiens du barrage observeront et rendront compte des marquages, des violences et des meurtres jusqu’à la fin du mois de mai.

Pour avoir les dernières informations, suivez-nous sur notre Twitter @DamGuardians (en Anglais) et sur notre page Facebook Sea Shepherd France. Pour postuler en tant que Gardien du Barrage (Dam Guardian), contactez-nous via notre email: damguardian@seashepherd.org

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact