Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Dimanche, 23 Janvier 2011 13:19

A mi-parcours de l’Opération No Compromise

Un rapport du Capitaine Paul Watson

The Steve Irwin encounters a pod of humpbacks in the Southern OceanNous sommes au 54ème jour de l’Opération No Compromise, et au 25ème jour depuis que Sea Shepherd Conservation Society a intercepté la flotte baleinière japonaise. Nous sommes environ à la moitié de la campagne, près de 54 jours avant que l’hiver Antarctique ne commence à chasser les chasseurs de baleines du Sanctuaire de l’Océan Austral, et qu’une autre saison de massacre ne se termine… en espérant que cela soit la dernière.

Bien qu’à ce jour cela promet d’être l’année la plus réussie pour la mission de Sea Shepherd et que les quotas de baleines tuées vont être plus bas que jamais, il n’en reste pas moins que c’est une campagne très complexe et très difficile, couvrant des centaines de milliers de miles dans des conditions climatiques hostiles, au milieu des icebergs et de la banquise. Cela implique la coordination de 3 bateaux, d’un hélicoptère, et de 88 membres d’équipage. Cela nécessite aussi une logistique complexe pour le ravitaillement en nourriture et en carburant, les réparations, la surveillance des airs et des glaces, les moyens de communication et de bien d’autres choses.

Ce n’est jamais chose facile et certainement pas aussi simpliste que nombre de nos détracteurs semblent le penser. Nos campagnes sont d’importantes expéditions en Antarctique, à tous les niveaux. Elles sont autant impressionnantes en termes de bateaux, équipages et équipements que les fameuses expéditions de Shackleton, Scott ou Amundsen d’il y a près d’un siècle.

Le côté positif de cette campagne, c’est que nous avons été en mesure de localiser la flotte baleinière japonaise avant qu’ils ne tuent la moindre baleine. Nous avons réussi à intercepter le navire de ravitaillement Sun Laurel de manière à couper les vivres au Nisshin Maru et au reste de sa flotte. Le plus important de tout, c’est que nous avons réussi à écarter des opérations de chasse deux des trois navires harponneurs, pendant que le troisième naviguait avec le Nisshin Maru.

Nous avons pourchassé la flotte baleinière pendant plus de 4000 miles au cours des 24 derniers jours. Est-ce que des baleines ont été tuées ? C’est possible, mais peu.

Nous n’avons pas encore localisé le Nisshin Maru, mais en général nous n’y arrivons pas avant le mois de février de chaque campagne. L’année dernière, nous n’avons pas trouvé le navire-usine avant la mi-février, et nous avons réussi à sauver plus de baleines que les baleiniers n’ont pu en tuer.

Comme dans tous les conflits se déroulant dans des zones éloignées, certaines choses ne se passent pas comme prévu. J’ai du renvoyer le Gojira à Hobart pour des réparations rapides sur les nouveaux moteurs diesels que nous avons installés en novembre 2010. Cependant, le Gojira sera en mesure de revenir dans l’Océan Austral avant que le Steve Irwin ne doive revenir au port pour se ravitailler. Le Bob Barker a suffisamment de réserves de carburant pour rester avec la flotte au moins jusqu’en mars, date à laquelle le Steve Irwin sera de retour avec des réserves de carburant suffisantes pour prolonger l’intervention de Sea Shepherd jusqu’à la fin de la saison de chasse.

La preuve de notre réussite cette année se verra lorsque la flotte baleinière japonaise annoncera ses statistiques d’abattage vers le mois d’avril. Ces chiffres devraient être plus bas que les années passées. Sans le support de 2 des 3 navires harponneurs pour aider à la tuerie et avec le 3ème bateau constamment en fuite, leur efficacité et leur productivité en tant qu’entreprise industrielle ont été grandement diminuées. La saison de chasse 2010/2011 va être un désastre économique pour la flotte japonaise.

Déjà cette année, la flotte baleinière est arrivée avec 3 semaines de retard dans le Sanctuaire de l’Océan Austral, constituée uniquement de 4 bateaux, le navire-usine et les trois bateaux harponneurs, alors que l’année passée elle se composait de 7 bateaux. Mais Sea Shepherd est venu plus fort que jamais cette année avec trois navires et un hélicoptère plus rapide et plus puissant.

J’espère que l’Opération No Compromise sera la dernière campagne de Sea Shepherd en Océan Austral, mais si la flotte japonaise revient cette année en décembre 2011, nous avons bien l’intention d’y être à nouveau pour les accueillir. Sea Shepherd ne partira pas tant que le Sanctuaire de l’Océan Austral ne sera pas reconnu et protégé comme Sanctuaire dans les faits et non seulement en paroles.

A la réussite de notre campagne en Océan Austral cette année, s’ajoutent également des victoires remportées auprès de l’opinion publique avec la publication faite par Wikileaks révélant que le Japon considère Sea Shepherd comme étant son principal obstacle à la poursuite de sa campagne baleinière. Wikileaks a aussi confirmé que le harcèlement des gouvernements américain et australien, opéré à la demande du Japon, était et est toujours réel, et que cela n’est pas de la paranoïa de la part de Sea Shepherd.

L’article intitulé Japan’s whaling fleet on the Run (ndt : La flotte baleinière japonaise en déroute) publié récemment par le Sydney Morning Herald, est révélateur du soutien positif que nous obtenons des médias en Australie.

La campagne en Océan Austral de cette année a demandé un énorme effort et beaucoup de temps de la part de centaines de bénévoles dévoués. Jusqu’à présent, 88 membres d’équipage venant de 22 pays différents ont participé à la campagne sur nos bateaux. Plusieurs membres d’équipage vont rejoindre notre flotte quand le Steve Irwin ira se ravitailler en février. Les bénévoles à terre dans les ports australiens comme dans toutes les villes du monde ont rendu possible la levée des fonds nécessaires à la réparation des bateaux, l’achat du Gojira, la fourniture du carburant et des provisions pour les navires, et la couverture de nos coûts portuaires et de communication pour cette campagne. Nous sommes en mesure de réaliser ce que nous faisons uniquement grâce aux bénévoles passionnés à terre et en mer, et une base solide et loyale de supporters à travers le monde.

Sea Shepherd a un objectif – nous avons l’intention d’abolir toute les activités de chasse à la baleine dans le Sanctuaire de l’Océan Austral. Nous sommes ici pour défendre l’intégrité du sanctuaire. C’est un objectif simple et facile à comprendre, et nous avons des règles d’engagement simples. Nous n’avons pas causé et ne causerons aucun tort aux marins japonais, mais nous bloquerons leurs bateaux et équipements. Nous ne violerons aucune loi internationale afin de remplir cet objectif; Sea Shepherd n’a jamais été inculpé ou accusé d’une quelconque infraction relative au blocage ou à l’interception de ces opérations baleinières. Enfin, nous ne transigerons pas sur nos objectifs – nous n’accepterons aucune chasse à la baleine, peu importe par qui elle est effectuée, à tout moment dans le sanctuaire.

Au fait que nos efforts s’ajoutent à la résistance japonaise face à la chasse à la baleine, on ne peut que rappeler aux gens que la seule alternative serait de se rendre à la volonté des baleiniers, ce à quoi nous ne pouvons tout simplement pas nous résigner. Il y a eu le même argument à propos du mouvement anti-apartheid en Afrique du Sud. Oui, le régime blanc d’Afrique du Sud s’est retranché mais au final, il est tombé sous le poids de l’opinion publique international.

La stratégie de Sea Shepherd est d’infliger des dommages financiers aux baleiniers. Notre intention est de couler économiquement la flotte baleinière japonaise, la mettre en faillite, et la conduire à la ruine.

Les jours ici-bas dans l’Océan Austral sont longs – littéralement. Les miles que nous avons couverts à travers l’océan sont innombrables et la dangerosité du climat et des glaces est bien réelle, et jamais bien loin.

Cependant, le moral de l’équipage se renforce à chaque jour passé où les baleiniers ne peuvent pas chasser. Chaque jour, nous observons des baleines qui n’ont pas été inquiétées par les cruels harpons, ce qui rappelle chaque jour à l’équipage pourquoi nous sommes ici, et qui nous représentons. Aujourd’hui nous avons vu un groupe d’orques, mais depuis que nous sommes arrivés dans le Sanctuaire de l’Océan Austral, nous avons eu le plaisir d’être en compagnie de baleines à bosses, de rorquals, de rorqual commun ou bleu, de globicéphales et de cachalots.

Ces baleines sont nos clients et sont la raison pour laquelle nous venons ici pendant 4 mois chaque année. Nous sommes ici pour représenter leurs intérêts. Ce sont nos clients, et notre objectif est d’éradiquer cette obscénité qu’est la chasse à la baleine dans le Sanctuaire de l’Océan Austral. Nous allons atteindre cet objectif, peu importe le temps que cela va prendre ni les dangers encourus… nous allons arrêter la chasse à la baleine dans le Sanctuaire de l’Océan Austral!

MISE A JOUR: Le Nisshin Maru a été retrouvé !

Operation No Compromise

Opération
No Compromise

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact