Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Lundi, 13 Septembre 2010 12:11

En direct de Taiji - 13 septembre

Taiji monitoring update

Ce matin très tôt, il plu sur Taiji. D’après les locaux, c’est la première fois depuis de nombreux jours. La pluie commença à cesser au moment où nous sommes arrivés dans la baie. Il était 6h10 du matin. Les pêcheurs étaient déjà à l’œuvre, occupés à déplacer et à séparer les dauphins en plusieurs groupes. Nous pensons qu’ils cherchaient un endroit pour sélectionner ceux qu’ils souhaitaient revendre aux aquariums.

Toute la journée, sous un soleil et une chaleur de plomb, ils ont déplacés les groupes de dauphins en les guidant avec le son du moteur des hors-bords. Le bateau dédié au transport continuait inlassablement de ramasser les dauphins choisis (ceux attachés aux élingues sur le côté des bateaux) pour ensuite les emmener par-delà les filets, vers des enclos situés dans le port de Taiji.

Enfin, ils retirèrent les filets. Les dauphins, désormais libres, ne semblaient pas pressés de quitter la zone. Un local nous avait expliqué qu’une fois libres, ils resteraient sur place et deviendraient alors un problème pour les autres pêcheurs. Cela signifiait probablement qu’ils allaient manger du poisson après avoir jeûner pendant 24h. Leur réticence à s’en aller indiquait également que le groupe ne souhaitait pas abandonner les membres capturés.  Ensuite vinrent les pêcheurs qui tapaient sur des tubes sous l'eau pour chasser les dauphins vers la mer, nous a-t-on dit.

Nous avons compté qu’approximativement 55 dauphins, dont deux bébés, repartirent en mer. Nous ne savons pas combien avaient été faits prisonniers. Un pêcheur nous a dit hier qu’à peu près 80 dauphins avaient été capturés dans la baie. Si le commerce de dauphins captifs reste quelque chose d’effroyable, regarder ceux qui ont échappé aux aquariums repartir librement est bien plus satisfaisant que de voir l’eau virer au rouge suite à leur massacre.

Si cette fois, ils n’ont pas été massacrés, c’est grâce à notre présence mais aussi parce que le monde entier a les yeux braqués sur eux. La saison de chasse dure jusqu’au mois de mars. A moins que nous ne trouvions un moyen de rester présent et que les caméras restent tournées sur cette baie, nous nous attendons à ce que le massacre reprenne à partir du mois d’octobre. Aujourd’hui, un reporter m’a demandé comment les pêcheurs pourraient gagner leur vie s’ils devaient arrêter de tuer des dauphins. Je lui ai répondu que pendant longtemps les Etats-Unis chassait la baleine, tout comme l’Australie, mais ils ont arrêté. Il y a un futur après la chasse aux cétacés.

Même Hollywood n’aurait pas produit une scène telle que celle qui s’est déroulée aujourd’hui dans la baie. Je ne saurais même pas vous dire combien de policiers, de garde-côtes, de pompiers et autres officiels étaient sur place. Ils étaient très inquiets que je « fasse quelque chose ». Un groupe de manifestants anti-Sea Shepherd est arrivé et la police a commencé à s’impliquer. Comme prévu, une douzaine de Japonais extrémistes de droite se joignirent aux festivités avec les hauts-parleurs montés sur leurs camions. La police m’avertit que nous étions en danger et me demanda de partir. J’ai refusé. Je leur ai expliqué que Matt Smith, ma fille Elora et moi-même étions calmes et non-violents. Je leur ai fait remarqué que c’était plutôt les manifestants qui étaient potentiellement dangereux et qu’ils (les policiers) feraient mieux de les faire partir. La police a évidemment été très frustrée par ma réponse.

Hier, je me suis rendue à la station de police de Shingo City pour leur signaler que Sea Shepherd avait reçu des menaces de mort via des emails en provenance du Japon. Depuis, la police nous suit partout. Ils étaient d’ailleurs assez ennuyés quand je leur ai expliqué que j’avais un visa de 90 jours avec lequel j’entendais rester à Taiji au Japon et que je viendrais observer la baie nuit et jour.

Il y quelques instants, j’ai quitté l’hôtel pour faire une course et j’ai remarqué des flashs d’appareil photo venant de l’intérieur d’une voiture dans la rue. J’étais en train d’être photographié, alors je les ai pris en photo. Je ne pense pas qu’il s’agissait d’officiers de police, mais de gens qui sont contrariés par notre présence. Nous ne nous laisserons pas intimider ou effrayer. Si vous souhaitez nous rejoindre (volontairement, entièrement à vos frais et à vos risques et périls) à Taiji, écrivez-moi à inform-us@seashepherd.org.

Pour les Océans,
Scott West
Sea Shepherd Conservation Society

Suivez ces événements sur le blog de ma fille : eloramalama.wordpress.com

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact