Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Jeudi, 12 Mai 2011 21:19

Sea Shepherd annonce des patrouilles contre les braconniers en zone de guerre libyenne

Photo: Gary StokesPhoto: Gary Stokes

À compter du mois prochain, deux navires de Sea Shepherd Conservation Society seront présents au large de la Libye. Cette zone est le théâtre de combats entre les forces rebelles appuyées par l’OTAN et les troupes du dictateur Mouammar Kadhafi. L’objectif des bateaux sera d’intercepter les braconniers de thons rouges pour relâcher les poissons capturés illégalement et tenter ainsi de sauver l’espèce d’une extinction imminente.

Les eaux territoriales libyennes ont été déclarées zone d’exclusion aérienne par l’OTAN, ce qui entraîne une absence manifeste de surveillance des activités de braconnage. L’OTAN ne se préoccupe pas d’opérations illégales de pêche, et pas plus l’Union européenne que la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (ICCAT) n’obtiendra l’autorisation d’y dépêcher des inspecteurs.

Greenpeace, quant à elle, ne mène pas de campagne de protection des thons rouges, par conséquent c’est de la seule présence de deux bateaux de Sea Shepherd que dépend la protection de cette espèce gravement menacée : son navire amiral, le Steve Irwin, et son navire d’interception rapide dont le nouveau nom sera très bientôt dévoilé. Le seul appareil volant non militaire qui sera présent dans cette zone sera le Nancy Burnet, l’hélicoptère embarqué sur le Steve Irwin.

Cette campagne sera dangereuse, mais les thons rouges auront disparu dans quelques années si rien n’est fait pour les protéger efficacement, et Sea Shepherd ne les abandonnera pas à leur sort. En 2010, au cours de la première campagne Operation Blue Rage, les équipages de Sea Shepherd avaient repéré et intercepté une opération illégale de pêche au thon. Ils avaient libéré environ 800 thons rouges.

Le 6 mai 2011, Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, a assisté à une réunion à la Direction générale des affaires maritimes et de la pêche de l’Union européenne. A la suite de l’entrevue, la Commission a annoncé vouloir suivre les activités de Sea Shepherd au mois de juin. Sea Shepherd mettra à la disposition de la Commission un rapport complet sur les progrès enregistrés à la fin de la campagne. Avant de lancer toute action de remise en liberté de thons attrapés de façon irrégulière, Sea Shepherd consultera la Commission sur l’illégalité potentielle des bateaux interceptés.

Cliquer pour voir l'invitation de la Commission EuropéenneCliquer pour voir l'invitation de la Commission Européenne

Cette année, les thons rouges connaîtront un certain répit: en effet, la moitié des thoniers français resteront à quai, suite à l’annulation de tous les permis de pêche dans les eaux libyennes délivrés aux bateaux appartenant à des Libyens et enregistrés en France. Par exemple, dix thoniers basés à Sète resteront au port, car ils appartiennent à des entreprises libyennes ayant des liens avec M. Kadhafi.

La guerre a retardé le dépôt de la demande officielle libyenne de quotas de pêche auprès de l’ICCAT pour l’année 2011. En 2010, le siège madrilène de l’organisation avait octroyé les quotas vers la fin de l’année, et les permis n’avaient été accordés qu’en avril suivant. Celui de la Libye a été annulé. "À cause de la guerre en Libye, une centaine de pêcheurs sétois ne sortiront pas en mer cette année", déclare Raphael Scannapieco, propriétaire de cinq thoniers, dont trois sont enregistrés en Libye.

Pour la saison 2011, qui commence le 15 mai, le quota de la Libye aurait dû s’élever à 902 tonnes, sur un total de 12 900 tonnes pour l’ensemble des pays concernés. Cependant, comme aucune pêche ne sera autorisée dans les eaux libyennes cette année, le travail de surveillance et d’intervention de Sea Shepherd sera considérablement simplifié cette année par rapport à l’an dernier.

"Les bénéfices du braconnage de thons rouges sont colossaux", déclare Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France. "La perspective de bénéfices à très court terme attire des acteurs criminels, et nous devons prendre toutes les précautions nécessaires pour nous protéger d’éventuelles attaques violentes." Les équipages et officiers de pont de Sea Shepherd ont donc reçu des gilets pare-balles dans le cadre de cette campagne, dans l’éventualité où les braconniers seraient armés et s’avéreraient violents.

Sea Shepherd n’a pas l’intention de s’en prendre aux opérations légales de pêche au thon rouge, même si nous considérons que tout prétendu quota légal est scandaleusement irresponsable au regard de la diminution récente des populations de thons rouges. Cette dernière est liée en particulier à la surpêche et à une surmortalité due à la catastrophe de BP dans le Golfe du Mexique, un lieu de reproduction du thon rouge de l’Atlantique.

La France, l’Italie et l’Espagne pêchent la majorité des thons rouges de l’Atlantique consommés dans le monde, et 80 % des prises sont ensuite vendues au Japon. Les thons rouges peuvent peser jusqu’à 650 kg, et on les trouve dans l’Atlantique Nord, dans le Golfe du Mexique et en Méditerranée, où certaines grandes pêcheries commerciales engraissent parfois dans des enclos flottants des individus capturés au large.

Le commandant du port de Sète, Philippe Friboullet, a déclaré que les autorités seraient informées de tout navire appartenant à la Libye qui tenterait de quitter le port sans les permis nécessaires. Les braconniers sont susceptibles de venir de Libye, de Malte, d’Italie, d’Espagne, de Tunisie ou de Turquie.

"Nous aurons la loi avec nous et nous serons en contact permanent avec l’OTAN et la Commission européenne si nous sommes témoins d’agissements douteux", déclare le Capitaine Paul Watson, président et fondateur de Sea Shepherd. "Tout thonier senneur ou tout enclos flottant que nous trouverons dans les eaux libyennes sera intercepté, les filets seront découpés et les poissons remis en liberté. Cette année, c’est tolérance zéro avec les opérations de braconnage illégales, et donc tous les poissons que nous trouverons dans des filets dans les eaux libyennes seront relâchés."

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact